Cam B
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2019

Cam B
Abonné·e de Mediapart

La mort n’est pas un spectacle. Encore moins un art

Non, il ne s’agit pas d’épargner aux enfants la « complexité du réel, la violence et le sacré ». Il s’agit de leur épargner le goût de la cruauté.

Cam B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans une tribune parue au Figaro, des « femmes et hommes de lettres, d’arts et de culture » s’offusquent de l’éventualité d’une interdiction de la corrida aux mineurs. Selon eux, leur interdire serait les priver de l’accès à un « art, culminant dans la rencontre de courage et d’honneur ».

J’ai du mal à percevoir le courage et l’honneur dans un combat si déloyal. N’importe quel mineur pourrait le dire, un contre plusieurs « ça vaut pas ». Si les corridas étaient réellement une rencontre de courage et d’honneur, un seul torero entrerait dans l’arène. Personne ne viendrait l’aider en cas de blessure ; on laisserait le taureau achever le travail et même traîner sa dépouille s’il le souhaite.

Il fut un temps où les arènes raisonnaient des râles d’agonie de gladiateurs. Fort heureusement, cette tradition est révolue. Si « interdire un art est indigne d’une démocratie moderne » je considère pour ma part que tirer du plaisir d’un massacre et donner en spectacle la mort l’est tout autant. J’ai la chance d’avoir grandi dans une famille qui n’aurait jamais eu l’idée infâme de m’emmener assister à une corrida. J’ai pu rêver, pourtant, apprécier la beauté et d’autres traditions plus justes. Que l’on tue des êtres vivants est une chose, que l’on s’amuse de leur souffrance en est une autre.

Est-ce donc cela que l’on souhaite transmettre à nos enfants ? La moquerie d’un être dont on se joue, un dîner de con dont l’invité ne sortira pas vivant ? Quel enfant élève-t-on, à apprécier la torture et la mort comme un spectacle et un art ? Quelle femme, quel homme deviendra celle ou celui qui aura souri à chaque gémissement de souffrance d’un innocent, aura applaudi avant même que son corps ne s’effondre au sol ? Est-il encore humain, celui à qui l’on apprend que l’on peut tuer par plaisir ? Quel adulte deviendra celui qui, enfant, s’est moqué d’un animal en détresse ? Comment, enfin, inculquer des valeurs de respect de la nature à un enfant qu’on aura emmené assister à la mise en scène, une fois encore, de la supériorité auto-proclamée des humains sur le reste du vivant ?

Non, il ne s’agit pas d’épargner aux enfants la « complexité du réel, la violence et le sacré ». Il s’agit de leur épargner le goût de la cruauté.

Je ne suis pas inquiète quant à l’avenir des enfants qui, comme moi, n’aurons jamais été invités à apprécier la torture d’un innocent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique auprès d’une association d’aide aux migrants à Calais. Dans un entretien à Mediapart, elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine

La sélection du Club

Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal