Le diesel et la pollution tuent aussi à Paris

Dans son édition du 25 novembre, Le Monde rend compte d’une étude scientifique alarmante qui non seulement vient confirmer ce que nous savions déjà mais, aussi, rend beaucoup plus inquiétantes les conséquences de la pollution et du diesel. Aux deux catégories de microparticules émises,  il faut en rajouter une troisième dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre. Celle ci est "extrêmement nocive" puisqu'elle pénètre la circulation sanguine et peut atteindre les vaisseaux du coeur. Elle est cancérigène.  Cette étude réalisée avec le ballon de Paris dans le 15 ème arrondissement à permis de constater que les rues de Paris, le 13 décembre 2013, étaient aussi polluées qu'une pièce de 20 m2 occupée par 8 fumeurs. 

En guise de conclusion,  je ferai un très court commentaire. Que fout l'équipe municipale rose verte? Elle connaît depuis bien longtemps cette situation. Renouvelée après les dernières élections, on aurait pu la penser prête à prendre rapidement les mesures qui s'imposaient. Que nenni. Il faudra donc attendre 2020 pour sortir (seulement ?) du diesel avec une première étape début 2015 sous la houlette de Christophe Najdovski (EELV) adjoint aux transports à la mairie de Paris. Pour rappel 2 millions de personnes meurent chaque année à cause des particules fines. Dommage que l'étude publiée aujourd'hui fasse l’impasse sur le nombre de décès à Paris. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.