Walter Polakov et l'histoire cachée du management scientifique socialiste

Walter Polakov avait une passion combinée pour deux idées apparemment contradictoires : le management scientifique et le socialisme. Comment ces deux idées se sont-elles combinées ? Amelia Davenport s'entretient avec Diana Kelly, auteur de The Red Taylorist : The Life and Times of Walter Nicholas Polakov pour mettre en lumière cette partie peu connue de l'histoire des États-Unis.

Source : Walter Polakov and the Hidden History of Socialist Scientific Management sur Cosmonaut

Walter Polakov (1879-1948) était un marxiste, ingénieur, philosophe et manager scientifique russo-étatsunien. Normalement, l'idée d'un manager scientifique marxiste serait épouvantable tant pour les marxistes que pour la communauté des études de management. Bien que le management scientifique ait été fortement utilisée par le premier gouvernement bolchevique, il est généralement considérée comme une nécessité tragique pour l'industrialisation ou comme un excellent exemple de la corruption innée du léninisme. En ce qui concerne les études de management, le vieux discours qui veut que le management scientifique ait été une idéologie anti-travailleurs inhumaine supplantée par le mouvement bienveillant "Human Relations" d'Elton Mayo est presque sacro-saint. Mais l'histoire de la gestion scientifique en tant que courant historique est plus complexe. S'il est vrai que jusqu'à peu de temps avant sa mort, Frederick Taylor lui-même s'est opposé aux syndicats et a toujours maintenu une approche hiérarchisée de la pratique de la gestion, ses opinions n'étaient nullement définitives sur le management scientifique ou même sur la Taylor Society fondée en son honneur. De nombreux membres éminents de la Taylor Society ont maintenu une politique socialiste voire anticapitaliste. Après la mort de Taylor, la société a même forgé des liens profonds avec le monde du travail. En fait, la Taylor Society a ouvertement approuvé les grèves contre les employeurs qui se livraient à des pratiques abusives. La Taylor Society a joué un rôle important au sein de l'Organisation Internationale du Travail, agence des Nations Unies chargée de promouvoir des normes de travail équitables et la participation des syndicats à l'élaboration des politiques, et certains de ses anciens membres ont même été employés par des syndicats militants dans leur lutte contre les patrons. L'un d'entre eux était Walter Polakov. Polakov a passé la plus grande partie de sa carrière en tant que conseiller auprès de la United Mine Workers (UMW – Syndicat des Travailleurs des Mines) dans sa phase la plus dynamique.

Dans les pages du bulletin de la Taylor Society, on peut trouver des défenses fougueuses de l'Union Soviétique, des références à Rosa Luxemburg et August Bebel, et des dénonciations acerbes du système capitaliste. En aucun cas, tous les membres de la Taylor Society, ou même la plupart d'entre eux, n'étaient politisés ou de gauche, mais la culture du mouvement était basée sur un débat ouvert et une enquête objective, et non sur un évangile sacré. C'est cet environnement qui a permis à Polakov et à son mentor Henry Gantt de faire avancer des notions qui se heurtaient aux prescriptions que Taylor a fournies dans Principles of Scientific Management. Par exemple, dans Organizing for Work de Gantt, la participation des travailleurs au développement de nouvelles méthodes est fortement encouragée et l'idée de former les travailleurs à comprendre leur travail au lieu d'agir simplement comme des outils au service de la direction est fortement affirmée. Bien que Gantt maintienne une stricte hiérarchie de commandement dans le processus de production industrielle, Polakov est allé beaucoup plus loin en rompant avec l'orthodoxie tayloriste. Polakov s'est appuyé sur son expérience d'ingénieur et de responsable scientifique de la production d'énergie électrique pour critiquer l'inattention de Taylor à l'égard des besoins psychologiques et sociaux des travailleurs, sa méthode d'administration trop spécialisée et son manque d'inclusion des travailleurs dans les aspects créatifs de la production. Polakov expose ses théories de l'organisation dans des textes comme Mastering Power Production, Man and His Affairs, et To Make Work Fascinating.

Il est important de comprendre que les théories d'organisation socialistes et pro-travailleurs de Polakov n'ont pas été le fruit de son management scientifique, mais plutôt une expression de celle-ci. Le management scientifique était un produit de l'application des principes de l'ingénierie à l'ensemble du processus de production. Si les principes d'ingénierie peuvent être orientés vers la maximisation de la production indépendamment de tout autre facteur, ils peuvent également être orientés vers la réalisation d'autres objectifs. Pour Polakov, il s’agissait d’une croisade quasi obsessionnelle contre le gaspillage. Le gaspillage de temps et de ressources signifiait une augmentation du travail humain et de la destruction écologique, qu'il considérait comme un double vol de la part des travailleurs. Taylor, lui, voyait l'oisiveté et les méthodes de travail inefficaces comme des vols envers le large public des consommateurs, et les employeurs les voyaient comme un vol de leur bénéfice net. D'autres membres de la Taylor Society, comme le ministre afro-américain C. Bertrand Thompson, ont plaidé pour une comptabilité plus holistique dans des textes comme The Relation of Scientific Management to Labor. Là où les relations humaines aplanissent les contradictions entre employeurs et travailleurs, les tayloristes ont toujours fait preuve de franchise et de sobriété dans leurs analyses, s'efforçant de rendre compte de manière objective des résultats des méthodes potentielles. La connaissance des méthodes sûres de broyage de l'acier et des taux d'accidents industriels qu'implique l'utilisation de techniques particulières d'extraction du charbon est aussi utile aux syndicats qu'aux employeurs.

Walter Polakov, un homme qui a consacrée sa vie non seulement à la cause du socialisme mais aussi à l'amélioration concrète de la vie des travailleurs, est criminellement oublié. En lui, il n'y avait aucune contradiction entre l'objectif plus large de l'émancipation humaine et le travail quotidien consistant à utiliser la science pour améliorer la vie. Polakov a passé une grande partie de sa vie à être traqué et harcelé par le FBI en raison de ses opinions radicales et de son statut d'immigré, mais son génie lui a valu une place à la table de l'élite des ingénieurs étatsuniens. Il se rendit en Union Soviétique et appliqua ses connaissances pour développer un système de production plus humain que celui qu'il avait trouvé et retourna aux États-Unis combattre pour les prolétaires.

Heureusement, l'histoire de sa vie n'est plus disséminée dans les archives de la moulure grâce au travail de Diana Kelly. Dans The Red Taylorist, Kelly s'inspire d'une multitude de documents primaires, dont des dossiers du FBI, pour brosser le portrait fascinant d'un homme qui a persévéré dans les épreuves, la persécution et la tragédie, sans jamais renoncer à son noble objectif. Depuis son arrivée aux États-Unis en tant qu'ingénieur aux yeux brillants jusqu'à sa mort, sans le sou, après un troisième divorce. Le drame personnel de la vie de Polakov et les problèmes philosophiques, politiques et scientifiques profonds sont excellemment traités. Vous trouverez ci-dessous une interview de Diana Kelly à propos de son livre, The Red Taylorist : La vie et l'époque de Walter Nicholas Polakov. J'espère qu'elle permettra de faire la lumière sur l'importance de Polakov pour un nouveau public.

Polakov, 1er janvier 1921 Polakov, 1er janvier 1921

(…)

Comment définiriez-vous le management scientifique et dans quelle mesure le considérez-vous comme intrinsèquement anti-travailleurs ? Voyez-vous des mythes dans les études de management à ce sujet ?

Le management scientifique est une idéologie ou un ensemble de principes concernant l'utilisation des personnes, des équipements et des ressources, sur le lieu de travail, dans l'industrie ou dans la nation. Au cœur de cette idéologie se trouve l'importance de l'application de la recherche et des sciences pour comprendre, en premier lieu, CE QUI se passe. C'est très important - vous ne pouvez pas espérer faire du management scientifique si vous ne comprenez pas ce qui se passe. Deuxièmement, COMMENT peut-on améliorer le lieu de travail, l'industrie ou la nation ? Cela nécessite des mesures et des enquêtes afin que le management scientifique sache comment maximiser les équipements et les ressources ainsi que la vie professionnelle des travailleurs. Troisièmement, il faut continuer à mesurer et à surveiller pour s'assurer que les meilleurs résultats continuent d'être obtenus. Ces principes s'opposent à ceux qui gèrent par caprice, ou par la "règle du like", ou simplement sur la base d'une prérogative managériale incontestée.

Pour de nombreux spécialistes du management, de la sociologie et de l'histoire du travail, le management scientifique est synonyme de déqualification, de contrôle et d'exploitation des travailleurs. Je rejette fermement cette idée. Il ne fait aucun doute que les notions d'enquête, de recherche, de mesure et de contrôle peuvent être utilisées à mauvais escient, mais c'est tout à fait contraire aux vues de la Taylor Society et même de Taylor lui-même. Il est facile d'extraire quelques citations de Taylor - mais elles sont contextuelles et certainement pas ce que Polakov et ses collègues de la Taylor Society pensaient.

Pourtant, elles n'en restent pas moins des mythes immuables.

Selon vous, quels sont les membres de la Taylor Society les plus sous-étudiés ?

Mary Van Kleeck (qui a fait plusieurs voyages en Union Soviétique), qui était une dirigeante syndicale et une érudite pratique, mais qui a soutenu avec insistance la Taylor Society).

Henry Laurence Gantt (il existe une biographie complète d'Alford, mais elle est quelque peu hagiographique et passe en revue des aspects importants de la vie de Gantt).

Harlow Person (directeur de longue date de la Taylor Society jusqu'à sa reprise par les managers à la fin des années 1930)

Carl Barth (mathématicien socialiste dont les avancées sur la technologie des règles à calcul ont été importantes pour donner de la rigueur à l'investigation du management scientifique)

King Hathaway et Robert Wolf étaient intéressants et j'ai toujours été fasciné par Robert Valentine et le respect qu'on lui accordait dans la Taylor Society, étant donné son rôle dans le rapport Hoxie, mais il est mort peu après avoir présenté son article sur l'efficacité et le consentement à la Taylor Society.

Pourquoi certains membres de la Taylor Society se sont-ils retournés contre le marché et l'institution de la propriété privée ? Comment leur point de vue sur l'autonomie des travailleurs et la participation à la gestion a-t-il évolué ?

Les managers scientifiques ont donné à ce qu'ils considéraient comme de la science leur plus grande priorité (rechercher ce qui se passe, ce qui devrait se passer et comment s'assurer que cela se poursuive du mieux possible). Cela n'a pas commencé par un rejet manifeste du marché. Au contraire, les marchés (et les "financiers") n'ont accordé que peu de valeur à la science dans le management, à la meilleure utilisation des ressources, des équipements et des personnes. Je ne suis pas sûre que tous les managers scientifiques étaient d'accord avec Polakov (sauf peut-être Van Kleeck et Barth ?) sur le rejet généralisé du marché et de la propriété privée, et Polakov lui-même a toujours été propriétaire.

Y avait-il une orthodoxie dans la Taylor Society, une pluralité de points de vue, ou les deux ?

Les débats de la Taylor Society (par exemple, celui du livre sur l'article de Drury, ou un autre mentionné sur l'article de Valentine "Efficiency and Consent") suggèrent qu'il y avait une pluralité d'idées (idéologies politiques, aspirations sociales, valeurs), mais un engagement indéfectible envers la science dans le management qui était en soi une idéologie.

Dans quelle mesure la préoccupation de Polakov pour l'utilisation efficace de l'énergie et des ressources peut-elle intéresser la politique écologique ou environnementale d'aujourd'hui ?

J'aurais aimé consacrer plus de temps à l'engagement de Polakov en faveur de l'efficacité énergétique et de l'utilisation rationnelle des ressources. Certains de mes lecteurs ont fait valoir que ses plus grandes réalisations ont été de soulever les questions de gaspillage des ressources, et en ces temps où la priorité est donnée à l'efficacité énergétique, les idées et les arguments de Polakov offrent de précieuses possibilités.

Quel effet la Peur Rouge a-t-elle eu sur la capacité de Polakov à travailler en tant qu'ingénieur ou manager scientifique ? Pensez-vous que le traitement de Polakov par le FBI puisse enseigner quelque chose aux spécialistes techniques socialistes d'aujourd'hui ?

Je pense que l'une des raisons pour lesquelles Polakov s'est concentré sur son travail de consultant en ingénierie et management est précisément qu'il voyait ce qui arrivait aux militants, en particulier aux militants russes, dont des milliers ont été arrêtés. De même, la soi-disant Arche Rouge qui a extradé de nombreux Russes, dont Emma Goldman, a également influencé la façon dont il se voyait.

Il serait difficile de deviner ce que le FBI recherche aujourd'hui. Le FBI de J. Edgar Hoover était très concentré sur les socialistes et les communistes parce que Hoover lui-même les détestait. Cela est évident dans le traitement réservé aux socialistes par rapport à certains fascistes assez horribles, aux suprémacistes blancs, etc.

Polakov est revenu de Russie après un mandat relativement court. Comment ses expériences là-bas ont-elles façonné ses vues sur le socialisme et l'organisation politique en général ? Que pensait-il du léninisme et de l'idéologie bolchevique ?

Nous n'avons aucun moyen de savoir ce qu'il ressentait - à moins d'avoir ses papiers qui, je suppose, ont été détruits il y a longtemps. Dans le livre, j'ai essayé de projeter ma propre interprétation du fait qu'il se sentait en conflit avec l'Union Soviétique sous Staline. Il voulait que le communisme fonctionne, mais il en voyait les failles et avait de sérieuses réserves. A certains égards, sa perspective était utile car il était là à la demande de Vesankha. Il est probable qu'il n'a pas bénéficié des visites spéciales de certains entrepreneurs ou visiteurs étatsuniens.

Je ne suis pas sûre en ce qui concerne le bolchevisme et le léninisme. La plupart de ses idéaux semblent venir directement de Marx - et des antirévisionnistes luxembourgeois comme Bebel.

Que peut nous apprendre l'expérience de Polakov, qui a contribué à organiser l'industrie soviétique, sur la vie en URSS et cette tentative de créer le socialisme sur le lieu de travail ? Quelle était la relation entre Polakov et les tayloristes soviétiques comme Alexei Gastev ?

Même sous le socialisme, la production a besoin d'un management - et Polakov a été le premier à le dire. D'autre part, je cite des moments où il a trouvé les managers russes problématiques et résistants au changement. Il a contourné l'inutilité des managers en soumettant ses questions/exigences aux comités d'ouvriers. Polakov, qui était un manager scientifique en exercice depuis plus de vingt ans lorsqu'il est arrivé en Union Soviétique, était clairement plus flexible et peut-être aussi plus démocratique que Gastev. (Cette question mérite d'être approfondie).

Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est un diagramme de Gantt et pourquoi il était si révolutionnaire ? Comment son introduction en Russie par Polakov a-t-elle eu un impact sur l'organisation de la production ?

Un diagramme de Gantt est simplement un plan visuel d'un projet, de sa conception à sa conclusion, et de ce que l'on attend des équipements, des ressources, des travailleurs et des managers. En d'autres termes, le diagramme de Gantt cherche à enregistrer les résultats idéaux de toutes les variables de la production, puis les résultats réels également. En contrôlant toutes les variables, il est possible de savoir où se situent les problèmes d'équipement ou d'énergie, par exemple, et d'aider les travailleurs et leurs managers à contrôler l'efficacité. Cette méthode est "révolutionnaire" parce que la plupart des productions étaient auparavant basées sur des règles empiriques ou sur le "pif". En outre, elle offre une transparence, ce que les entreprises étatsuniennes hiérarchisées à la manière du " Eux contre " Nous avaient esquivé.

Pour être honnête, il serait difficile de voir pratiquement l'impact du travail de Polakov sur la production en Union Soviétique. Je crois savoir que certains collègues russes ont étudié la question. J'espère qu'ils pourront trouver des documents d'archives qui confirmeraient ou infirmeraient l'impact, mais à mon avis, malheureusement, son séjour en URSS n'a pas changé grand chose. D'autre part, il y a des preuves que le diagramme de Gantt a été discuté au début des années 20 - et à cet égard, je crois qu'il aurait été basé sur une traduction de Polakov. Mais il n'y a pas encore de preuve, malheureusement.

(…)

Quel rôle Polakov a-t-il joué au sein du syndicat des mineurs et comment l'a-t-il concilié avec la philosophie du management scientifique ?

La philosophie du management scientifique de Polakov s'appliquait aussi bien à son travail au sein du syndicat qu'à son travail d'ingénieur-conseil en management. C'est là, je l'espère, un point majeur du livre - que l'idéologie de management scientifique ne concerne pas le contrôle et l'exploitation des travailleurs, mais plutôt l'utilisation de la science pour faire en sorte d'obtenir le meilleur résultat possible du travail et de la production. La raison pour laquelle Polakov, dès ses premiers écrits (et son travail de management), a soulevé la question de la sécurité et de la consultation, ainsi que celle des salaires et des conditions de travail raisonnables, est qu'il considérait ces questions comme étant d'une importance capitale pour obtenir le meilleur environnement de travail possible pour les travailleurs. Les gens sont bien trop conditionnés, ils considérent le management comme un processus hiérarchique à la "c'est comme ça et pas autrement", de sorte qu'ils ne peuvent pas voir que l'idéologie scientifique du management pourrait s’appliquer aussi bien à un syndicat qu’à une usine.

En quoi les recherches de Polakov sur la sécurité au travail ont-elles aidé le syndicat ? Quel rôle Polakov a-t-il joué dans l'élaboration des plans de santé du syndicat ?

Je pense que le rôle de Polakov a été significatif dans la mise en place des possibilités et la fourniture des données pour plusieurs positions vraiment importantes de l'UMW sur la santé - je dois encore faire des recherches pour pouvoir faire des affirmations sans équivoque.

Comment Polakov a-t-il utilisé le langage de la gestion et de la comptabilité pour forcer la direction à prendre au sérieux les préoccupations des travailleurs ?

Tous les managers scientifiques savaient exactement comment influencer les managers et les cadres dirigeants - il leur suffisait d'expliquer les idées de manière à ce qu'elles soient importantes pour eux. Il ne sert à rien de dire à un directeur à quel point la vie d'un travailleur sera formidable grâce à la démarche du management scientifique, car ces directeurs sont motivés par les priorités de la production, du retour sur investissement et du profit du trimestre suivant. Le management scientifique doit donc parler au directeur de l'usine, de l'organisation ou de l'industrie dans des termes qu'il comprendrait (et il l'a presque toujours compris) et qui le motiveraient. Dans la discussion sur les débats de la Taylor Society dans le livre (p.41), même le colonel Coburn, qui n'est pas très habile, a affirmé qu'avec le management scientifique "nous trouvons certains faits et nous les mettons sous une forme telle que le financier et même le directeur peuvent les comprendre". En fait, les financiers qui possédaient les usines ne pouvaient plus préférer "broyer le cou de l'ouvrier avec un talon de fer" au lieu d’un management adéquat. (Coburn in Drury, 1917 p. 8) Ce n'est pas que Coburn était un radical, mais il voyait plutôt comment l'idéologie du management scientifique pouvait être encadrée pour convaincre le financier ou le directeur que des conditions de travail équitables étaient plus efficaces.

De même, les monographies d'ingénierie de Polakov à l'UMW, et son document au Conseil National de Sécurité, orienté vers les employeurs, cherchaient à montrer aux employeurs à quel point le coût des accidents était un problème pour eux. Tous ses livres mettaient l'accent sur les mêmes choses - il écrivait pour convaincre les dirigeants et le public susceptible d'influencer les dirigeants que sa démarche de management scientifique visant à améliorer la consultation, le travail et les conditions de sécurité était bénéfiques pour les entreprises – et il leur glissait des morceaux semi-plagiés de Capital Vol. 1 !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.