Le "gouvernicant" communique en désespoir de cause

En ce début d’année 2015, année d’élections, le gouvernement ne sait plus à quelles débauches de communication se vouer. On ne saurait trop recommander les fameuses fiches « repas de famille » diffusées il y a quelques jours sur le site du gouvernement à cette adresse : http://www.gouvernement.fr/kit-repas-famille qui auront à coup sûr l’effet totalement inverse de celui escompté. Réactions des lecteurs de Mediapart ici.
Les communicants semblent toutefois essayer de faire preuve d’un minimum de sérieux sur le même site en nous divulguant les 7 indicateurs qui montrent l'accélération progressive de l’économie  à retrouver sur le même site à l’adresse suivante : http://www.gouvernement.fr/partage/2951-7-indicateurs-qui-montrent-l-acceleration-progressive-de-l-economie. Analyse au démonte-pneu.

A tout seigneur tout honneur, dans la partie intitulée « Créations d’emplois grâce au CICE et au pacte de responsabilité et de solidarité » on apprend que l’effet (des) deux dispositifs, créés notamment pour permettre aux entreprises d’embaucher, est évalué à 15 000 emplois créés par trimestre. Selon le site économie.gouv.fr (voir ici), le coût annuel du CICE est évalué à 20 milliards d’euros. Le coût du pacte de responsabilité et de solidarité est, selon le site vie-publique.fr, de 50 milliards sur trois ans (voir ici). Le coût total annuel de ces deux dispositifs s’établit donc à 36 milliards d’euros.

Jouons à la marchande. Madame, je voudrais 15 000 emplois par trimestre, soit 60 000 par an pour 36 milliards d’euros. Combien ça coute pour chaque emploi ? Facile Monsieur. Votre cout net employeur sera de 36 milliards divisé par 60 000, soit 600 000 euros. Et par mois Madame la marchande ? 50 000 euros mon bon Monsieur. Mais les charges, ça coute cher… En effet, c’est très cher ! Il faut payer 51,05 % de cotisations. En salaire net ça donne à peu près 33 000 euros par mois. Ben dit donc Madame la Marchande ça fait une belle paie quand même… Oui Monsieur, c’est l’équivalent de 28 SMIC, ça nous ferait 60 000 X 28 = 1 680 000 emplois, consommateurs… sans compter les économies sur les comptes sociaux.

Chacun pourra également noter l’emploi des plus opportuns du conditionnel dans les chiffres avancés. Allez, juste pour le plaisir quelques citations :
Après avoir stagné en 2013, le pouvoir d’achat des ménages se redresserait en 2014 : + 1,2 %, cette moyenne est bien évidemment flouée par le fait de l’effet de moyenne. Si les très riches gagnent beaucoup en pouvoir d’achat, qu’en est-il des fonctionnaires dont le point d’indice stagne ou des milliers de chômeurs supplémentaires chaque mois ?
La demande extérieure adressée à la France progresserait de 1% par trimestre au quatrième trimestre 2014 comme au premier semestre 2015 », ne vois-tu rien dans la boule de cristal ?

En plus, les améliorations dont parle le gouvernement sont essentiellement des variables pertinentes à l’échelle régionale ou mondiale : taux de change de l’euro, prix du baril de brut, échanges commerciaux. Le gouvernement français n’y est évidemment pour rien. Par ailleurs, le brut n’est pas cher, l’économie repart, la consommation de brut augmente… le prix du baril aussi… Et voilà notre bon vieux serpent pétrolier qui se mord la queue.

A cela viendra s’ajouter le mystérieux indicateur qui permet de mesurer le climat des affaires en progression de 3 points en novembre…

Au lieu de dépenser son temps et notre argent à communiquer sur des indicateurs bidons, le gouvernement serait bien avisé de tendre l’oreille à la situation véritable des français… Rien que ça ce serait déjà un grand pas de franchi vers une hypothétique réhabilitation politique de solfériniens autistes. Décidément, en ce début de millénaire, gouverner c'est communiquer. Voici une nouvelle espèce politique, fusion de gouvernant et de communicant : le gouvernicant. Personne n'est dupe... enfin faut-il l'espérer.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.