Vaccins : "Sécurité vaccinale : 130 associations demandent des comptes à l'OMS"

Si les pouvoirs publics ne nous protègent pas, qui le fera ? C'est la question qu'on peut se poser à la lumière des griefs exprimés par 130 associations à l'Organisation Mondiale de la Santé hier. On sait, depuis juillet dernier, que le ministère de la Santé américain (HHS) n’a pas respecté ses obligations légales en matière de sécurité vaccinale durant trente-deux ans...

logo-altersante

 

 

 

Si les pouvoirs publics ne nous protègent pas, qui le fera ?

C'est la question qu'on peut se poser à la lumière des griefs exprimés par 130 associations à l'Organisation Mondiale de la Santé hier.

On sait, depuis juillet dernier, que le ministère de la Santé américain (HHS) n’a pas respecté ses obligations légales en matière de sécurité vaccinale durant trente-deux ans.

On doit cette révélation à l’ICAN (Informed Consent Action Network), association américaine ayant saisi la justice pour forcer le ministère à lui transmettre ses rapports sur le sujet, ce à quoi il s’était refusé pendant huit mois.

Voici pourquoi : ces documents n’existaient tout simplement pas.

Pourtant, depuis 1986, la loi américaine oblige ce ministère à fournir, tous les deux ans, un rapport au Congrès décrivant les améliorations de la sûreté des vaccins.

L’obligation légale de fournir ce rapport est la contrepartie d’un énorme cadeau fait aux laboratoires pharmaceutiques par cette loi de 1986, les déresponsabilisant juridiquement et financièrement en cas d’accident vaccinal par le biais d’un fonds public – donc payé par les impôts des Américains – d’indemnisation aux victimes.

Ainsi, alors que sur la période ce fonds a versé aux victimes d’effets indésirables graves post-vaccination 3,9 milliards de dollars, l’immunité juridique et économique octroyée aux laboratoires leur a enlevé toute incitation à améliorer la sécurité des vaccins – ce dont les pouvoirs publics devaient théoriquement s’assurer.

« L’HHS dépense des milliards chaque année pour promouvoir les vaccins et produit à la chaîne des rapports vantant leurs bénéfices », indique Del Bigtree, un des plaignants de l’ICAN, avant d’ajouter : « Quand, en dépit de la loi, le ministère ne prend pas la peine d’écrire un simple rapport biannuel sur la sécurité vaccinale, il y a peu d’espoir qu’il s’attelle à la tâche plus ardue de l’améliorer. »

Qu’en est-il pour le reste du monde ?

Est-il mieux loti en matière d’évaluation et de limitation des risques vaccinaux ?

Absolument pas, estiment plus d’une centaine d’associations, qui viennent d’envoyer une lettre ouverte commune aux représentants de l’OMS en ce moment réunis à Rome, mais également au Parlement européen, à l’Agence européenne du médicament et à la Direction européenne pour la qualité des médicaments.

Le diagnostic est très sévère :

« Lors de votre précédente réunion, vous avez affiché l’objectif de diminuer les tests indépendants, considérés comme “redondants”, afin d’accélérer la mise à disposition de vaccins. La récente administration de 250 000 vaccins défectueux en Chine, la tragédie de la campagne pour le vaccin polio oral qui a causé plus de 450 000 cas de paralysie et de décès en Inde, les dommages du vaccin contre la dengue aux Philippines et les témoignages venus du monde entier sur l’apparition de douleurs chroniques et de paralysies après l’administration du vaccin anti-HPV démontrent, de manière tragique, que la sécurité et l’efficacité des vaccins sont de plus en plus négligées dans cette course à l’accélération des procédures de mise sur le marché et à l’assouplissement des contrôles de qualité. »

Vous pouvez lire l’intégralité de la lettre ici (les propos, vous le verrez, font écho à certaines revendications contre l’extension de l’obligation vaccinale en France, qu’Alternative Santé avait relayées par cette pétition).

Cette initiative mondiale des associations, sans précédent par son ampleur, fera-t-elle réfléchir les responsables de l’OMS ?

Il faut l’espérer.

Une chose est sûre, néanmoins : plus cette lettre ouverte sera lue et partagée, plus il y a de chances qu’ils répondent à ses légitimes préoccupations.

Prenez soin de vous,


Alternative Santé


NB : profitons-en pour indiquer aux Parisiens présents dans la capitale ce samedi 22 septembre la tenue de quatre conférences publiques organisées par la Ligue nationale pour la liberté des vaccinations, avec notamment des interventions du Dr Gérard Delépine et du mathématicien Bernard Guennebaud.

Centre Maurice Ravel : 6, avenue Maurice-Ravel, Paris 12e.

Entrée libre et gratuite à partir de 14 h.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.