caoruile
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2021

Covid-19: Des données à l'absence de certaines questions du débat public

caoruile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce mois de novembre 2021, les français âgés de plus 65 ans sont conviés à une troisième dose de vaccin, tandis que de nombreux articles de presses et le gouvernement ne cessent de spéculer sur l'étendue probable de la "quatrième vague". Dans le même temps, certaines données de bases sur l'évolution de la mortalité du virus ne sont ni présentées, ni discutées.

Ainsi, les français demeurent peu informés quant à la l'évolution du taux de mortalité du virus, ce qui est particulièrement dommageable au débat public, qui ne semble pas vraiment avoir lieu. Par exemple, il n'est pas inoportun de se demander dans quelle mesure l'augmentation du taux de vaccination a été corrélé avec une dimininution de la mortalité du virus. Ces données peuvent pourtant être facilement calculées et donner lieu à des constats intéressants. On peut par exemple procéder à une comparaison du taux de mortalité du virus pour la période allant du 1 mars 2021 au 1 juillet 2021 (ce qui correspond à la majeure partie de la vague du variant 'anglais'), à la période allant du 1 juillet au 1 novembre 2021.

Entre le 1 mars et 1 juillet, 2 017 294 personnes ont été dépistées positives (obtenu par simple subtraction des cas cumulés), tandis que 24 308 personnes sont mortes du covid-19 sur cette période. Le taux de mortalité était donc 1.20%. Si l'on extrapole une telle mortalité obtenue pour 4 mois, sur 1 ans, nous aurions donc 72 924 morts de covid par an (si tant est qu'une vague épidémique de cette ampleure puisse durer le temps d'une année complète). Dans de telles conditions, il semblera légitime du point de vue certain, moins légitime pour d'autres, de maintenir des mesures plus ou moins génantes, telles que le pass sanitaire.

La situation a évoluée positivement depuis, à mesure que la couverture vaccinale s'est améliorée (explication la plus courante des épidémiologistes). D'après les données de santé publique france, 1 390 778 nouveaux cas ont été répertoriés pour la période allant du premier juillet 2021 au 1 novembre 2021, et 6 550 morts du covid-19 ont été constatés sur cette même période. Le taux de mortalité sur cette période a donc été de 0.47% soit plus de deux fois moins élévé que sur la période précédente. Si l'on extrapole une telle mortalité obtenue pour 3 mois, sur 1 ans, nous aurions donc 26 200 morts/an  (si tant est qu'une vague épidémique de cette ampleure puisse durer le temps d'une année complète) soit environ deux fois plus que l'épidémie de grippe de 2017.

La baisse de la létalité du virus qui est plutôt de nature à "rassurer" la population, n'a pas fait l'objet d'une très grande attention. Pourtant, cette information est d'une nature importante pour le débat public étant donné le nombre de personnes encore réticentes à la vaccination, étant données les restrictions liées au pass sanitaire, et étant donnée la nécessité de rendre ou non la vaccination obligatoire sachant qu'elle a permis (certainement avec d'autres facteurs) de faire baisser la mortalité du virus. 

Il y a de mon point de vue, un certains nombres de questions qui méritraient d'être plus débattues à la lecture de ces chiffres

1. Ne serait-il pas par exemple bienvenu/malvenu de vacciner les enfants avec le vaccin chinois homologué par l'OMS ou par tout autre vaccin qui aurait montré son absence d'effet secondaire grave chez les enfants?

2. N'est-il pas nécessaire/dérisoir de rendre la vaccination obligatoire, en laissant la possibilité à certains "objecteurs de conscience" de déroger?

3. A partir de quel niveau de mortalité et/ou de circulation du virus devient-il préférable de lever le pass sanitaire?

Au fond, chacun peut avoir un avis différent sur la question, mais en démocratie, celà mériterait d'être discuté.  Les médecins et épidémiologistes ont davantage d'expertise pour juger des scénarios possibles et donner leurs avis sur les conséquences probables de telle ou telle décision. Cependant, ils n'ont pas vocation à répondre à la place du citoyen (d'autant plus que le citoyen aura été suffisament informé) à la question: "quelle est le niveau de risque sanitaire accepable dans notre société"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef