Bruno Venzal - philosophies.tv
Producteur - Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2021

Reconfigurer le monde à partir de la vulnérabilité

VULNERABLES #1 : Une chronique de Danielle Moyse pour Philosophies.tv (vidéo) et Médiapart (texte)

Bruno Venzal - philosophies.tv
Producteur - Réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Est vulnérable ce qui peut être blessé, ainsi que l’indique l’étymologie « vulnus », qui signifie blessure. Blessure à l’occasion de laquelle un être peut mourir ou être tué. « Vulnérable », en effet, n’est pas la même chose que « fragile ». On peut certes dire d’un être humain ou d’un animal qu’ils sont fragiles, mais on ne peut pas dire d’une tasse à café, fût-elle en porcelaine de Limoges, qu’elle est vulnérable. Ce qui est fragile peut être cassé. Ce qui est vulnérable est mortel. La fragilité désigne tout ce qui peut être brisé, de la chose à l’ensemble des êtres qui constituent le vivant, mais seul le vivant est vulnérable. Pour préserver un vase fragile, il suffit de ne pas y toucher et de le placer en lieu sûr. Cela n’indique évidemment pas qu’il ne puisse plus du tout être détruit, mais cette possibilité ne présuppose pas pour autant qu’il puisse être blessé. Cassable ou destructible n’est pas vulnérable. Est en revanche vulnérable, tout ce qui naît et meurt. Seul ce qui participe du vivant, de la plante à l’homme, en passant bien entendu par l’animal, peut être dit « vulnérable ». La vie est vulnérable. Elle peut être atteinte au point d’en mourir.

            Tout dernièrement, la crise sanitaire du coronavirus a révélé combien nous vivions dans un monde vulnérable dont les activités économiques, éducatives, culturelles, pouvaient être interrompues ou ralenties du jour au lendemain. Nous semblions croire que nous allions vers toujours davantage de maîtrise et de puissance, et une pandémie a mis à mal cette croyance, qui nous oblige à voir combien la solidité à laquelle nous prétendions était illusoire.

            En fait, depuis quelques décennies, le thème de la vulnérabilité avait déjà pris de plus en plus de place, dans la pensée et le cœur de nos contemporains. Par exemple, ce que l’on appelle souvent en français « l’éthique de la sollicitude », que les pays anglo-saxons ont développé sous le nom de « Care », et qui désigne notamment l’ensemble des dispositions ou des activités humaines visant à aider les personnes dont la situation appelle un tel soutien, a même proposé de changer le regard porté sur la vulnérabilité : Il s’agirait de s’apercevoir que celle-ci n’est pas ce à quoi on doit échapper pour protéger la dignité de la vie, mais au contraire une richesse à prendre en considération.

           Au delà de ce mouvement, l’évocation fréquente de la vulnérabilité dans les écrits récents laisse entendre que de nombreux êtres humains ont pris conscience de la nécessité de se réconcilier avec elle. Citons quelques titres très récents : Éthique de la dépendance face aux corps vulnérables (Sous la direction de B. Schumacher, Érès), La vulnérabilité ou la force oubliée (B. Vergely, Le passeur), ou enfin le texte de Pema Chödrön, paru sous le titre : Faire de la vulnérabilité une force. En l’occurrence, ce titre est une transposition du titre anglais, Welcoming the unwelcome, plus qu’une traduction, mais il n’en trahit néanmoins pas le contenu.

          Quoi qu’il en soit, notre attitude à l’égard de la vulnérabilité est ambivalente : Nous pressentons que nous ne pouvons être en rapport à notre humanité que si nous nous laissons atteindre, toucher, blesser par ce qui vit et souffre sur cette terre, et en même temps, nous nous raidissons contre cette possibilité, dont nous croyons qu’elle peut, en dernière analyse, nous menacer dans notre existence elle-même.

          Aussi, le monde moderne s’est-il plutôt construit dans une résistance à la vulnérabilité, et dans des logiques de force et de domination, qui ont été mises au jour par des penseurs aussi importants que Martin Heidegger (Voir entre autres, les Cours sur Nietzche, ou Parménide, Gallimard) ou Simone Weil (l’Iliade ou le poème de la force, Gallimard).

      Pourtant ces écrits, et les observations du monde dans lequel nous vivons nous invitent à reconnaître que ce refus de la vulnérabilité est peut-être ce qui, précisément, contribue à sa dévastation.

      C’est la raison pour laquelle Bruno Venzal et moi-même ouvrons aujourd’hui ce cycle de réflexion destiné à faire apparaître en quoi il est nécessaire de nous relier à notre vulnérabilité, pour reconfigurer le monde.

Visionnez la version longue de cette chronique en vidéo sur notre chaîne Youtube sur le lien ci-dessous 

VULNERABLES #1 © Danielle Moyse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Dans le cortège à Paris : « Tout augmente sauf nos salaires »
A l'occasion d'une journée de grève interprofessionnelle, des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann