Incroyable ! Après de la barbaque de toro, de la moelle épinière humaine pour la Banque alimentaire !

2532_illas

Vicente Yangüez, dit El Chano, banderillero de son état, s'est fait percé la couenne le 8 juillet par le dernier toro dans l'arène d'Ávila (Castilla y León ) en tentant de placer une paire de banderilles sur le dos du pauvre animal.
Au delà du trou, bienvenu quand il fait aussi chaud, il a éclusé également une magnifique fracture de la colonne vertébrale, le laissant non pas sans voix mais sans guiboles puisqu'à partir de la ceinture jusqu'aux orteils, il ne sent désomais plus rien; ses jambes sont fanées. C'est l'été, il faut glaner.
Le toro, dans un acte de courage ultime, lui a en effet baisé un peu de moelle, ce qui est contrariant pour El Chano puisqu'il peut s'asseoir, si je puis dire, sur sa mobilité.

Il va être opéré par l'un des meilleurs neurochirurgiens d'Espagne, le docteur Villarejo, dans un centre de rééducation de Tolède.

Mais l'Association des familles de toros et ruminants torturés a d'ores et déjà réservé la quasi totalité de sa moelle épinière en cas d'échec de l'opération et a prévu d'en faire don aussitôt (une question de fraîcheur et de DLC) à l'antenne de la Banque alimentaire dans le Vaucluse pour nourrir les quelques 23000 nécessiteux.
"Faut pas gâcher", a déclaré le directeur de la Banque alimentaire du Vaucluse, "la moelle pépinière épinière c'est bon avec du saindoux et des rillettes."
"Quand on a besoin de protéines, on prend de la moelle, c'est bien connu. Quand elle vient d'un banderillo aussi réputé, c'est encore meilleur."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.