La chance...

Si j'avais su....

"Wahouuuuu!!! Yes!!! Bingo et re-bingo!!!!". Je suis sorti du tabac sans m'en rendre compte, en criant; un fou! Je ne le réalise que maintenant, assis dans le parc, sous les yeux de deux petits blondinets qui en ont stoppé net leurs trottinettes. J'ai couru, sauté, un fou je vous dis! Il faut que je respire, que je fasse redescendre le pouls, il faut que je me calme sinon....Sinon je vais exploser...Ou m'évanouir. Et si je m’évanouis, je vais encore avoir droit aux réflexions de Françoise, mon épouse:" tu vois bien, Jean, il a raison le docteur, t'as un truc qui va pas"

Tu parles, Ridoin (le toubib), je me demande s'il n'est pas un peu pervers ou payé par les labos . J'en suis à je ne sais plus combien de prises de sang, deux scanners, une IRM, tout ça sur à peine six mois! En plus j'ai arrêté de fumer il y a plus de dix ans. Pour faire plaisir à Françoise. Pour les finances, aussi. Bon oui, également la santé, mais je n'ai jamais toussé, craché, bref, tous les trucs dégueulasses qu'on nous ressasse à longueur de temps, enfin ce que les non fumeurs nous rabâchent.... Oh, j'ai jamais dépassé un demi paquet par jour. Enfin, c'est de l'histoire ancienne, mais Françoise elle est toujours inquiète, pour tout, alors un petit coup de fatigue, et hop:" Jean, fais moi plaisir, prends rendez vous chez Ridoin!"

Là, pour lui faire plaisir, ça va lui faire plaisir. Oh la vache, j'ai du mal à réaliser. Je me suis même pincé le bras. Fort! J'ai toujours le papelard dans la main, bien serré entre le pouce et l'index; indécollables les deux doigts, mieux que la super glu. Je ne le quitte plus des yeux, mon petit papier miracle, je ne me lasse pas de recompter les six petits carrés barrés d'une croix. Six sur quarante neuf ! Allez deux millions minimum, direct dans la poche. Incroyable. En même temps, j'y croyais, aucun doute, il fallait que ça tombe. J'ai persévéré, quinze ans de petites croix, à la main, pas confiance dans les machines, toujours les mêmes numéros, toujours le même bar-tabac. Moi j'vous le dit: La fidélité, ça paie! Ouah! Je commence à re-respirer normalement, les deux gamins sont repartis sur leurs engins à roulettes, tout est calme, je suis calme, tout va bien,et...Je suis riche!!!

Je l'appelle ou j'attends de rentrer pour lui annoncer de vive voix, en "direct live!" comme dit mon fils? Je voudrais voir sa tête, ses clignements de paupières, indissociables de ses émotions fortes. Et puis on ne sait jamais, elle pourrait faire un malaise, parce que là, c'est toute notre vie qui va changer. Le changement, c'est maintenant comme disait l'autre, ah,ah! Ça me fait penser aux collègues, ils ne profiterons plus de mes blagues, et le patron, il ne profitera plus de moi tout court. Les vacances...A vie... Abracadabra: Disparues les huit années de boulot jusqu'à la retraite, envolées, englouties par six petits numéros. Plus fort que Eric Antoine et ses blagues ( je l'aime bien lui ). Allez, je passe par la supérette pour le champagne ( fini le mousseux!) et je rentre direct, je m'installe dans le canapé et....je lui montre le petit rectangle de papier magique!

...Nous rentrons tout juste de Paris. Belle réception. C'est officiel. Ils m'ont remis le gros chèque 50x20. Ben oui, factice, la somme a déjà été virée la semaine dernière. Françoise en a profité pour refaire sa garde robe. On trouve tout à Paris. En rigolant je lui ai dit qu'elle devenait snob! J'ai commencé à éplucher les revues nautiques, histoire de trouver un bateau digne de ce nom, un truc spécial pêche, avec tout ce qu'il faut. Et puis on part la semaine prochaine. Caraïbes, on arrive!!. Pour la maison on cherchera au retour, dans deux mois. Idem pour les placements, on étudiera ça à tête reposée, parce qu'ils me l'ont dit, les gars de la Française des Jeux. Attention Monsieur Duroc, vous allez rencontrer plein d'amis, engendrer les convoitises, attirer nombre d'escrocs, attention!

Voilà, tout est pratiquement prêt. Du mal à réaliser que nous partons dans trois jours, si loin. En même temps, tout est organisé, nous, enfin l'agence a tout planifié. Juste à glisser les pieds dans les tongs. Pas trop dure la vie. Ça va le faire. Autre chose que le mobil- home à Pornic. Attention, nous avons passé du bon temps là bas, entre deux averses ( non c'est de l'humour, parfois il fait beau), nous y retournerons surement histoire de pas oublier les copains estivaux. Nous irons au bel hôtel, on testera les chambres, et puis le p'tit dèj, il parait qu'il vaut plus que le coup d’œil. Un petit coup d’œil à la liste de ce qu'il reste à faire avant le farniente total: Assurance, toubib pour renouveler l'ordonnance, pharmacie, garage pour la date de livraison de la voiture, et fleuriste, pour Françoise. Bon, juste un petit bouquet pour les trois jours avant le départ. Elle est partie de son côté, se choisir un maillot et certainement d'autres babioles, elle me rejoint chez le toubib.

" Merde, putain de merde, non! Non et non!!" Je suis sorti du cabinet sans m'en rendre compte, en criant; un fou! Je ne le réalise que maintenant, assis dans le parc, sous les yeux des deux mêmes petits blondinets qui ont stoppé net leur trottinettes. J'ai couru, crié, un fou je vous dis! Je n'arrive pas à me calmer, je n'arrive pas à respirer... Je vais exploser!! Françoise!!!! Je ne bouge plus, le poing serré sur ce putain de diagnostic merdique. Un con ce Ridoin. Un sale con...Un salaud oui! Avec sa tête du chien de Colombo. C'est pas possible, pas moi! Un cancer! Généralisé!! Et il me l'annonce, comme ça, trois jours avant le départ. Et il insiste, entre deux et six mois, maximum! Oh, mais j'ai arrêté de fumer depuis dix ans, je bosse depuis l'age de seize ans, je suis sympa avec tout le monde, j'aime ma femme.....Et je viens de gagner au Loto!!

Bonjour la chance!!!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.