"Attention travail d'arabe", installations d'Ali Guessoum, dans le cadre de Barbès Café

 

Ainsi d’après Claude Guéant toutes les civilisations ne se valent pas...surtout celles qui font du bruit et  ont mauvaise odeur. Elles osent même pourfendre les principes de la république par « des pratiques qui s’imposent au français et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale" : en égorgeant par exemple des moutons dans les appartements, ou en procédant à des prières d’occupation dans les rues de la capitale. Ne se sentant plus chez eux, certains n’hésitent pas, comme Jean Marie Le Pen, à acheter une maison de campagne pour permettre à leurs enfants de voir des vaches au lieu d’arabes.

 

 

 

Vous l’aurez compris la stigmatisation des étrangers, les amalgames entre immigration et islamisation, les dérapages racistes très contrôlées d’élus, de ministres, chefs de partis, constituent depuis près de 30 ans le socle du discours politique censé apporter des réponses à la crise économique et aux maux de la société française.

 

 

 

L’immigré (tant pis si ses enfants sont français) alimente les débats politiques et devient un argument de vote électoral, c’est même un formidable fond de commerce autour duquel se positionne les principaux bailleurs de la république.

 

 

 

On peut légitimement s’en offusquer, combattre même cette idéologie nauséabonde et qui nous éloigne à des années lumières du siècle qui a vu naître des philosophies en France autrement plus universalistes.

 

 

 

On peut aussi prendre le parti d’en rire en inversant les clichés, en se déjouant des stéréotypes etdes codes xénophobes, en se réappropriant  l’histoire et la mémoire collective.

 

C’est la raison d’être de cette exposition au titre provocateur, bousculer les idées trop reçues et véhiculées par les médias, les politiques ou encore la publicité, d’un immigré source de problèmes.

 

 

 

Et puisque nous sommes dans une époque où les chiffres et sondages pullulent, je conclurai  par cette accablante réalité qu’avait soulevé un célèbre comique portugais Luis Rego pour ne pas le citer, « les statistiques sont formelles, il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde ».

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.