Ça branle dans le manche
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2012

Point de vue et images du monde de la racaille des talus

Alors que la saison de chasse approche à petits pas, il est nécessaire de se rappeler combien nous avons eu raison (ah bon ? On n'a pas eu le choix ? ) de confier la gestion de la biodiversité et le sort précaire de tant d'animaux sauvages aux miliciens de la ruralité bas-de-plafond.

Ça branle dans le manche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que la saison de chasse approche à petits pas, il est nécessaire de se rappeler combien nous avons eu raison (ah bon ? On n'a pas eu le choix ? ) de confier la gestion de la biodiversité et le sort précaire de tant d'animaux sauvages aux miliciens de la ruralité bas-de-plafond.
De nobles individus la composent, des personnes pleines de bon sens et de discernement, des modèles pour tout dire.
Comme lui par exemple.
Le 14 juillet, la nuit était tombée sur la ville du Havre et le feu d'artifice pouvait commencer.
Sur son balcon, quai Lamblardie, un homme regardait le spectacle. Il était bien accompagné puisqu'il y avait du monde dans sa musette : 10 canettes de bière.
Désoeuvré, rond comme une queue de pelle, le type s'est mis dans l'idée de dégommer les lampadaires de la rue. Il a pris sa carabine car oui, il avait une carabine, étant chasseur depuis 22 ans.
Il a tiré 13 fois. Qu'il y ait eu des passants qui circulaient ne l'a pas troublé plus que ça. On est quand même le 14 juillet, y'a du peuple qui baguenaude ici ou là...
Son tableau de chasse est merdique cela étant : 2 lampadaires détruits.
Il s'est fait bien sûr gauler et a échappé de peu à la détention provisoire; placé sous contrôle judiciaire, il doit être tout triste désormais car la sous-préfecture a annulé son permis de tuer et son flingue a été confisqué.
La prochaine saison de tuerie, c'est baisé pour messire le blindé. La fédé de chasse de la Seine-Maritime perd un membre remarquable et c'est dommage.
J'imagine les exploits de cet homme dans les rangs compacts de la racaille des talus, quand viendront les petits matins blêmes...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux