violence!!

Intolérable. Une nouvelle fois des faits de violence impliquant des forces de l'ordre.( Je n'arrive pas à écrire gardiens de la paix!)

Une nouvelle fois, une scène d'une violence inouïe s'est déroulée en plein Paris, en pleine journée, et une nouvelle fois des policiers sont mis en cause. C'est scandaleux!!

Que s'est il vraiment passé. A priori, un homme s'est posté devant la porte de son studio d'enregistrement , sans masque, dans le but de narguer sciemment une patrouille de trois policiers. Ayant peut être mal pris la remarque qu'on lui faisait, il aurait attiré ces policiers dans son entrée, sachant que se trouvaient une dizaine de complices dans les locaux. Courageusement, ces fonctionnaires de police se sont défendus, n'étant que trois face à ce délinquant surexcité et ont fini par l'appréhender.

La scène a été filmée. Tiens donc, comme par hasard, la caméra se déclenche juste au bon moment? Alors se pose la question du trucage de la vidéo, c'est désormais à la portée de tous, on le sait bien!

Et puis, le profil de la  "présumée victime". Il s'agit d'une personne de couleur ( pas d'amalgame mais quand même..). Il s'appelle Michel, est ce son véritable prénom, a-t-il des papiers en règle?  Musicien: on connait le monde de la musique, son mode de vie marginal, l'alcool, la drogue...Et puis cette photo du visage ensanglanté mise complaisamment en une des journaux subversifs, complices de la dérive de notre république. Comment peut on être sûr que cette personne ne s'est pas battue avant avec ses compagnons de beuverie? Un peu hâtif de conclure sans une enquête approfondie.

Alors attendons le travail impartial des agents de l'inspection générale de la police, ne nous laissons pas manipuler par des pseudo journalistes avides de  déclencher révolte et chaos. Faisons confiance aux chaines d'information sérieuses dont c'est le métier, 24 heures sur 24... Écoutons nos dirigeants,  toujours prompts à défendre la démocratie que nous aimons tant.

Ayons confiance..........sealedyell

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.