légaliser le cannabis

légaliser le cannabis

Il semble urgent et nécessaire de légaliser la consommation de cannabis - et donc sa vente, sur le modèle des Pays-Bas.

 

Plusieurs arguments plaident en faveur de cette mesure :

 

- L'usage de cannabis est bénin, sans incidence notable en matière de santé publique. L'alcool ou la cigarette sont autrement plus meurtriers !

 

- Contrairement à l'alcool, le consommateur de cannabis n'est pas violent, excité, agressif ; au contraire c'est une personne calme, souriante et détendue…

 

- La pénalisation du cannabis génère de vastes zones de non-droit notamment en banlieue ; elle encourage les phénomènes de gangs et la violence attentante. De là, ambiance de peur et climat d'insécurité.

 

- Cette pénalisation encourage les comportements frauduleux de la part des revendeurs (couper le cannabis avec du pneu, du henné ou autres…), mettant endanger la santé des consommateurs.

 

- l'interdiction du cannabis génère toutes sortes d'effets pervers et de dépenses publiques (forces de l'ordre etc.) pour larépression du trafic et de la consommation.

 

- Enfin, les ressources générées pour l'état par cette dépénalisation ne seraient pas négligeables. Mieux vaut taxer légalement le commerce du cannabis pour alimenter les caisses de l'état - et notamment la sécurité sociale.

 

- Ultime argument : le fait de dépénaliser le cannabis rendrait plus visible le trafic de drogues potentiellement dangereuses - cocaïne, héroïne, krach etc. - donc probablement plus simple à circonscrire.

 

 

Rappelons que le cannabis est légalisé et prescrit thérapeutiquement dans le cadres de nombreuses pathologies(cancers, sclérose en plaques, …) et même remboursé par les assurances sociales, aux EU, au Canada, en Suisse et aux Pays-Bas.

 

À quand la France ? À quand l'Europe ?

 

http://www.liberation.fr/societe/01012304691-nouveau-coup-de-filet-dans-une-cite-de-marseille

dernier argument en date…

De l'urgence de la légalisation !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.