Outreau: où sont les vrais menteurs?

       pinocchio.png

Parce qu'il est censé représenter Celui qui est la Vérité, Dominique Wiel se devrait de tenir sa langue en bride plus que quiconque. Il n'a pourtant pas hésité à accuser de mensonge Chérif (dit Kévin) et Dimitri Delay à travers sa lettre aux aînés de Myriam & Thierry http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/documents/lettre_wiel.pdf alors que les 2 enfants ont été reconnus officiellement victimes de viols et de prostitution comme 10 autres enfants.

 L'Abbé Do

Il va jusqu'à réclamer l'acquittement du couple diabolique alors que les 2 monstres ont été jugés coupables des pires crimes (voir plus bas) , laissant supposer que ces dévoreurs d'enfants sont "acquittables" – donc innocents - qui ment ?

Après lecture du jugement condamnant ces deux prédateurs, l 'abbé Do' se permettrait-t-il de réitérer ses diatribes fallacieuses ?

On peut aussi se demander pourquoi il accuse en boucle avec autant de véhémence Chérif Delay (dit Kévin) alors qu'il avait aussi été accusé par MS, JD, JR, DD, JD, DP et FG? Y aurait-il un contentieux particulier entre Chérif et l'Abbé Do' duquel il devrait se couvrir? 

 

Duchochois

Karine Duchochois a prétendu devant les caméras et devant la Commission Parlementaire avoir été privée de son fils Anthony Brunet à cause de l'affaire d'Outreau. Qui ment ?

En cherchant un peu , j'ai découverts qu'en réalité, se sont ses parents qui avaient demandé aux services sociaux une mesure de protection pour leur petit fils car la jeunette souvent embrumée par l'alcool ou le shit était loin d'être une mère parfaite. Elle venait d'ailleurs régulièrement faire des esclandres auprès de David Brunet , père de son fils Anthony, le menaçant de mort, arme à la main.

Elle était connue des services de police pour quelques infractions telles que l'usage de stupéfiants en 98 et 99, des violences et dégradations volontaires, des menaces d'atteinte aux personnes sous condition en 97, ainsi qu'une falsification et usage de chèques en 98... .http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/230511/zone-interdite-special-outreau-lintox-du-dimanche-soir

David quant à lui, dont le voisinage ne tarissait pas d'éloges, est le protagoniste du « petit loupé » qu'évoque le Président Monnier disant que  «le papa d'Anthony avait pris son zizi  dans sa bouche » … http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/mediastore/NordLittoral/A2009/M01/Jean-Claude_Monier.pdf

Un rapport de l'IGAS embarrasse encore ceux qui auraient dû prendre des décisions énergiques pour protéger le petit. http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/article_969465.shtml

 La petite touche anecdotique m'a été soufflée récemment par un témoin : « Karine Duchochois avait les mêmes dents pourries que Myriam » (entendre Badaoui).

Quand on la voit aujourd'hui chroniqueuse judiciaire à France Info, alors qu'elle était connue comme limite dangereuse, consommant des produits illicites et délinquante à Outreau, on se dit que les programmes de ré-insertions font des miracles...

 

640541-lydia-mour-4d690cc5.jpg.jpg

Feu François Mourmand, parrain de Jonathan Delay, était loin lui aussi d'être un « sain » malgré ce que peut en dire Lydia Cazin-Mourmand sa soeur, qui se bat toujours pour tenter de récupérer les indemnités que son frère aurait pu percevoir -ou pas- s'il n'était pas mort accidentellement d'une intoxication médicamenteuse. La sœur cupide prétend que son frère était innocent de tout crime et certifie agir pour réhabiliter sa mémoire de façon complètement désintéressée. Qui ment ?

François Mourmand était un voleur multirécidiviste ayant été condamné et ayant purgé 8 mois de prison ferme pour violences habituelles envers un mineur de quinze ans suivies d'incapacité inférieure ou égale à huit jours, faits commis de courant juin 1994 au 23 février 1995

Les enfants Mourmand-Anquiez, 3 filles et 1 garçon, ont été confiés à la DEF le 23 février 2000, puis placés en famille d'accueil, soit un an avant le déclenchement de l'affaire (aucun rapport direct avec l'instruction du dossier d'Outreau). Les oncles Bouboule, Paulo & Co - 16 au total- peuvent aussi bien se tenir...  

Je me suis souvent demandé si Mourmand toujours en vie, aurait été condamné au même titre que Grenon & Delplanque, et si ça avait été le cas, si d'autres n'auraient pas suivi? (Je doute qu'il ait accepté la sentence en solo)

Alain Marécaux

Alain Marécaux à travers son film-fiction a prétendu dire la vérité sur l'affaire d'Outreau mais il a omis sa déclaration mythique rapportée par le Président Monnier : « Je suis coupable mais à cette époque je ne savais plus où j'en étais » . Il se dit maintenant innocent de tout crime, mais qui ment ?  

Comment Dédé, alors âgé de 8 ans a-t-il pu reconnaître immédiatement et sans hésitation le beau tapis zébré de la chambre à coucher de « Monsieur Marico » lorsqu'il l'a aperçu furtivement sur une photo alors qu'il venait d'entrer dans le bureau du Juge Burgaud ?

Depuis quand un huissier de justice, notable, laisse-t-il un enfant du quart monde pénétrer sa chambre à coucher ? Dédé était-il comme il a été prétendu, un copain de classe de son fils ? Que neni, François-Xavier Marécaux n'a fréquenté l'école de Dédé que plus tard, question de brouiller les pistes...

Marécaux avait prétendu ne jamais s'être rendu en Belgique et n'y connaître personne (sauf pour y emmener ses enfants dans un parc d'attractions) mais étrangement, son voisin mitoyen a vu très souvent des voitures immatriculées en Belgique garées devant chez lui... Qui ment ?

(Celui qui parle le mieux de l'huissier et de son film est Frédéric Valandré : http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/060611/lhuissier-doutreau-presume-coupable-complement-dinformation-sur-le-cas-m )

*Petit rajout des plus intéressants: Alain Marécaux, expert en mensonges (pour un huissier c'est pas des plus forts) s'est aussi permis de pleurnichouiller devant les caméras de télévision car selon lui , on lui aurait « pris » son étude d'huissier .

La vérité est toute autre : il a vendu son étude au prix du marché quand l'affaire a commencé à éclater (ce qui était très prudent pour quelqu'un qui n'avait rien à se reprocher) .

http://www.jacquesthomet.com/2012/11/26/outreau-huissier-alain-marcaux-vous-nous-cachez-bien-des-vrits/

Il a aussi prétendu qu'il lui avait été pris son épouse : pas du tout ! Quelques tensions au sein du couple avait creusé une bonne distance bien avant que l'huissier ne puisse être inquiété de près ou de loin par l'éclatement de l'affaire...


L'ogre des assises

L'avocat de la défense Eric Dupont-Moretti qui se plaît à ne dire que des demis-vérités ou plutôt à cacher certaines vérités est aussi particulièrement doué pour accuser son « adversaire » de ce qui pourrait être reproché à son client, et là en l’occurrence, en incriminant les enfants victimes d'être des menteurs...

Ce qui est bigrement intéressant dans cette perverse narcissique inversion des rôles, c'est que la négation du crime généralisée parmi les inculpés - à l'exception des 4 punis -, la proclamation de l'innocence n'est apparue que lorsque EDM a fait son entrée dans le banc de la défense.

Certains inculpés, présumés coupables, avaient été capables jusqu'alors, de se dénoncer mutuellement les uns les autres, donnant des détails morbides sur ce que leurs complices avaient fait, sans aucune concertation.

Extrait d'un PV d'audition de Delplanque où le criminel décrit en détail comment les viols en réunions étaient organisés. Il y est bien question de "plusieurs participants" © Anonyme Extrait d'un PV d'audition de Delplanque où le criminel décrit en détail comment les viols en réunions étaient organisés. Il y est bien question de "plusieurs participants" © Anonyme
 

 

 

 

 

 

 

 

 Daniel Legrand (fils) n'a jamais été jugé pour les crimes qui lui ont été reprochés avant sa majorité. Doit-il d'ailleurs s'y préparer ? http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/tribunal/2009/02/04/article_l_affaire_n_est_pas_terminee.shtml

Daniel Legrand - fils

 «  il - Daniel Legrand - demeure accusé des mêmes charges pour la période du 16 juillet 1997 au 15 juillet 1999 - alors qu'il était mineur ; l'arrêt N° 1236 de la chambre d'instruction de la Cour d'Appel de Douai du 1er juillet 2003 évoque (p. 140) un renvoi « devant la cour d'assises des mineurs du Pas-de-Calais ». Extrait de http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/070211/outreau-contre-le-pret-penser-mediatique

 Feu le psychologue Michel Emirzé avait rencontré Daniel Legrand (fils) lors de son incarcération . Cela avait permis à ce dernier de décharger sa conscience par des confessions effroyables, consignées à jamais à travers un rapport qui se partage actuellement sous le manteau.

 Puis depuis sa geôle alors qu'il n'avait aucune pression de quiconque, Daniel Legrand (fils) a écrit une lettre au Juge Burgaud reprenant au iota près ce qu'il avait révélé à l'expert.

Extrait de la lettre que le fils Daniel Legrand envoya depuis sa geôle au Juge Burgaud, après s'être confié auprès du psy Michel Emirzé à qui il tint les mêmes propos, et ce, sans aucune pression.  © Donde Vamos Extrait de la lettre que le fils Daniel Legrand envoya depuis sa geôle au Juge Burgaud, après s'être confié auprès du psy Michel Emirzé à qui il tint les mêmes propos, et ce, sans aucune pression. © Donde Vamos

 

Mais après que le négationnisme fut devenu la stratégie collégiale de la ligne de défense, Daniel Legrand réfuta ses terribles déclarations alors qu'il ne semble pas avoir le QI suffisant pour mettre sur pied une manœuvre de déstabilisation comme il l'a prétendu pour expliquer son volte-face.

http://blogs.mediapart.fr/blog/valandre78/300112/meurtre-outreau-verite-ou-legende

Quand ment-il ?

Et les mensonges des enfants victimes dans tout ça ?

Il a été facile de faire semblant de ne pas décoder la parole des enfants quand lors de l'affaire, ils ont exposé leurs souvenirs et leur douleur à travers beaucoup de confusion, notamment temporelle.

Si vous avez fréquenté un enfant, avez-vous ce souvenir par exemple qu'il peut dire « hier » pour désigner un fait qui se serait produit 15 jours auparavant ? Et s'il vous dit qu'il a vu son Papy « hier » alors que c'était le week-end passé, décodez-vous pour comprendre ce qu'il dit ou bien traitez-vous l'enfant d'être un menteur ?

C'est sur ce genre de petits détails que les 19 avocats de la défense ont sauté allègrement afin de noyer le poisson;  l'acquittement des 12 – qui aboutit à la promotion carrièriste des défenseurs – s'est fait à un prix sordide, à celui du sacrifice des enfants victimes.

Parce qu'il avait été sonné, radicalement assommé par l'intervention agressive de l'avocat Dupont-Moretti, Chérif -dit Kévin- complètement dissocié, ne pouvait plus répondre aux questions posées, ne reconnaissant pas le portrait de sa propre génitrice, il a été accusé d'être un menteur !

L'avocate du curé a demandé à Freddy G. de lui décrire les détails de la tapisserie de la pièce dans laquelle son client l'aurait violé. L'enfant soumis à la pression inhérente au procès ne pouvait y répondre. Ses seuls souvenirs des viols (présumés) concernaient sa douleur, quelques paroles entendues (communes aux enfants qui ont porté plainte contre la même personne pour les mêmes faits) et les menaces qui l'ont empêché d'en parler plus tôt.

Parce qu'il n'a pu affirmer de quelle couleur était le papier peint, Freddy a été accusé d'être un menteur !

Une fillette violée par sodomie, pénétration vaginale et contrainte à la fellation a aussi été traitée de menteuse car elle n'avait pas de certificat attestant la défloration. Pourtant , nul besoin d'être gynécologue légiste pour savoir qu'il y a des « hymens complaisants » , et pour savoir qu'après 3 semaines écoulées, il est très difficile, voire impossible, de prouver une sodomie et encore moins une fellation.

Les prédateurs eux, connaissent ces réalités et s'en servent pour camoufler leurs abominations. Ils violent des enfants sans motif de conscience, mais en prenant « des précautions ».

Un seul point de repère aurait pu permettre à la justice de faire droit aux enfants victimes avec équité, c'était les expertises validant leur parole.

Toujours dans l’esbroufe emphatique, EDM a présenté à la cour le seul expert qui n'avait jamais rencontré un seul de ces enfants victimes : Paul Bensussan ! Il a balayé sur un coup de bluff, et sans vergogne, les mois d'analyses, de travail de ses confrères, invalidant leurs très nombreux rapports qui unanimement confirmaient que les enfants disaient vrai !

Inutile donc de s'étonner de l'acharnement des avocats de la défense – et de leurs sympathisants- à ridiculiser les témoins ou les professionnels compétents capables de confirmer les déclarations des 17 enfants victimes.

Encore récemment, à travers son livre, EDM s'en donne à cœur joie pour démonter l'intégrité de la psychologue, experte dans cette affaire, Marie-Christine Gryson. Son livre « Outreau, la vérité abusée » pourrait-il ternir la propagande inoculée par les médias ?

"Outreau la vérité abusée" livre de Marie-Christine Gryson

Le temps me manque pour aborder les mensonges de ceux qui voudraient désormais plonger les enfants victimes de cette affaire dans le déni. Ce sera probablement le sujet de mon prochain billet.

En attendant, parce que la vérité a été abusée, parce que des enfants ont été massacrés impunément, parce que la justice a été ridiculisée, parce que les professionnels gravitant autour de cette affaire ont été méprisés, je voudrais apporter mon soutien à Jacques Thomet en lançant sur mon blog son appel en direction des 42 enfants de l'affaire d'Outreau pour lesquels il n'a pas encore été fait droit et réparation de l'ignominie endurée.

http://www.jacquesthomet.com/2012/11/05/pdophilie-jinvite-les-42-autres-enfants-doutreau-victimes-de-viols-porter-plainte-pour-dclencher-une-rouverture-de-lenqute/

Il reste encore une lueur d'espoir pour que la vérité triomphe et qu'il soit fait droit aux enfants martyrs non seulement de cette affaire, mais à  ceux qui ont été livrés à l'injustice à sa suite car les mensonges des méchants avaient été plus bruyants que les cris de vérité étouffés des victimes. 


---------------------------------------------------------------------

Jugement de la cour d'assises de Saint Omer :

I – Thierry DELAY , d'avoir à OUTREAU, de courant 1995 à novembre 2000,  :

- par violence, contrainte, menace ou surprise, commis des actes de pénétration sexuelle de quelque nature qu'ils soient, sur les personnes de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, DD, , Aurore BEAUMONT, Jean-Marie RINGOT, David PARENT, Freddy GRISET,

avec ces circonstances que les faits ont été commis :

- par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice,

- sur des mineurs de quinze ans, comme étant nés :Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD (encore mineur) , MD (encore mineure) , Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, Jean-Marie RINGOT, le 23 mars 1990, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994,

- par ascendant, pour ce qui concerne Kévin, Dimitri, Jonathan, D. DELAY.

 crimes prévus et réprimés par les articles 222-23, 222-44 à 222-48 du code pénal.

- commis des atteintes sexuelles, par violence, contrainte, menace ou surprise sur les personnes de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, MD (encore mineure) , CD (encore mineur) , Aurore BEAUMONT, AL (encore mineure) , Jean-Marie RINGOT, Julien RINGOT, David PARENT, ,Freddy GRISET,

avec des circonstances que les faits ont été commis :

 -par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice,

 -sur des mineurs de quinze ans, comme étant nés :Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD (encore mineur), MD (encore mineure) , le 30 décembre 1994, CD (encore mineur) , Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, AL (encore mineur), Jean-Marie RINGOT, le 23 mars 1990, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994, Freddy GRISET le 18juillet 1987.

 - par ascendant, pour ce qui concerne Kévin, Dimitri, Jonathan, D. DELAY.

 Délits prévus et réprimés par les articles 222-22, 222-29, 222-30, 222-44 à 222-48 du code pénal.

- Favorisé la corruption de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, DD, MD, CD, Aurore BEAUMONT, AL, Jean-Marie RINGOT, Julien RINGOT, David PARENT, Freddy GRISET, en organisant, étant majeur, des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles les mineurs assistaient ou participaient avec cette circonstance que les mineurs étaient âgés de moins de quinze ans, comme étant nés :Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996, MD, le 30 décembre 1994, CD le 08 novembre 1996, Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, AL, le 30 juillet 1996, Jean-Marie RINGOT, le 23 mars 1990, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994, Freddy GRISET le 18juillet 1987.

 - Tiré profit ou partagé les produits de la prostitution de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, DD, avec ces circonstances que les faits ont été commis à l'égard des mineurs, comme étant nés respectivement Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996 par ascendant légitime,

 faits prévus et réprimés par les articles 225-5, 225-7, 225-20, 225-21, 225-24 du code pénal.

 

 -II – Myriam BADAOUI, épouse DELAY, d'avoir à OUTREAU,, de courant 1995 à novembre 2000

 - par violence, contrainte, menace ou surprise,commis des actes de pénétration sexuelle de quelque nature qu'ils soient sur les personnes de Kévin DELAY, Dimitri DELAY? Jonathan DELAY, DD, Aurore BEAUMONT, Julien RINGOT, David PARENT.

Avec ces circonstances que les faits ont été commis :

 - par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice,

 - sur des mineurs de quinze ans, comme étant nés:Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996, Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994,

- par ascendant, pour ce qui concerne Kévin, Dimitri, Jonathan, D DELAY.

 Crimes prévus et réprimés par les articles 2222-23, 222-24, 222-44 à 222-48 du code pénal,

 - commis des atteintes sexuelles par violence, contrainte, menace ou surprise sur les personnes de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, DD, MD, CD, Aurore BEAUMONT, AL, Julien RINGOT , David PARENT avec ces circonstances que les faits ont été commis

 - par plusieurs personnes agissant en qualité d'auteur ou de complice,

 - sur des mineurs de quinze ans comme étant nés:Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996, MD, le 30 décembre 1994, CD le 08 novembre 1996, Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, AL, le 30 juillet 1996, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994,

 - par ascendant, pour ce qui concerne Kévin, Dimitri, Jonathan, D DELAY.

Délits prévus et réprimés par les articles 222-22, 222-29, 222-30, 222-44 à 222-48 du code pénal.

 - Favorisé la corruption de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY, DD, MD, CD, Aurore BEAUMONT, AL, Jean-Marie RINGOT, Julien RINGOT, David PARENT, en organisant, étant majeure, des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles les mineurs assistaient ou participaient, avec ces circonstances que ces mineurs étaient âgés de moins de quinze ans comme étant nés Kévin DELAY, le 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996, MD le 30 décembre 1994, CD le 08 novembre 1996, Aurore BEAUMONT le 18 mars 1993, AL, le 30 juillet 1996, Jean-Marie RINGOT, le 23 mars 1990, Julien RINGOT le 10 septembre 1993, David PARENT le 11 novembre 1994,

 Délits prévus et réprimés par les articles 227-22, 227-29, 227-31 du code pénal,

 - Tiré profit ou partagé les produits de la prostitution de Kévin DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY et DD, avec ces circonstances que les faits ont été commis à l'égard de mineurs, comme étant nés Kévin DELAY, 18 février 1990, Dimitri DELAY, le 18 septembre 1992, Jonathan DELAY, le 23 mai 1994, DD, le 08 août 1996, et par ascendant, légitime,

 Faits prévus et réprimés par les articles 225-5, 225-7, 225-20, 225-21, 225-24 du code pénal













 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.