Lâcher de toros : Same Player Shoot Again.

Toro

Pedro* Bandalez avait 16 ans, toutes ses dents et était bourré. De testostérone. Hormone, qui, abondante, provoque précocement l'alopécie, sous sa forme radicale, l'alopécie circulaire ou sous sa forme bénigne, l'alopécie sauteuse; situation qui ne fait rien qu'à appauvrir les coiffeurs.
Pedro en avait marre de se tirer sur la membrane; aussi avait-il décidé de participer au lâcher de toros organisé à l'occasion des fêtes de Santiago Apóstol de Isso, à Hellín (Albacete), là où tu prends ton panard à faire souffrir des ruminants qui ne demandent qu'à être paisibles.
Samedi 27 juillet donc, il décida de faire chier quelques jeunes bestiaux et de toréer comme ses idoles si possible.
Mal lui en a pris puisqu'un vigoureux mâle de l'élevage d'El Cortijillo le niqua dans les lombaires (Wilson) et l'atteignant au foie, lui porta un coup fatal.
Il mourira une paire d'heures plus tard, à l'hosto Comarcal d'Hellín.

 

* Pour des raisons bien compréhensibles (mouvantes), le prénom a été changé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.