CapucineSauvage
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2022

L'avis éclairé de Bernie Sanders sur l'OTAN, l'Ukraine et les options diplomatiques

"Un refus simpliste de reconnaître les racines complexes des tensions dans la région mine la capacité des négociateurs à parvenir à une résolution pacifique", a déclaré le sénateur du Vermont. Un article The Nation du 15 février 2022 par John Nichols.

CapucineSauvage
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Source : The Nation – 15 février 2022 – par John Nichols

La semaine dernière, le sénateur Bernie Sanders (I-Vt.) a fait quelque chose que peu de membres de l'administration Biden et du Congrès ont fait dans leurs commentaires publics sur la crise ukrainienne : il a offert une perspective globale qui va au-delà d'une simple récitation des points de discussion du département d'État.

Le président de la commission sénatoriale du budget et ancien candidat à la présidence a longtemps critiqué l'ingérence du président russe Vladimir Poutine dans les affaires politiques d'autres nations et les agressions contre les dissidents russes, tels qu'Alexei Navalny. Et il le reste.

S'exprimant jeudi devant le Sénat étatsunien, M. Sanders a exprimé sa profonde inquiétude face à la menace d'une invasion russe en Ukraine. Il a averti que les États-Unis "doivent soutenir sans équivoque la souveraineté de l'Ukraine et indiquer clairement que la communauté internationale imposera de graves conséquences à Poutine et à ses collègues oligarques s'il ne change pas de cap."

Pourtant, M. Sanders a également mis en garde contre l'abandon de l'espoir d'une solution diplomatique. Il a fait valoir que, dans le cadre de l'attention nécessaire accordée à la diplomatie, les responsables étatsuniens doivent reconnaître le rôle que les craintes russes concernant l'expansion de l'OTAN jouent dans la crise. Cette reconnaissance pourrait bien jouer un rôle crucial dans la réduction des tensions et l'évitement de la guerre.

"Un refus simpliste de reconnaître les racines complexes des tensions dans la région mine la capacité des négociateurs à parvenir à une résolution pacifique", a déclaré M. Sanders au Sénat, dans des remarques bien trop rares pour une chambre où trop de membres des deux partis se précipitent pour augmenter les dépenses de défense et imposer des sanctions sans discernement.

"Je sais que ce n'est pas très populaire à Washington de prendre en compte les perspectives de nos adversaires, mais je pense que c'est important pour formuler une bonne politique", a déclaré Sanders.

À cette fin, le sénateur a expliqué :

"L'un des facteurs qui ont précipité cette crise, du moins du point de vue de la Russie, est la perspective d'un renforcement des relations de sécurité entre l'Ukraine et les États-Unis et l'Europe occidentale, y compris ce que la Russie considère comme une menace d'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), une alliance militaire créée à l'origine en 1949 pour faire face à l'Union soviétique.

Il est bon de connaître un peu d'histoire. Lorsque l'Ukraine est devenue indépendante après l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, les dirigeants russes ont clairement exprimé leurs préoccupations quant à la perspective de voir les anciens États soviétiques faire partie de l'OTAN et positionner des forces militaires hostiles le long de la frontière russe. Les responsables étatsuniens ont reconnu que ces préoccupations étaient légitimes à l'époque."

Sanders a cité l'ancien secrétaire à la défense William Perry qui, dans une interview de 2016, a déclaré : "Ces dernières années, la plupart des reproches peuvent être dirigés vers les actions que Poutine a prises. Mais dans les premières années, je dois dire que les États-Unis méritent une grande partie du blâme. Notre première action qui nous a vraiment fait prendre une mauvaise direction a été le début de l'expansion de l'OTAN, qui a fait entrer des pays d'Europe de l'Est, dont certains étaient limitrophes de la Russie." Il a également cité l'actuel chef de la CIA, William Burns, un ancien diplomate, qui, dans un mémo de 2008 adressé à la secrétaire d'État de l'époque, Condoleezza Rice, a écrit :

"L'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN est la plus brillante de toutes les lignes rouges pour l'élite russe (et pas seulement pour Poutine). Depuis plus de deux ans et demi que je m'entretiens avec des acteurs russes de premier plan, qu'il s'agisse de traînards dans les recoins sombres du Kremlin ou des critiques libéraux les plus acerbes de Poutine, je n'ai encore trouvé personne qui considère l'Ukraine dans l'OTAN comme autre chose qu'un défi direct aux intérêts russes."

C'est dans cet esprit que Sanders a déclaré à ses collègues,

"Il est clair que l'invasion de la Russie n'est pas une réponse, pas plus que l'intransigeance de l'OTAN. Il est important de reconnaître, par exemple, que la Finlande, l'un des pays les plus développés et les plus démocratiques du monde, est limitrophe de la Russie et a choisi de ne pas être membre de l'OTAN. La Suède et l'Autriche sont d'autres exemples de pays extrêmement prospères et démocratiques qui ont fait le même choix."

Les responsables étatsuniens notent rarement, dans les débats sur les solutions possibles à la crise ukrainienne, le fait que des pays européens clés restent en dehors de la zone de l'OTAN. Mais les diplomates russes ont placé le refus de l'expansion de l'OTAN au centre de leur discours dans les négociations sur les moyens d'éviter une guerre. Les diplomates étatsuniens se sont montrés tout aussi rigides en affirmant que le droit de l'Ukraine à rejoindre l'OTAN devait être maintenu.

M. Sanders a souligné dans ses remarques que les États-Unis ont longtemps accepté l'idée que les superpuissances sont soucieuses de maintenir des "sphères d'influence" dans leurs régions.

Interventions étatsuniennes militaires ou par la CIA depuis la 2nde Guerre Mondiale

"Au cours des 200 dernières années, notre pays a opéré dans le cadre de la doctrine Monroe, partant du principe qu'en tant que puissance dominante dans l'hémisphère occidental, les États-Unis ont le droit d'intervenir contre tout pays qui pourrait menacer nos prétendus intérêts. En vertu de cette doctrine, nous avons sapé et renversé au moins une douzaine de gouvernements. En 1962, nous avons frôlé la guerre nucléaire avec l'Union soviétique en réponse au placement de missiles soviétiques à Cuba, à 90 miles de nos côtes, que l'administration Kennedy considérait comme une menace inacceptable pour notre sécurité nationale.

Et la doctrine Monroe n'est pas une histoire ancienne. Pas plus tard qu'en 2018, le secrétaire d'État de Donald Trump, Rex Tillerson, a déclaré que la doctrine Monroe était "aussi pertinente aujourd'hui qu'elle l'était le jour où elle a été écrite..."

Pour faire simple, même si la Russie n'était pas dirigée par un leader autoritaire corrompu comme Vladimir Poutine, la Russie, comme les États-Unis, aurait toujours un intérêt dans les politiques de sécurité de ses voisins. Quelqu'un croit-il vraiment que les États-Unis n'auraient pas leur mot à dire si, par exemple, le Mexique devait former une alliance militaire avec un adversaire étatsunien ?

Les pays devraient être libres de faire leurs propres choix en matière de politique étrangère, mais faire ces choix judicieusement nécessite une sérieuse prise en compte des coûts et des avantages. Le fait est que l'entrée des États-Unis et de l'Ukraine dans une relation de sécurité plus profonde est susceptible d'entraîner des coûts très importants pour les deux pays."

Reconnaître le rôle que joue l'expansion de l'OTAN dans la façon dont la Russie envisage le conflit en Ukraine n'est pas, selon M. Sanders, un signe de faiblesse. Il s'agit d'une compréhension, a expliqué M. Sanders, qui pourrait encore jouer un rôle dans la réalisation d'une " résolution réaliste et mutuellement acceptable - une résolution qui soit acceptable pour l'Ukraine, la Russie, les États-Unis et nos alliés européens - et qui empêche ce qui pourrait être la pire guerre européenne depuis plus de 75 ans ".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel