Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2014

Jonathan Delay, victime dans l'affaire d'Outreau, s'insurge contre la diffusion sur France3 du film mensonger «Présumé Coupable»

Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jonathan Delay © 

Question : - « Jonathan [1] bonjour, vous semblez choqué par la diffusion du film « Présumé coupable » à paraître sur France 3 le 8 septembre 2014 [2]. Pouvez-vous m'en dire plus ? »

Jonathan : - « Oui je suis choqué que ce film soit diffusé sur une chaîne publique dans la section « documentaire » alors que Girenc [3] et Rossignon [4] ont dit en long et en large que c'était une fiction lors du procès Tavernier / Burgaud le 3 décembre 2013 [5]. Ce film est une propagande mensongère. Il n'y a pas que le juge Burgaud qui soit calomnié, il y a aussi les enfants victimes. Le film ne dit pas que nous avons été 12 reconnus officiellement victimes. Le juge est aussi une victime du lynchage médiatique. Bien sûr, ce film raconte l'affaire du point de vue d'Alain Marécaux. Mais comme vous le dites « acquitté ne signifie pas innocent », surtout qu'il a finalement avoué « Je suis coupable mais à cette époque je ne savais pas où j'en étais » [6]. On ne voit pas non plus dans ce film comment les avocats de la défense nous ont maltraités pour nous faire dire le contraire de ce que nous avions vécu.

Question : -  « Que faisiez-vous au tribunal le 3 décembre ? »

Jonathan : - « J'étais venu soutenir le juge que les propos de Tavernier mettaient encore en difficulté. Le juge Burgaud qui est dépeint dans le film comme un monstre inhumain alors qu'en réalité c'est quelqu'un qui est très réservé, presque timide, et surtout très respectueux. J'avais été très agacé de constater que Tavernier avait pris une position citoyenne dans un dossier qu'il ne connaissait pas. De toute évidence Tavernier n'a jamais cherché à connaître le contradictoire et encore moins à savoir ce qu'avaient pu vivre les enfants victimes de cette affaire dont je fais partie. C'est malhonnête de la part d'une personne aussi cultivée. Le 3 décembre, je suis allé dire au Juge Burgaud que j'ai grandi mais que je n'oublie pas qu'il a été un bon juge. Un jour, il faudra qu'une chaîne de télévision courageuse lui donne la possibilité de s'exprimer.»

Question : - « Vous parlez de calomnie, pourtant vous n'avez jamais porté plainte pour diffamation contre ce film. »

Jonathan : - « Comment aurais-je pu ? J'étais mineur, mal défendu et non informé quand Marécaux a sorti son livre propagandiste [7]. Il aurait fallu que je porte plainte dans les 3 mois après sa sortie, ce qui était impossible vu mon âge. Puis il y a eu le film et puisque le producteur a annoncé dès le départ que ce film était une fiction, il est quasi impossible de l'attaquer.. J'étais dans les mêmes conditions que celles de la sortie du livre : mineur, désinformé et mal défendu. Mais maintenant que je suis devenu majeur, je deviens fou d'indignation quand je vois qu'une chaîne publique programme ce film truffé d'erreurs et de mensonges. J'ai eu un bâillon sur la bouche pendant toutes ces années, maintenant je veux parler. »

Question : - « Qu'attendez-vous de la part de France 3 ? »

Jonathan : - « La moindre des choses serait que la chaîne passe le documentaire de Serge Garde « Outreau, l'autre vérité [8]. Ce film est un vrai documentaire. A l'inverse de Girenc et Rossignon, Garde a lu le dossier. Si Girenc et Rossignon l'avaient fait, ils n'auraient jamais fait le film. Je peux admettre qu'il y ait une certaine liberté d'expression dans notre pays, mais il serait correct que les 2 parties soient alors entendues. Le film de Serge Garde pourrait donc être un deal honnête. Si France 3 refuse de diffuser le film, on pourra se poser bien des questions sur leurs motivations. De plus, un simple bandeau en bas du film précisant qu'il n'est pas un documentaire (à l'inverse du film de Serge Garde) mais qu'il est une fiction qui n'est pas basée sur des faits réels serait acceptable. Je défie la chaîne de proposer un débat avec le Juge Burgaud ou Jacques Thomet, ancien directeur d'AFP qui lui aussi a lu le dossier et a écrit le livre « Retour à Outreau » [9]. »

Question : - « Comment voyez-vous l'avenir ? »

Jonathan : - « Sérieusement ? Les enfants victimes de viol et autres actes de barbarie dans cette affaire ont le sentiment d'avoir été abandonnés par la France. Nous attendons toujours d'être reçus à Matignon comme l'ont été les acquittés, et nous attendons toujours qu'un chef de gouvernement dise haut et fort que 12 enfants ont été reconnus victimes de viols et de prostitution.[10] Je vois l'avenir en noir si les médias ne donnent la parole qu'aux acquittés. Je vois un meilleur avenir si nous, réelles victimes, avons la possibilité de nous exprimer ouvertement. »

 -------------------------------------------------

  1. Jonathan Delay victime de viol et prostitution dans l'affaire d'Outreau

  2. Film « Présumé Coupable » diffusé par France 3 le 8 septembre 2014

  3. Girenc réalisateur du film « Présumé Coupable »

  4. Rossignon producteur du film « Présumé Coupable »

  5. Procès contre Tavernier : http://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/051213/proces-burgaud-tavernier-le-film-presume-coupable-est-une-fiction-ce-nest-pas-la-vraie-histoire-dout ... http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/051213/outreau-fburgaudb-tavernier-la-mauvaise-foi-dun-grand-monsieur ... http://www.village-justice.com/articles/Fabrice-Burgaud-Bertrand-Tavernier,15744.html

  6. Marécaux a avoué « Je suis coupable mais à cette époque je ne avais plus où j'en étais » page 5 de cette déclaration du président Monnier http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/tribunal/2009/01/29/article_phr-971777.shtml

  7. C'est à partir du livre d'Alain Marécaux « Mon erreur judiciaire » que le film a été tourné. Il est déjà mensonger dans son titre puisqu'il n'y a pas eu d'erreur judiciaire. En effet, pour qu'il y en ait une, il aurait fallu qu'il soit condamné à tort. Or, il a été acquitté (en appel). Sa détention préventive était nécessaire puisqu'elle a eu lieu pendant l'instruction de l'affaire, comme c'est toujours le cas en cas de suspicion de crime.

  8. A voir le film de Serge Garde qui paraît bientôt en DVD et en streaming http://www.youtube.com/watch?v=mkjX08FPKrE

    © Bandes Annonce Cinéma

  9. Livre de Jacques Thomet « Retour sur Outreau »

  10. Les acquittés ont été reçus en grande pompe à Matignon alors que les enfants victimes ont été reniés

  1. A lire pour complément d'infos:
  2. http://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/020914/pitie-alain-marecaux-acquitte-doutreau-arretez-votre-cinoche
  3. http://outreaulaverite.canalblog.com/archives/2014/09/03/30522853.html
  4. http://www.jacquesthomet.com/jacquesthomet/2014/09/01/outreau-fr3-diffuse-le-8-septembre-le-film-prsum-coupable-sur-lun-des-acquitts-lhuissier-de-justice-alain-marcaux/
  5. http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/260811/affaire-outreaumarecaux-lhistoire-demaquillee
  6. http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/080911/presume-coupable-quand-le-cinema-reecrit-laffaire-outreau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss