Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2014

Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

La Sécurité sociale demande à Bamberski de payer les frais d'hospitalisation carcérale de Krombach

Caprouille
Amoureuse de la vie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Sécurité Sociale se porte partie civile dans le futur procès au civil de l'affaire de l'enlèvement de Dieter Krombach.

 Source: France3 Régions 

  • Par Michel Pech
  • Publié le 08/10/2014 | 11:27

© France 3 Pour André Bamberski, "plaie d'argent n'est pas mortelle".

Le 20 décembre 2012, en appel, Krombach avait été condamné par la cour d'assises de Créteil à 15 ans de prison.

En juin 2014, le tribunal correctionnel condamne André Bamberski  à un an de prison avec sursis, une peine plus lourde que les réquisitions. On lui reproche d'avoir fait enlever Dieter Krombach.
En mai, lors de l'audience, Bamberski apprend que la Sécurité Sociale s'est portée partie civile contre lui et lui réclame la prise en charge de tous les soins médicaux du Docteur Krombach en France depuis le 18 octobre 2009.
Pour éviter qu'il ne soit maltraité, voire tabassé, par les autres détenus, Krombach incarcéré à Fresnes est placé à l'Hôpital National des Prisons de France où il restera deux ans et demi.
Ce sont ces frais d'hospitalisation que devrait payer Bamberski.
La somme à verser pourrait être considérable.
Le procès au civil aura lieu en décembre prochain.
Le rappel des faits
Les faits qui sont reprochés à André Bamberski remontent au 17 Octobre 2009 ; cette nuit là, un homme est retrouvé ligoté et bâillonné dans une rue à proximité du tribunal de Mulhouse. Il s'agit de Dieter Krombach, un homme de nationalité allemande condamné en 1982 en France par contumace à 15 ans de prison pour le meurtre de Kalinka Bamberski, la fille d'André Bamberski. Malgré cette condamnation Dieter Krombach vivait libre en Allemagne. Lassé de tenter d'obtenir son extradition André Bamberski a donc "organisé" l'enlèvement du meurtrier de sa fille. Un kosovar agé de 43 ans, Anton Krasniqi se serait proposé pour enlever Dieter Krombach en Allemagne et le ramener en France. Cet enlèvement a permis de traduire Dieter Krombach devant la justice française, il a été condamné en 2011 et 2012 à 15 ans de réclusion, il purge sa peine à la prison de la santé à Paris.
Vidéo : André Bamberski s'explique sur l'arrêt des poursuites allemandes et la menace de la sécurité Sociale française ( un interview réalisé par Michel Pech et Olivier Denoun)

------------------------------------------------

APPEL A PETITIONNER! 

Il est inimaginable que les victimes aient à payer les frais des coupables.

Au contraire, ce devrait être aux agresseurs de rembourser les soins médicaux et psychothérapiques que leurs victimes engagent suite aux crimes endurés.

En attendant que le législateur se penche sur cette évidence, il faut soutenir André Bamberski en demandant que la Sécurité Sociale lève ses poursuites iniques envers ce héros national.

Merci de signer cette pétition : Non aux remboursement de l'hospitalisation de Krombach par André Bamberski.  

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise