UNE PRIMAIRE POPULAIRE, ENFIN !

Marre des partis, elle me disait, c'est has been, il faut tout remettre à plat, ni gauche, ni droite, prendre les bonnes idées où elles sont. Oui, oui, ai-je fait, distraitement, mes narines dans les effluves de café, l'œil collé à un océan incandescent, visqueux, quelque part sur un point douloureux de la planète.

Il y a un super projet, tu sais, la Primaire...

point org, oui, j'ai reçu un papier, on vote direct, le citoyen est roi, pas d'intermédiaire, la démocratie 2.0 ?

C'est exactement ça !

Elle avait le béguin, c'est sûr, enflammée, conquise. Il y a quand même des trucs qui me chiffonnent, ai-je lancé entre deux gorgées.

Ah ?

Oui, pourquoi on peut choisir Mélenchon, il ne veut pas d'une Primaire, il est à la France....

Et voilà, s'est-elle écriée, une point de déception dans la voix, les vieux réflexes, les vieilles mentalités qui reviennent. Oublie les partis, oublie les vieilles formules, mon chéri, il faut arriver à s'unir, c'est pour ça que la Primaire propose 10 mesures de rupture, un socle commun sur lequel toutes les personnes de bonne volonté devraient pouvoir s'entendre :  ils ont écouté des tas d'assoces, des tas de mouvements citoyens...

Je comprends, je comprends, et le nouveau mel qu'on vient de recevoir, avec des tas de bouilles, là, ce sont des personnalités qui ont souscrit aux 10 mesures phares, c'est ça ?

Tu as tout compris.

Là, elle vient se coller à moi sur le canapé, et me susurre : Et j'ai ma petite idée sur la personne que tu vas choisiiiir !! 

Non, mais, attends ma biche, attends...je vois Anne Hidalgo, là...

Et alors, elle est socialiste, en plus, je ne vois pas pourquoi tu te plains.

Attac a fait une super action à la Samaritaine, tu sais...

Oui je sais, il faut diversifier les actions, c'est très bien...

Ouais, c'est très bien... pour Attac, mais pour Hidalgo, zéro pointé, elle défend Arnault ! Purée, Arnault, ma biche, l'ennemi public N°1, attends, je l'ai là, voilà : " «Aucun acte de vandalisme ne peut faire avancer une cause. La réouverture de la #Samaritaine, après quinze ans de travaux, c’est de l’emploi, de l’activité, de l’attractivité et du rayonnement pour Paris et les Parisiens.» (1).

Elle n'a pas complètement tort. Dans ce cas, c'est simple, mon minou.

Ah bon ?  simple comment ?

Ben, oui, tu ne votes pas pour elle ! Hidalgo, éliminée ! C'est ça la démocratie !

Oh purée, je suis tout retourné, c'est ma fée, ma magicienne, mais là... Et il y a Piolle, aussi, t'as vu ? Piolle ! 

Eh ben quoi, c'est un super écolo, Piolle. Grenoble n'est plus une ville, c'est carrément un laboratoire social à ciel ouvert ! Mon chéri, tu es sûr que ça va  ? Tu es tout pâle ! 

Mais déjà mes doigts galopent sur le clavier et en un clin d'œil je pose l'ordi sur ses genoux. Regarde, je lui fais, regarde ton laboratoire : "En réalité, en dehors des coups de com’, les politiques menées à Grenoble ressemblent beaucoup à celles d’autres métropoles. (...)  On découvre au fil de vos pages que le candidat présenté comme héros syndicaliste, radical, anti-banques, anti-pub, écolo, est absolument compatible avec la gentrification de la ville, la publicité sur écrans plasma et la novlangue creuse politicienne. (...)  Les programmes immobiliers portés par des multinationales se multiplient. L’ANRU [Agence nationale de la rénovation urbaine] impose toujours dans les quartiers populaires des destructions de logements sociaux en bon état. (...)  La sympathie pour Piolle d’une partie de la gauche se proclamant « anticapitaliste » relève pour moi du mystère, notamment si on s’intéresse à l’histoire de Raise Partner. Voilà une start-up cofondée par le maire de Grenoble œuvrant dans l’optimisation fiscale, ayant pour clients des fonds d’investissement mouillés dans tout un tas d’affaires louches."  J'ai arrêté la lecture, refermé calmement l'ordi, pris une grande inspiration, et j'ai regardé ma moitié dans les yeux. Tu vois de quoi je parle maintenant ? Elle reste immobile un instant, prend mes mains, en plus d'un air docte, et me délivre enfin, une autre parcelle de sa sagesse unitaire :

"Il y a plus de jardins partagés et les pistes cyclables sont en pleine expansion." Ce n'est pas moi qui le dis, mais ton papier. Il ne faut pas voir le verre à moitié vide mais à moitié plein, mon chéri. Alors, arrête de bougonner, sois constructif, et choisis Mélenchon, allez,  je sais que c'est ton préféré ! 

(1) «Gang des profiteurs» : opération d’Attac à la Samaritaine et au siège de LVMH – Libération (liberation.fr)

(2) "La politique menée par Éric Piolle à Grenoble n’est pas du tout écologique" (marianne.net)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.