Morts en parallèle.

Aucun assassinat n'est acceptable...Aucun ne peut être justifié...

Un homme est mort. Il est parti de chez lui, un matin, embrassant femme et enfants. Juste se rendre à son boulot comme tous les jours. Pour gagner sa vie, comme on dit, pas la perdre! Ils l'ont tué, assassiné, anéanti. Des fous? Des détraqués? Des aigris?... Sont ils seuls responsables de l'acte qu'ils ont commis?... Ou bien seraient ils de "simples brutes" perdues, obéissant aux injonctions, aux ordres, à la haine distillée par les discours malsains d'une politique autoritaire?. Aveuglés, dominés,"ensauvagés", perdus dans un monde régit par la peur de l'autre, de l'avenir? Rien ne justifie d’ôter la vie à autrui, rien ne peut excuser de donner la mort, quelque soit la motivation. Ça ne se discute pas!

Oui, un homme est mort en pleine rue, sur le trottoir, étouffé... Pour rien... Rien, si ce n'est un contrôle de police républicaine, juste trop musclé...

C'était il y a quelques mois...Déjà....Souvenez vous!!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.