Bruno Lonchampt
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2022

Bruno Lonchampt
Abonné·e de Mediapart

A quoi sommes-nous sensibles ?

La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.

Bruno Lonchampt
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La mort des Occidentaux nous touche. Même anonymes énumérés en chiffres lors de soirées COVID. Même dans une guerre fratricide entre Russes et Ukrainiens. Même dans une école de village au fin fond de l’Amérique.

La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Qu’ils se perdent dans ces fosses communes que sont devenues la Méditerranée et la Manche que personne n’ira fouiller. Qu’ils s’asphyxient dans des conteneurs, des camions, des bateaux. Qu’ils périssent de froid, de faim, de mauvais traitements, de brutalité.

Quelle est la différence ? Est-ce que nos médias sont un miroir où nous ne reconnaissons que ceux qui nous ressemblent ? Est-ce que seuls les Occidentaux ont les moyens de crier leurs morts ? Est-ce que les non Occidentaux devraient s’excuser de nous déranger avec leur misère pour nous laisser nous lamenter sur nos seules plaies ? Est-ce que ces réfugiés économiques, climatiques, politiques font apparaître de façon flagrante nos propres excès et nous donnent mauvaise conscience ?

Il y a une évidence, toutes les morts ne sont pas égales dans ce monde, beaucoup sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision. Ne venons pas parler d’universalité, de fraternité, d’humanité, tant elles sont réservées à un cercle restreint de bénéficiaires.

L’époque est à la sécheresse, climatique, émotionnelle, philosophique, politique, industrielle, dramatique. Cette catastrophe n’a rien de naturel. Elle est décadence, déchéance, abandon. Un jour sûrement, il sera trop tard pour avouer notre égoïsme, notre cruauté, notre cynisme.

L’Occident se lave les mains de l’état du monde, tant il est dépassé par sa propre capacité d’autodestruction. Alors il s’apitoie sur lui-même. Plus jamais ça, il faut faire quelque chose. Les plus anciens connaissent bien ces vœux pieux. L’impuissance infernale de l’accumulation du laisser-faire des dégradations successives tétanise toute initiative pour inverser le cours des choses.

Prendre conscience de nous corriger, de stopper la fuite en avant et de changer notre attitude est inévitable. Nous vivons tous sur la même planète. Passons de la sensibilité à la lucidité, sauf à nous croire immortels. Être vivant est une responsabilité collective.

D’où ils sont, les anges s’interrogent sur notre santé mentale et se désespèrent de l’espèce humaine. Leur verdict est prêt, c’est de nous envoyer sur la Lune et sur Mars, sans scaphandre. Le trajet sera mis à profit pour les regrets et l’introspection. Laissant derrière nous la planète bleue de colère. Nous réaliserons, trop tard, que le paradis, à l’origine, était sur terre.            

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste