Quand la colère gronde

Décidément les élections générales font grand bruit au Royaume-Uni. Après la marche spontannée du 8 mai 2015 devant la célèbre Downing street, les manifestations se multiplient dans le pays.

Les britanniques n'en sont pas à leur première fois, loin de là. Comme un air de déjà vu, l'austérité fait mal et suscite la colère. Depuis 2012 , des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans les rues pour lutter contre la politique néo-tatcherienne de David Cameron. Cette année pourtant, Downing Street a assisté à une mobilisation exceptionnelle, dite spontannée, au cours de laquelle des heurts avec la police ont éclaté. Depuis, les manifestations anti-tories et anti-austérité se multiplient dans le pays: Bristol le 13 mai dernier, Cardiff le 16 mai dernier suivie de Sheffield et Lincoln, pour continuer le 13 juin prochain à Swansea dans le Pays de Galles et enfin, une grande marche nationale est en train de s'organiser à Londres pour le 20 juin 2015.

 

 

En effet, la colère gronde au Royaume-Uni et, pour cause, le système d'aide sociale continue d'être sur la sellette. Le gouvernement Cameron veut, en effet, économiser 12 milliards de livres sterling au niveau des dépenses sociales ou encore continuer la politique des réductions des aides au logement, voulant économiser jusqu'à 23 000 livres sterling par an. Par ailleurs, les Tories comptent bien conserver le gel des prestations allouées aux personnes en âge de travailler. Les jeunes de moins de 25 ans, ni étudiants ni travailleurs depuis 6 mois, n'auront droit aux aides sociales qu'à condition de travailler 30 heures par semaine pour la communauté - au tarif de £1.91 de l'heure (2.66 euros). 

Enfin, avec le maintien de la flexibilisation des contrats de travail et la réduction des aides sociales, la forte paupérisation d'une large partie de la population vivant sur le sol anglais n'est pas prête de s'arrêter.  En 2014 déjà, 583 000 employés étaient sous le régime du zero-hour contract - statut qui induit une totale flexibilité de la part de l'employé (disponibilité, aucune durée minimum de travail, salaire minimum, etc.) sans pour autant accéder aux droits inhérents aux contrats fixes (congés payés et congés maladie). Selon un récent rapport de la fondation européenne pour l'amélioration des conditions de vie et de travail (Eurofound), le Royaume-Uni est le pays le plus inégalitaire d'Europe, avec un coefficient de Gini de 0.404 contre une moyenne de 0.346 dans toute l'UE.

 

Si vous voulez aller plus loin, voici le rapport d'Eurofound sur la répartition des salaires en Europe (en anglais):

http://www.eurofound.europa.eu/sites/default/files/ef_publication/field_ef_document/ef1510en.pdf

 

Sur les zero-hour contracts:

Lire l'article du Monde: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/13/royaume-uni-un-statut-tres-precaire-fait-polemique_3460688_3234.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.