La NED admet son rôle dans le conflit au Belarus, d'autres états sont impliqués

On ne connaîtra peut-être jamais toute l'étendue de l'ingérence occidentale au Belarus avant les élections contestées d'août 2020. Pourtant, les contours d'un vaste effort étranger visant à déstabiliser le gouvernement deviennent de plus en plus clairs. Par Kit Klarenberg

Source : RT-Russie - US regime-change agency NED admits its role in the strife in Belarus, but leaked documents also implicate the UK Foreign Office - 21 May, 2021

Par Kit Klarenberg, journaliste d'investigation qui explore le rôle des services de renseignement dans le façonnement de la politique et des perceptions. Suivez-le sur Twitter @KitKlarenberg

On ne connaîtra peut-être jamais toute l'étendue de l'ingérence occidentale au Belarus avant les élections contestées d'août 2020. Pourtant, les contours d'un vaste effort étranger visant à déstabiliser le gouvernement deviennent de plus en plus clairs.

Comme RT l'a rapporté en début de semaine, deux farceurs russes se faisant passer pour des opposants biélorusses ont dupé des représentants de haut rang de la National Endowment for Democracy (NED), agence étatsunienne spécialisée dans le changement de régime, pour qu'ils dévoilent l'étendue de l'implication clandestine de Washington dans les troubles qui ont éclaté dans le pays en 2020.

Manifestation de protestation contre les résultats de l'élection présidentielle, sur la place de l'Indépendance à Minsk, au Bélarus. Reuters / Vasily Fedosenko ; (médaillon) Armoiries royales du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Wikipédia Manifestation de protestation contre les résultats de l'élection présidentielle, sur la place de l'Indépendance à Minsk, au Bélarus. Reuters / Vasily Fedosenko ; (médaillon) Armoiries royales du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord. Wikipédia
Parmi les révélations qui ont fait l'effet d'une bombe, Nina Ognianova, qui supervise le travail de la NED avec les groupes locaux dans le pays, a laissé entendre que "beaucoup de personnes" qui ont été "formées" et "instruites" par le biais des divers efforts de l'organisation sur place ont joué un rôle central dans "les événements, ou la préparation des événements, de l'été dernier".

Carl Gershman, dirigeant de longue date de la NED, - qui, en septembre 2013, moins de six mois avant le coup d'État à Kiev, avait surnommé l'Ukraine "le plus grand trophée" de Washington - a ajouté que son organisation travaillait avec la figure controversée de de l'opposition Svetlana Tikhanovskaya et son équipe "de manière très, très étroite". Au total, l'agence a financé au moins 159 initiatives de la société civile au Bélarus, pour un coût de 7 690 689 dollars, rien que de 2016 à 2020.

Ces commentaires francs de l'équipe représentent une rare admission publique du rôle insidieux et déstabilisateur joué par la NED - en 1991, son président de l'époque a reconnu que "beaucoup de ce que nous faisons aujourd'hui a été fait secrètement il y a 25 ans par la CIA." Toutefois, des fuites de dossiers du Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO) britannique indiquent que les États-Unis sont loin d'être la seule puissance étrangère à tenter de saper le gouvernement du pays.

En 2017, Theresa May, alors Premier ministre, a débloqué une cagnotte de 100 millions de livres sterling, ostensiblement destinée à lutter contre la désinformation du Kremlin. En pratique, les fichiers internes du FCDO divulgués par le collectif de hacktivistes Anonymous indiquaient clairement que l'effort visait principalement à "affaiblir l'influence de l'État russe", en particulier dans son "étranger proche". En tant que voisin proche et allié sans doute le plus important de Moscou, le Belarus était, sans surprise, dans le collimateur du FCDO.

Le Ministère des Affaires Étrangères et du Commonwealth, Whitehall, Londres. Le Ministère des Affaires Étrangères et du Commonwealth, Whitehall, Londres.
En janvier de cette année-là, Whitehall [Ministère Britannique des Affaires Étrangères] a commandé une analyse approfondie des perceptions, des motivations et des habitudes des citoyens biélorusses, afin "d'identifier les possibilités" de "communiquer de manière appropriée" avec eux. En particulier, Londres s'intéressait aux "griefs existants ou potentiels contre leur gouvernement national" qui pourraient être exploités, ainsi qu'aux "canaux et messages" par lesquels le gouvernement britannique pourrait "s'engager de manière appropriée avec différents sous-groupes."

L'analyse a été réalisée par Albany Associates, contractant de l'ombre du FCDO, qui a également mené ces dernières années de nombreuses opérations de guerre de l'information dans les États Baltes, afin de "développer une plus grande affinité" entre la minorité russophone de la région et le Royaume-Uni, l'Union Européenne et l'OTAN. Dans le cadre d'un autre projet financé par Whitehall et visant Moscou, la société a étroitement collaboré avec l'ONG française IREX Europe, liée à la NED.

Une bio d'accompagnement indique que l'IREX travaille en Biélorussie depuis 2006 "avec des médias imprimés, en ligne et radiophoniques", afin "d'améliorer la qualité de leur couverture" et "d'accroître leur compréhension de l'UE et de ses États membres". Dans le cadre de son offre destinée aux jeunes dans le pays, l'organisation aurait fondé l'Euroradio, basée à Varsovie, ainsi que le site en ligne 34mag.

Les images produites par Euroradio, qui montrent la répression violente des manifestants à Minsk, ont été régulièrement diffusées par les médias occidentaux, dont la BBC, pendant les troubles. Le média a même amplifié les appels lancés par le radiodiffuseur public britannique aux activistes pour qu'ils soumettent des photos et des vidéos à utiliser dans la couverture médiatique. Franak Viacorka, membre senior de l'Atlantic Council et désormais conseiller principal de Svetlana Tikhanovskaya, a salué les reportages "intrépides" de la BBC sur les événements.

oip1
Euroradio apparaît également à plusieurs reprises dans des documents relatifs à l'Open Information Partnership (OIP), qui est le volet "phare" de l'offensive de propagande multidimensionnelle de Whitehall contre la Russie. Financée par le FCDO à hauteur de 10 millions de livres sterling, l'organisation entretient un réseau de 44 partenaires en Europe Centrale et Orientale, dont "des journalistes, des organisations caritatives, des groupes de réflexion, des universitaires, des ONG, des militants et des vérificateurs de faits". L'un des principaux objectifs secrets du collectif est d'influencer "les élections qui se déroulent dans les pays présentant un intérêt particulier" pour le FCDO.

Les dossiers classifiés montrent clairement que l'OIP s'est engagé dans de nombreuses initiatives de désinformation dans toute la région, en aidant des organisations et des individus à produire une propagande habile déguisée en journalisme citoyen indépendant, qui est ensuite amplifiée au niveau mondial via son réseau.

Par exemple, en Ukraine, l'OIP a travaillé avec un groupe de 12 "influenceurs" en ligne "pour contrer les messages soutenus par le Kremlin grâce à des stratégies éditoriales innovantes, à la segmentation de l'audience et à des modèles de production qui reflètent l'environnement politique complexe et sensible", ce qui leur a permis "d'atteindre un public plus large avec un contenu convaincant qui a été vu plus de quatre millions de fois".

lukaschenko
En Russie et en Asie centrale, l'OIP a établi un réseau secret de YouTubers, les aidant à créer des vidéos "promouvant l'intégrité des médias et les valeurs démocratiques." Les participants ont également appris à "effectuer et recevoir des paiements internationaux sans être enregistrés comme sources externes de financement" et à "élaborer des stratégies éditoriales pour diffuser des messages clés", tandis que le consortium a minimisé le "risque de poursuites judiciaires" et géré les "communications du projet" afin de garantir la "confidentialité" de l'existence du réseau et du rôle de l'OIP.

Il ne serait pas du tout surprenant que des efforts similaires soient entrepris au Belarus. Après tout, le pays - avec la Moldavie et l'Ukraine - est mentionné dans les documents qui ont fait l'objet d'une fuite comme étant "l'enjeu le plus vital de tout le réseau" et une "priorité à fort impact" pour Londres, ce qui suggère que son élection en 2020 était très "intéressante" pour Whitehall. Si tel est le cas, il ne serait pas non plus surprenant qu'un grand nombre des soi-disant journalistes citoyens et des médias qui couvrent les troubles à Minsk aient reçu un financement et une formation de l'OIP.

Pendant tout ce temps, MEMO 98, un membre de l'OIP également financé par la NED, a suivi de près les événements brûlants, publiant plusieurs analyses de la couverture médiatique et de l'activité des médias sociaux liées aux manifestations. Il a notamment attiré l'attention sur les productions de Belsat TV, une chaîne basée à Varsovie - fondée en décembre 2007 par le ministère polonais des affaires étrangères, elle cherche à influencer le changement politique au Belarus. MEMO 98 a fait l'éloge de la "couverture extensive des manifestations et de l'intimidation des militants qui en découle".

Il est frappant de constater que les fichiers divulgués par le FCDO indiquent que Belsat TV a bénéficié d'un soutien intensif, financé par le Whitehall, de la part de la Fondation Thomson Reuters, la branche internationale "caritative" du fil d'actualité, y compris 150 jours de conseil pour améliorer "la qualité de la production télévisée et l'audience".

Image satirique tirée d'un cartoon réalisé par des dissidents. Image satirique tirée d'un cartoon réalisé par des dissidents.
Alors que les manifestations se sont largement estompées au cours des derniers mois et que les appels de Svetlana Tikhanovskaya aux dirigeants occidentaux pour qu'ils la reconnaissent comme la présidente légitime du Belarus continuent de tomber dans l'oreille de sourds, il y a des signes clairs que de nombreuses autres plateformes médiatiques au Belarus reçoivent encore aujourd'hui un parrainage vital de Londres.

En mars 2021, le FCDO a publié une mise à jour sur les progrès de sa "Campagne mondiale pour la liberté des médias", qui a révélé qu'au cours de l'année écoulée, Whitehall avait alloué 950 000 £ de financement aux organes de presse biélorusses, leur permettant de "rester ouverts et de maintenir un niveau fonctionnel d'équipement".

"Sans ce soutien, ils auraient autrement été contraints de fermer par des mesures gouvernementales", indique le document. "Ce financement a permis de sauver des emplois et de faire en sorte que les médias indépendants puissent encore demander des comptes au gouvernement pendant cette période où les forces de sécurité mènent des actions de plus en plus violentes."

De toute évidence, même pendant une pandémie mondiale, le spectacle du changement de régime doit continuer - et le gouvernement britannique s'est engagé à faire en sorte que les populations du monde entier continuent à recevoir un déluge constant d'agit-prop en provenance des rues de Minsk, afin de retourner l'opinion publique contre le gouvernement non seulement du Belarus, mais aussi de la Russie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.