Camille Polloni
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juil. 2020

Fichage illégal par l’armée: le parquet de Paris se hâte lentement

Un an et demi après mon dépôt d’une plainte avec constitution de partie civile, qui entraîne l’ouverture automatique d’une information judiciaire, il ne s’est rien passé. Suite (et toujours pas fin) d’une exploration, dans les dédales du renseignement français.

Camille Polloni
Journaliste à Mediapart
Journaliste à Mediapart

Depuis mes premières démarches auprès de la Cnil, en 2011 (ça ne me rajeunit pas), visant à connaître le contenu d’éventuelles fiches de police et de renseignement me concernant, je vogue de surprise en surprise. Chaque année ou presque, ce feuilleton expérimental, qui tourne à la démonstration par l’absurde, s’enrichit d’un nouvel épisode. 

Après avoir appris, le 8 novembre 2017, que j’avais été fichée illégalement par la Direction du renseignement militaire (DRM, un service de renseignement qui dépend du ministère des Armées), j’ai porté plainte au pénal puis constaté l’inaction du parquet de Paris, pendant un an, malgré l’ouverture d’une enquête. J’ai donc déposé une nouvelle plainte, avec constitution de partie civile, le 21 février 2019. Cette démarche entraîne en principe la désignation automatique d’un juge d’instruction indépendant, chargé de poursuivre les investigations.  

C’était il y a un an et demi. Et depuis ? Depuis, rien. A ce jour, le parquet de Paris n’a toujours pas signé son réquisitoire introductif, le document qui permet l’ouverture d’une information judiciaire. Dans un nouveau courrier adressé au parquet lundi, l’avocat qui me défend dans ce dossier, Antoine Comte, s’étonne de cette inertie, qui « empêche un magistrat instructeur de faire les investigations qui s’imposent et de déterminer les responsables » de ce fichage illégal. Si le parquet ne fait pas son devoir, le seul recours consisterait désormais à porter plainte pour déni de justice. Espérons ne pas avoir à en arriver là. 

Dans cette affaire, qui dure depuis neuf ans, je n’ai jamais pu avoir connaissance de la moindre information issue des fichiers de renseignement. La décision du Conseil d’État m’a permis d’apprendre que quelque chose d’illégal avait eu lieu, mais je n’ai pas le droit de savoir de quoi il s’agit. Je ne dispose d’aucun indice. Je ne peux que m’en étonner, puisque ni mon travail ni ma vie privée n’ont de rapport avec les missions de la Direction du renseignement militaire.  

La doctrine des services sur leurs fichiers - préserver le secret, quoi qu’il en coûte - a été consacrée par la loi renseignement de 2015. Celle-ci a mis en place une procédure d’accès indirect, par l’intermédiaire du Conseil d’Etat. Ses membres peuvent consulter le contenu des fichiers pour le compte d’un.e requérant.e, mais ne lui communiquent jamais, même quand il y découvrent des irrégularités. Tout est classifié, jusqu’aux décrets qui encadrent les fichiers de renseignement et en définissent les objectifs. Lors des audiences au Conseil d’Etat, qui se tenaient à huis clos, ni moi ni mes avocats n’avions le droit d’assister à l’intégralité des débats : secret-défense. 

Depuis 2011, j’ai changé trois fois de journal, écrit quatre articles sur le sujet et décidé de poursuivre l’expérience jusqu’au bout. Après tout, j’ai le temps. Cette plongée dans la fabrique du renseignement, révélatrice de son opacité absolue et de l’ineffectivité des procédures de recours, prend même, par moments des tours amusants. Ainsi en décembre 2018, obéissant à l’injonction du Conseil d’Etat qui ordonnait au ministère des Armées d’effacer les informations illégales, le général Jean-François Ferlet, directeur de la DRM, a confirmé s’être exécuté. 

En parallèle, j’ai saisi la Cour européenne des droits de l’homme, en 2017, pour qu’elle examine la position de la France en matière d’accès aux fichiers de renseignement. Cela fait trois ans que ma requête, considérée par la Cour comme « exigeant une décision », est au point mort. Impunité pour les ficheurs, patience et longueur de temps pour les fichés… 

Retrouvez ci-dessous, par ordre chronologique, le récit subjectif de cette expérience qui a mal tourné :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland