Lettre ouverte à Monsieur Jean-Philippe JOUBERT, Procureur de Boulogne : Affaire LAVIER acquittés d'Outreau

 

 

À l'attention de Monsieur Jean-Philippe JOUBERT, Procureur de la République de Boulogne sur Mer

 

 

 

 

Monsieur le Procureur,

 

 

 

C'est en qualité de citoyenne française et avec un très profond respect que je me permets de vous adresser cette lettre ouverte par voie virtuelle, n'ayant pas temporellement la possibilité de vous la transmettre dans les délais qui me conviendraient.

 

Je vous ai croisé, sans toutefois me présenter à vous, au Tribunal de Grande Instance de Boulogne-sur-Mer lors du procès de Chérif DELAY que j'accompagnais le 8 décembre après qu'il ait proféré de façon réitérée des menaces de mort à l'encontre de Franck LAVIER.

 

Je sais que les personnes qui l'accueillent actuellement, font en sorte d'une façon générale et absolue, de ne pas ou de ne plus associer Chérif à l'affaire d'Outreau, pour que rejetant en arrière son passé il puisse se projeter vers son avenir.

Mais vous admettrez Monsieur le Procureur qu'il est bien difficile, pour ne pas dire impossible, d'effacer d'un revers de volonté cette douleur qui a pénétré la moelle et les os de cette victime d'une des plus effroyables affaires de pédocriminalité que notre pays ait connue.

 

Chérif s'est présenté à vous pour assumer les actes qu'il a reconnus. Il a été puni comme il se devait, et actuellement je peux affirmer qu'il prend en considération l'ordonnance à laquelle il doit se soumettre.

 

Il aurait été si facile à Franck Lavier de bloquer ce visiteur « facebook » pour l'empêcher pacifiquement de réitérer ses menaces, mais apparemment la fonctionnalité de la touche virtuelle « Bloquer/ Signaler » n'a été découverte que récemment par Franck Lavier et Sandrine Lavier (qui ne veut plus que les petits curieux voient ses publications ou ses abonnements à des pages obscènes).

 

Mais ce n'est pas pour évoquer cet épisode malencontreux de la vie de Chérif que je voudrais attirer votre attention aujourd'hui, bien que cela ait un rapport indirect.

 

En effet, je viens de lire avec consternation dans La Voix Du Nord que les avocats de Franck & Sandrine Lavier espèrent faire annuler le procès de ce jeudi 26 janvier 2012 !http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2012/01/24/article_les-avocats-du-couple-lavier-esperent-fa.shtml

 

Nous, la justice, la loi, la sentence, avons demandé à Chérif d'assumer ses actes et il a été puni pour le délit commis, il a été puni pour qu'il ne recommence plus, si toutefois était-là le but de la condamnation.

 

Monsieur le Procureur, comment pouvons-nous demander à Chérif de se comporter en adulte responsable si nous nous montrons laxistes avec un couple dont la ligne de défense s'est effondrée (selon vos propres termes) ?

 

Vous avez affirmé que la vidéo mise en cause initialement n'était pas un fait unique, contrairement aux premières déclarations des Lavier. Il y a eu effectivement découverte de nouveaux fichiers confirmant que la comparution pour corruption de mineurs des susnommés était équitable. De plus, un acte médical a attesté les violences habituelles subies par les deux enfants pour lesquels il y a eu le déclenchement d'une nouvelle procédure.

 

Comment ne pas être scandalisé en imaginant que ces parents présumés maltraitants ne devraient pas avoir à répondre de leurs actes infâmes ?

 

Comment ne pas être désabusés en supposant que les doléances pour ne pas dire les plaintes des enfants Lavier ne seront pas prises en considération?

 

Comment ne pas être anéantis en pensant que la Justice risque une fois de plus de connaître un dépouillement déloyal de la part de ses adversaires ?

 

Afin que nous puissions avec fierté évoquer notre Justice de France, afin que nous puissions inculquer à nos enfants et petits-enfants une totale soumission et un réel respect en nos instances magistrates et afin que l'espérance puisse s'associer à la confiance nécessaire envers nos tribunaux pour l'équilibre de notre pays, je viens instamment vous demander Monsieur le Procureur de maintenir le procès que le parquet avait jugé bien fondé.

 

Dans l'attente de votre réponse et restant à votre entière disposition pour de plus amples renseignements, je vous prie d'agréer Monsieur le Procureur, l'expression de mes très sincères salutations.

 

L*** V***

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.