Sciences en marche - Résumé d'étape

15 Octobre

Château Thierry – Meaux

Avec Camille Boutron, Cyril Catelain, Carine Robert et Nicolas Soler

L’étape commence par une rencontre avec le service de communication et de la mairie de Château-Thierry où nous sommes reçus à bras ouverts. C’est l’occasion de présenter l’initiative Science en Marche et de partager nos préoccupations communes : les deux adjointes au maire avec qui nous aurons l’occasion de discuter par la suite sont elles-mêmes enseignantes dans le secondaire et nous assurent de leur soutien. Encouragés par cet excellent accueil, c’est donc la fleur au fusil que nous prenons la route pour Charly sur Marne, où nous avons prévu de déjeuner et de rencontrer son maire, Mr Claude Langrène, qui nous attend en effet avec deux de ses collaborateurs. L’accueil, encore une fois, est chaleureux et amical, et c’est au champagne, rien de moins, que nous trinquons pour les sciences. Le chemin est en effet bordé par les vignes et d’aucun diront que nous n’avons pas choisi cette étape par hasard…

Après une longue discussion où nous échangeons avec les élus de Charly sur Marne, nous sommes interviewés par une journaliste du journal régional L’Union qui s’était déplacée spécialement pour nous. C’est aussi le moment de se restaurer et nous pique-niquons dans une salle qui nous a été très gentiment prêtée par la mairie avant de reprendre la route vers Meaux. Nous avons par ailleurs prévu de passer par la Mairie de La Ferté-sous-Jouarre que nous avons prévenue de notre visite.

C’est quelque peu émoussés par la pluie, qui a commencé à tomber peu de temps après notre départ de Charly sur Marne, que nous arrivons à La Ferté. Trempés, crottés, et même sanglants pour certains d’entre nous, nous débarquons à la mairie où nous sommes tout d’abord reçus quelque peu fraichement. Ne les ayant prévenus que la veille, aucun de ses élus n’a en effet pu se rendre disponibles pour nous rencontrer. Qu’à cela ne tienne : nous sommes finalement présentés à Mr Jean-Luc Charbonnel, 7ème adjoint au maire et chargé de la sécurité, du transport et de la circulation. Il nous reçoit avec un excellent café et nous lui exposons les grandes idées du mouvement Sciences en Marche, ce qui nous donne l’occasion d’échanger longuement autour de la question de l’emploi scientifique et de la politique des sciences. C’est de nouveau secs, et quelque peu rassérénés, que nous enfourchons une dernière fois nos vélos pour pédaler jusqu’à Meaux.

Si nous exhibions fièrement nos drapeaux Sciences en Marche en alpaguant les riverains sous le soleil matinal de Champagne, l’arrivée jusqu’à Meaux tiendra plus du pèlerinage alors que les côtes se succèdent, sous un climat relativement hostile. La dernière, sur la très transitée départementale 603 quelques kilomètres seulement avant l’arrivée à Meaux, nous aura laissé un goût de sensation forte. C’est finalement vers 18 heures que nous arrivons devant la mairie de Meaux où nous réussissons à nous présenter à une conseillère qui nous propose de nous donner plus de temps le lendemain. Affaire à suivre donc, du côté de l’équipe de Jean-François Copé… En revanche, nous étions attendus par une journaliste du Parisien qui, nous l’espérons, permettra à ses lecteurs de connaître le mouvement Science en Marche et de savoir qu’il est passé par chez eux.

Finalement, nous atterrissons au bistrot situé en face de la mairie de Meaux, le Jeanneke. Juste avant d’entrer dans le bar, un homme grisonnant sympathique nous interpelle « eh, mais c’est vous qui êtes partis de Montpellier ! Je vous ai vus aux infos ! ». Nous lui expliquons alors de quoi il s’agit ce qui nous vaudra une tournée générale : merci à Christian le musicien ! Cette mousse de fin de parcours nous permettra de faire le point de fin de journée et de parler de l’organisation du grand rassemblement de vendredi. Mais aussi de continuer d’échanger avec quelques clients du bar, intrigués par notre dégaine. La sociologue que je suis est aux anges. Des longues conversations s’engagent et la journée se termine sur l’idée que, finalement, il suffit de discuter.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.