bruno mazerat
citoyen du monde
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2022

bruno mazerat
citoyen du monde
Abonné·e de Mediapart

Vigilance !!

Quelques jours déjà que j'avais repéré le bonhomme dans le quartier. J'avais comme un pressentiment...

bruno mazerat
citoyen du monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques jours déjà que j'avais repéré le bonhomme dans le quartier. Jamais vu auparavant, et pourtant, tous les jours je sortais acheter ma baguette.

J'avais comme un pressentiment, un doute sur son comportement. D'ailleurs c'était bien expliqué dans la brochure "Voisins vigilants". Parfois se mêler de ce qui nous regarde pas pouvait s'avérer salutaire, empêcher des voyous de nuire. Et à notre drôle d'époque, ce n'est pas ça qui manquait, les personnes malfaisantes.

Donc ce matin, je me suis dit, Armand, le lâche pas des yeux ce loustic !! Et je me suis fondu dans le paysage, casquette bien enfoncée, journal sous le bras, laissant un minimum de cinquante mètres entre nous. L'expérience des séries policières, aucun risque d'être démasqué.

Au début, j'ai pensé à un pickpocket. La foule relativement conséquente était le terrain idéal pour ce genre de larcin. Un léger frôlement lors du croisement, et vite fait bien fait, j'envoie la main et le tour est joué...

Ou alors, tout simplement un dragueur ! Il adressait un sourire, puis quelques mots, à toutes les jeunes femmes croisées pendant sa déambulation sur le trottoir. En fait, des allers retours continuels. Son parcours ne dépassait pas cinq cent mètres. Louche, non ? Et pourquoi pas un violeur en repérage. En tout cas, j'étais conforté dans ma clairvoyance au sujet de ce gus.

Et puis j'ai compris son manège !! En fin de compte ce n'est peut être pas les femmes qui étaient visées. Toutes ces dames étaient des mamans. Toutes accompagnées de leur jeune progéniture qu'elle tenaient précieusement par la main. Et lui de se pencher vers les bambins, profitant du moment pour lâcher une petite caresse sur les cheveux. Poussant jusqu'à une pincette au menton dans certains cas. Le gars prenait de l'assurance et apparemment, personne ne s'offusquait de ses gestes tendancieux. Incroyable !! Les gens manquaient totalement de la plus élémentaire vigilance.

Puis le mec s'est assis sur un banc. Je me suis posé deux bancs plus loin, déployé mon journal. Pas le moment de le quitter des yeux. Il s'était installé, décontracte, tout sourire, lançant de petits signes aux passantes. Je ne pouvais pas entendre le moindre mot, mais je dois reconnaître que ce type avait un charisme impressionnant. A peine deux minutes de position assise et c'était déjà trois femmes autour de lui, souriant béatement à ses propos. Et là !! J'ai failli m'étrangler. Ce salaud faisait monter un gosse sur ses genoux. Carrément, en pleine rue, sous le regard de ces mères de famille, abruties, totalement subjuguées par ce sinistre personnage...Mais bon sang, c'est bien sûr. Un détraqué !!

Il fallait que j'intervienne. Mais je me suis vite ravisé. Il pouvait être armé, et je n'allais pas prendre le risque de me faire blesser, voire pire... Il suffisait de parcourir les faits divers. Ni une ni deux : J'ai discrètement sorti mon smartphone et composé le numéro que j'avais précautionneusement rentré en mémoire :

"Allo, le commissariat. Voilà, je vous appelle pour signaler un individu suspect... je vous assure, il faudrait intervenir rapidement... Tout à fait, avec des enfants... Alors, rue du Commerce... Eh bien, un homme, la soixantaine, barbe blanche, blouson rouge, et...Une espèce de bonnet ridicule sur la tête !!" 

(oui...J'ai honte !!)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte