Comment aider les insectes à repeupler notre environnement?

Presque 80% des insectes ont disparu en 30 ans en Europe. (1) Quelles sont les solutions concrètes pour arrêter l'effondrement dramatique des populations d’insectes et aider ces animaux à repeupler notre environnement?

Posons la question à Manfred Van Eijk (2) réalisateur néerlandais de documentaires scientifiques depuis plus de 20 ans car il prépare un film sur la disparition de la biodiversité actuelle. Ecologiste, il travaille régulièrement pour l’Université de Wageningen (Pays Bas) spécialisée dans les recherches sur l’environnement.

Manfred Van Eijk: « Cet effondrement des populations d’insectes est principalement dûe à l’utilisation de pesticides par l’agriculture intensive. La première chose à faire, c’est arrêter les pesticides et développer une agriculture biologique. »

Pourquoi?

M. Van Eijk: « Outre le fait que les pesticides empoisonnent les insectes (et pas seulement eux), la biodiversité est bien plus riche dans les cultures agricoles biologiques. Il y a plus d’insectes dans l’agriculture biologique. »

Le grand public a déjà été bien alerté sur les pouvoirs dévastateurs des pesticides sur les insectes.

Que peut-on faire d’autre?

M. Van Eijk: « Il est fondamental de préserver les vieux paysages culturels. Par exemple, dans les haies (3) des paysages de bocage, il y a énormément d’insectes. Dans une seule haie, il y a un écosystème tellement riche, qu’il peut il y avoir jusqu’à 8 000 espèces dont des insectes, des plantes, des fleurs. Ces haies sont un véritable refuge pour les insectes, où ils peuvent se nourrir, trouver un habitat, se cacher des prédateurs et se reproduire. Tandis, que les monocultures utilisant les pesticides sont pour eux des « déserts verts » hostiles. Sans compter que les haies permettent d’éviter l’érosion des sols pouvant, elle aussi, contribuer à la disparition des insectes. »

En bref, les haies sont un refuge très précieux pour la survie des insectes.

Avez-vous d’autres conseils simples pour aider à la survie des insectes?

M. van Eijk: « Oui, il suffit de protéger et conserver les forêts vierges. En France, vous avez, par exemple, la Réserve Naturelle du Grand Ventron. »

Pourquoi?

M. Van Eijk: « Les écosystèmes des forêts vierges offrent des habitats « 5 étoiles » pour de nombreux insectes et sont une réserve de biodiversité en quantité et diversité bien plus riche que les forêts de production comme les forêts de pins. Cette profusion d’insectes est aussi salutaire pour d’autres animaux qui s’en nourrissent dont les oiseaux comme le Pic vert. »

Que pourraient créer les êtres humains pour aider les insectes à survivre?

M. Van Eijk: « Des zones spécialement adaptées aux besoins des insectes. »

Pouvez-vous donner un exemple?

M. Van Eijk: « Par exemple, le long des routes et autour des champs, des bandes de terre couvertes de fleurs sauvages attireraient et nourriraient de nombreux insectes. Qui plus est, dans certaines agricultures biologiques ou biodynamiques des bandes de fleurs avec des variétés adaptées sont utilisées pour repousser certains insectes ennemis des cultures et attirer les insectes bénéfiques. »

Comment les citoyens peuvent aussi aider les insectes à survivre?

M. Van Eijk: « En faisant pousser des fleurs attirants les insectes dans les jardins, sur les balcons. (5) En mangeant biologique, pour éviter de participer à l’agriculture utilisant des pesticides. En conservant, une partie de leur jardin « sauvage », un arbre mort ou une souche d’arbre en décomposition, ou des bûches de bois vermoulus, les insectes y trouveront le logis et le couvert. »

M. Van Eijk: « Un arbre mort est une garantie de vie pour de nombreux insectes ».

Le 1ier septembre 2018, les insecticides néonicotinoïdes dits « tueurs d’abeilles » ont été interdits en France, pensez vous que se soit suffisant pour stopper l’effondrement des populations d’insectes?

M. Van Eijk: « C’est une décision importante qui peut certainement aider. Mais, si les insectes n’ont pas d’habitat, ils ne repeupleront pas l’environnement. Dans une étude publiée dans Science (4), des scientifiques ont découvert qu’ à cause du réchauffement climatique, sous nos latitudes, les insectes ravageurs détruisant les récoltes de blé, maïs et riz, augmentent. Si nous avions assez d’oiseaux dans les champs, ces insectes ravageurs seraient mangés et régularisés par les oiseaux. Mais, comme les insectes de nos campagnes manquent d’habitats, il y a chute des populations d’insectes entraînant une chute des populations d’oiseaux mangeurs d’insectes et une augmentation des insectes ravageurs. Les insecticides ne tuent pas toutes les catégories d’insectes. Si ça continue, les conséquences seront des récoltes ratées et la famine. »

 

Notes complémentaires:

 

(1) Le Monde « En trente ans, près de 80 % des insectes auraient disparu en Europe » https://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/10/18/en-trente-ans-pres-de-80-des-insectes-auraient-disparu-en-europe_5202939_1652692.html

(2) Site internet Manfred Van Eijk de la compagnie de film Scienceview http://scienceview.media/?lang=en

(3) Rtbf « Planter des haies en Wallonie : à quoi ça sert ? » https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_planter-des-haies-en-wallonie-a-quoi-ca-sert?id=10311488

(4) Voici une liste de plantes mellifères pour attirer les butineurs au jardin (abeilles, papillons et autres

pollinisateurs) https://www.rustica.fr/articles-jardin/plantes-melliferes-pour-attirer-butineurs-jardin,2312.html

Et, si vous avez envie de construire un hôtel à insectes, voici quelques conseils: https://www.rustica.fr/tv/amenager-chambres-hotel-insectes,8930.html

(5) Science « Ravenous insects may be coming for our crops in a warming world » http://www.sciencemag.org/news/2018/08/ravenous-insects-may-be-coming-our-crops-warming-world

Le Monde « Le réchauffement favorise le ravage des récoltes par les insectes nuisibles » https://www.lemonde.fr/climat/article/2018/08/30/le-rechauffement-favorise-le-ravage-des-recoltes-par-les-insectes-nuisibles_5348257_1652612.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.