Lettre ouverte aux donneurs de leçon du "Front Républicain"

Apres avoir voté Insoumis au premier tour, je m'apprête a ne pas suivre la tendance du front républicain au deuxième. Je me vois donc prise dans la tourmente de l'incomprehension, de la pression et de la culpabilisation, voire meme de l'accusation. Je m'explique ici, pour ceux que ça intéresse et qui n'ont toujours pas compris le pourquoi du comment.

En 2002, j’ai écouté ce qu’on m’a dit et j’ai voté « utile ».
Cela n’a pas suffi.

J'ai donc à nouveau écouté, et j’ai été voter Chirac au deuxième tour, sans état d’âme, fière de faire « Barrage au Front National ».

C’était il y a 15 ans.
 
On a fait barrage et quel est aujourd’hui le résultat de ce barrage ?

Le pays va-t-il mieux qu’il y a 15 ans ?
Y-a-t-il moins de chômeurs ?
La santé publique est-elle en meilleur état ?
L’éducation nationale ?
Et surtout, le vote FN a-t-il baissé…?

En gros, j’ai fait barrage, mais pour quoi exactement…?

Et ça fait 15 ans qu’à chaque élection, on me sort la même rengaine.
Front républicain…
Il faut faire BARRAGE.

Le « Peuple » a choisi ses représentants.
Ce ne sont pas les miens.
On commence déjà a m’expliquer qu’il faut voter Macron pour faire « barrage au Front National », pour éviter le bruit des bottes dans la rue.

Soyons très clair : j’exècre le Front National et toutes ses idées nauséabondes, mais ne voir que cela serait faire abstraction de qui il y a en face.

Pendant des décennies, les financiers de tout ordre ont contrôlé les gouvernements en arrière-plan, derrière les rideaux, l’air de pas y toucher.
Maintenant, ils se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas besoin d’intermédiaires et ils y vont directement.

Emmanuel Macron est à mon sens la plus grande escroquerie Marketing politique de tous les temps. 

Il y a encore 6 mois, vous posiez la question dans la rue sur « Qui est Emmanuel Macron », plus de la moitié des gens n’en aurait eu aucune idée. Comme quoi ça aide d’avoir des potes patrons de presse, de chaine de télé ou de Radios.

A chaque fois que je l’écoute parler, je n’entends que du vide, du creux, des phrases toutes faites qui ne veulent rien dire, des lapalissades. Quant à son programme, il va là ou même Sarkozy n’avait pas osé aller en termes de casse sociale.

Pour info, la Loi El Khomri ne s’appelle comme ça que pour éviter d’entacher le nom de Macron aux yeux du peuple.

Je passerai aussi sur tout ce qu’il a pu dire de méprisant a propos des travailleurs ou des chômeurs, a propos des petites gens qui ne sont que pour lui des manants, des cases Excel, des stagiaires ou des esclaves.

La plupart des guerres dans ce monde, des famines, des épidémies évitables, sont dues a l’appât du gain, au pouvoir, à l’envie d’avoir toujours plus, au profit à tout prix.

Pour moi Emmanuel Macron est aussi dangereux que Marine Le Pen.

Je vie en démocratie, je reconnais et j’accepte le choix du peuple.
Vous avez choisi vos « champions », très bien.
 
En 2002 comme en 2017, j’ai fait mon devoir citoyen. Il s’arrête là, je ne peux pas aller plus loin.

J’irai voter, comme à chaque élection depuis que je suis en âge de le faire, mais pour aucun de ces deux-là.
J’y réfléchis depuis dimanche, votre pression fait son travail sur moi et sur ma conscience mais plus j’y réfléchis et plus j’en suis sure :
Ce n’est même pas que je ne veux pas voter Macron, mais je ne peux pas.

Maintenant, ne me montrez pas du doigt car je refuse de choisir entre la peste et le choléra.

Ne tentez pas de me culpabiliser en me parlant du bruit des bottes ou je vous parlerai du bruit des liasses de billets, des larmes silencieuses des petits vieux sans retraite, des cris des licenciés qui perdent leurs maisons, des murmures des ouvriers qu’on traite d’illettrées, du silence des morts dans la rue, des sanglots des malades qui n'oont pas les moyens d'etre soignés correctement, des cris des enfants sous les bombes pour toujours plus de pétrole, ou encore du grincement fatigué des dents des "Sans-Dents" dont malheuresement je fais partie.

Fasciste ou Bankster ?

Ni l’un ni l’autre, bien au contraire…

J’assume mon choix.

Maintenant assumez le vôtre, c’est eux que vous avez voulu, c’est eux que vous avez, alors surtout, ne venez pas me faire chier et ne venez pas me mettre ce désastre sur le dos.

Merci.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.