Débunkons la propagande autour des Ouïghours

On entend des histoires invraisemblables à propos d’une ethnie chinoise jusque-là totalement ignorée : les Ouïghours, et d’une région de la Chine totalement inconnue de la plupart des gens : le Xinjiang. Toutes ces histoires sont reprises allègrement en copier/coller dans les médias. La sauce monte. Plus c’est gros, plus ça marche. Voilà quelques ressources pour y voir clair.

Personnellement, j’ai toujours tendance à me méfier des emballements médiatiques et à essayer de prendre du recul, de trouver les sources moi-même ou des travaux de journalistes qui ont pris la peine de remonter ces sources. Évidemment, démonter des intox prend beaucoup plus de temps et d’énergie que de les relayer aveuglément.

Enfin bref, je me pose des questions et j’essaie d’y répondre. Par exemple :

C’est où le Xinjiang ?

C’est quoi son histoire ?

C’est qui les Ouïghours ?

Pourquoi tout d’un coup ce focus ?

Qui parle ? Qui propage ces rumeurs ?

Où sont les preuves ?

Pourquoi propager de telles rumeurs ?

xinjiang
Je vous propose ici quelques éléments glanés ça et là (n'hésitez pas à ajouter d'autres références en commentaires). Vous allez y trouver plusieurs articles et documentaires de la CGTN, la télévision chinoise. Je comprendrais que ça vous rebute. Moi-même je me suis d’abord dit : " tu vas quand même pas te faire laver le cerveau par la propagande chinoise ! " Mais après tout, ne baignons-nous pas nous-même dans la propagande de notre état et de ses alliés ? Finalement, pourquoi est-ce que je devrais avoir plus confiance dans la parole d’un pays fondé sur le génocide de populations indigènes puis sur l’esclavage, où la ségrégation est abolie depuis les années 60 seulement, qui est 2ème au classement des états qui possèdent le plus de prisonniers pour 100 000 habitants, qui pratique les travaux forcés dans ses prisons et le travail des enfants dans ses champs et qui passe son temps à bombarder le reste du monde sous des prétextes fallacieux depuis plus de 75 ans ?

Alors oui, j’ai décidé d’écouter aussi l’autre côté. Pas pour l’idolâtrer, juste pour essayer de comprendre.

Je me suis rendue compte que mon imaginaire en ce qui concerne la Chine (l’Afrique aussi d’ailleurs) est empreint d’images coloniales. Mon éducation, ma culture de française moyenne et ce qu’ont infusé les médias dans mon esprit, c’est l’image d’une Chine arriérée. Malgré moi, quand j’entends qu’un virus serait apparu en Chine, dans le marché d’une ville inconnue (de moi) où des gens vendent des animaux sauvages pour les manger, l’image qui se forme de prime abord dans ma tête est celle d’un marché moyenâgeux avec des gens en guenilles qui vivent dans des maisons en terre avec des toits de paille. Ce n’est pas la métropole ultramoderne de Wuhan et ses 11 millions d’habitants…

J’ai alors réalisé l’ampleur du travail qui m’attendait si je voulais essayer de comprendre ce peuple. Après quelques recherches, l’impression que j’ai maintenant de la Chine c’est un pays à deux vitesse : c’est l’une des grandes puissances mondiales et en même temps un très grand pays du tiers monde avec des régions très modernes qui tirent d’autres régions vers le développement. Donc un pays en perpétuelle évolution et qui évolue très vite. Dans beaucoup de domaines, ce qui pouvait être vrai il y a 20 ans, 10 ans ou même 5 ans, ne l’est plus.

Voilà donc ci-dessous quelques ressources dans lesquelles vous pourrez trouver tout un tas d’infos. Elle sont regroupées en plusieurs thématiques :

  1. Le Xinjiang, c’est où ? C’est quoi ?
  2. Terrorisme et répression au Xinjiang
  3. Qui sont les Ouïghours qu’on voit dans les médias ?
  4. Serait-on abreuvés de fakenews ?

Si vous avez peu de temps...

Cependant, si vous ne deviez regarder qu’une seule vidéo, je vous conseillerais l’interview de Maxime Vivas, auteur de Ouïghours, pour en finir avec les fakenews, pour la chaîne Youtube Communistes Français, c’est un très bon résumé de l’ensemble de ce dossier.

Et si vous ne deviez lire qu’un seul article, je vous conseillerais la traduction par le site Histoire et Société du dossier du Collectif Qiao : Xinjiang: Un rapport et une compilation de ressources.

1/ Le Xinjiang, c’est où ? C’est quoi ?

Un peu de géographie pour situer le Xinjiang. Où ça se situe. Son histoire. Qui y vit. Quelles sont les ressources de ce territoire.

Présentation de CGTN : De Kashgar, ville-oasis aux portes du désert, aux majestueuses montagnes du Pamir, en passant par les fascinantes grottes de Kizil... Page après page, image après image, plongez dans un périple exceptionnel au Xinjiang, région mythique à la culture millénaire sur la route de la soie. Brassage de civilisations, d’échanges commerciaux et spirituels, le Xinjiang continue aujourd’hui à servir de trait d’union entre Orient et Occident, en préservant des traditions ancestrales dans ce monde résolument tourné vers la modernité.

Présentation de CGTN : Dans les immenses espaces du Xinjiang, la confrontation endémique entre le sable et l'eau est un phénomène saisissant. Certains autochtones consacrent leur vie à s'occuper ici des cours d'eau et des arbres. Car les habitants du Xinjiang aiment la nature, la redécouvrent chaque jour et vivent en harmonie avec elle. Ils prouvent par eux-mêmes que l'eau limpide et les montagnes verdoyantes sont des atouts inestimables pour le monde d'aujourd'hui et de demain.

Présentation de CGTN : On dit que l'éducation est un faisceau de lumière qui éclaire le chemin à suivre aux jeunes. Dans cet épisode, Olivier continue son voyage le long des monts Tianshan. Il va rencontrer des écolières qui jouent au football dans le désert à Turpan, puis un pilote de programme éolien à Dabancheng, une experte (et femme écrivain) de la protection des chevaux sauvages à Changji, puis le « roi des chevaux » à Zhaosu, et enfin il découvrira l'histoire d'une institutrice qui va professer à cheval sur la steppe à Altay. Cela pour constater comment l'éducation peut influencer le futur du Xinjiang.

2/ Terrorisme et répression au Xinjiang

(ATTENTION ! Certaines images peuvent choquer)

Description CGTN : Le Mouvement Islamique du Turkestan Oriental (MITO) est désigné comme organisation terroriste par l'ONU. Pendant des décennies, le groupe qui entretient des liens étroits avec des organisations terroristes internationales a perpétré d'innombrables attaques terroristes visant à séparer la région autonome ouïghoure du Xinjiang de la Chine. Le mouvement a tenté de recruter des gens à grande échelle, répandant une idéologie radicale qui cause le chaos dans de nombreux pays à travers le monde. Dans cet exposé exclusif de CGTN, nous vous montrons des images inédites, y compris des interviews avec des auteurs d'activités terroristes et des vidéos de recrutement utilisées par cette main noire.

Un documentaire qui remonte aux sources et qui fait bien la synthèse des 2 suivants.

(ATTENTION ! Certaines images peuvent choquer)

Présentation de CGTN : Entre 1990 et 2016, des milliers d'attaques terroristes ont eu lieu dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, tuant de nombreuses personnes innocentes et des centaines de policiers. Des coups de couteau et des attentats à la bombe ont secoué cette région, jadis connue comme un centre commercial sur l'ancienne Route de la soie.

Les dommages causés aux communautés locales étaient incalculables, tandis que la situation sécuritaire dans la région se détériorait rapidement. Les autorités s'efforcent de rétablir la paix sur cette terre.

Dans cet exposé exclusif de CGTN, nous vous montrons des séquences inédites illustrant les terribles tragédies du Xinjiang et la résilience de ses habitants.

(ATTENTION ! Certaines images peuvent choquer)

Description CGTN : "C'est une lutte à la vie à la mort", "il y a du sang et des larmes" : ce documentaire relate les récits personnels des survivants et des témoins, et révèle le bilan physique et psychologique des rescapés du terrorisme au cours des dernières décennies dans le Xinjiang. Il met en lumière la façon dont les habitants de la région affrontent la vie par la suite. Cette vidéo contient des images publiées pour la première fois. Nous recommandons aux téléspectateurs de faire preuve de réserve.

Description CGTN : En Égypte, des chefs religieux d'Al-Azhar, la plus haute instance de l’islam sunnite au monde, ont exprimé leur ferme opposition à l'adoption d'un projet de loi relatif au Xinjiang par la Chambre des Représentants des États-Unis. Selon eux, Le gouvernement chinois a fait le nécessaire pour protéger la société et pour obtenir des résultats satisfaisants grâce aux efforts de lutte contre le terrorisme. Les témoignages d’un chef religieux d’Al-Azhar dans ce reportage signé par notre correspondant en Égypte Ashraf Massoud…

3/ Qui sont les Ouïghours qu’on voit dans les médias ?

Le collectif Qiao, basé aux États-Unis, est un regroupement de chercheurs, artistes, écrivains chinois de la diaspora qui a décidé de lutter contre la propagande anti-chinoise.

" Sur la base d’une poignée de rapports de think tank et de récits de témoins, les gouvernements occidentaux ont accepté de fausses allégations de génocide et d’esclavage dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang. Un examen plus attentif montre clairement que la politisation des politiques antiterroristes de la Chine au Xinjiang est un autre front de la guerre hybride menée par les États-Unis contre la Chine.

Cette compilation de diverses informations fournit un point de départ pour une enquête critique sur le contexte historique et la réponse internationale aux politiques de la Chine au Xinjiang, fournissant une contre-perspective à la désinformation qui abonde dans la couverture grand public de la région autonome. "

Traduction par Danielle Bleitrach pour histoireetsociete de : Xinjiang: A Report and Resource Compilation

" Tout en se faisant passer pour une organisation de défense des Droits de l’Homme, le Congrès Mondial Ouïghour (CMO) est un réseau séparatiste financé et dirigé par les États-Unis qui a forgé des alliances avec des groupes ethno-nationalistes d'extrême droite. L’objectif énoncé par ses fondateurs est clair : la déstabilisation de la Chine et le changement de régime à Pékin. Par Ajit Singh. " 

Traduction de l’article de The Grayzone : Inside the World Uyghur Congress: The US-backed right-wing regime-change network seeking the ‘fall of China’

The Grayzone est un média étatsunien indépendant dont les journalistes d’investigation s’attachent à remonter les sources, à fouiller, pour démonter la propagande occidentale impérialiste.

4/ Serait-on abreuvés de fakenews ?

Maxime Vivas, journaliste qui connaît bien la Chine et le Xinjiang, revient sur son enquête et démonte toute la propagande anti-chinoise concernant le traitement des Ouïghours.

À lire aussi son livre : Ouïghours, pour en finir avec les fakenews

" Le manuscrit de mon livre « Ouïghours, pour en finir avec les fake news » est déjà à l’imprimerie quand je découvre un nouvel enfumage : des photos par satellite de « camps de concentration », dits aussi (mon livre vous en contera plus) « camps d’extermination, voire camps de crémation » et les photos de ces mêmes bâtiments, prises du sol. "

" Les administrations Trump et Biden se sont appuyées sur le travail d’un extrémiste religieux de droite, Adrian Zenz, pour leur accusation de ’génocide’ contre la Chine. Un examen attentif des recherches de Zenz révèle des abus de données flagrants et des mensonges flagrants. Par Max Blumenthal et Gareth Porter. "

Traduction de : US State Department accusation of China ‘genocide’ relied on data abuse and baseless claims by far-right ideologue de The Grayzone

L’article qui suit conclut un important dossier que j’ai consacré ces derniers mois à la situation des droits de l’homme en Chine. Après un bref aperçu de ce qui se dit sur la Chine dans l’actualité récente, je résume les découvertes que j’ai pu faire sur les affirmations d’Amnesty International. Je reviens ensuite plus en détails sur le rôle particulier des ONG dans la propagande occidentale, puis sur les droits des travailleurs en Chine. Avant de conclure, j’évoque quelques éléments de comparaison entre la Chine et les pays occidentaux. "

Ce dossier comporte 3 articles :

Le Xinjiang est souvent associé à la minorité chinoise des Ouïghours. Mais pourquoi cette région est-elle si stratégique pour Pékin ? Emmanuel Lincot décrypte les enjeux entourant cette province, cruciale pour les «nouvelles routes de la soie».

La question du traitement des Ouïghours dans le Xinjiang fait l'objet d'un phénomène médiatique qui a récemment pris de l'ampleur. Témoignages et études d'ONG accablent Pékin de lourdes responsabilités. Les autorités chinoises assurent, de leur côté, mener une politique de lutte contre le terrorisme, le séparatisme et l'islamisme radical.

A Washington comme à Paris, politiques et grands médias ne cessent de s'indigner du traitement réservé à la minorité musulmane par Pékin. Mais ces arguments humanitaires n'occultent-ils pas un agenda plus stratégique ?

Pendant un certain temps, des forces anti-chinoises aux États-Unis et en Occident ont présenté les faits à l'envers, fabriqué et diffusé un grand nombre de fausses informations à propos du Xinjiang, tout en salissant l'image de la Chine et calomniant la politique chinoise du Xinjiang et interférant dans les affaires intérieures de la Chine, pour tenter de tromper la communauté internationale et de perturber le développement stable du Xinjiang. "

" Un ami très cher m’a écrit le 18/12/2020 : « Si je te suis sans problème sur le Tibet, j’ai beaucoup plus de mal à le faire sur les Ouïghours. Rien de ce que tu m’as donné à lire ne m’a paru même à moitié aussi convaincant que ce que tu m’as fourni sur le Tibet. » Voici ma réponse. "

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.