Un regard sur la politique et la philosophie soviétiques en matière de logement, 1982

Alors qu’en France, pour trouver un logement il faut justifier de 3 fiches de paie correspondant chacune à 3 fois le loyer, que les précaires sont obligés de tricher et que donc le logement occupe souvent plus de 30 % de leur salaire, que 300 000 SDF vivent dans nos rues, un quart de ceux-ci possédant un emploi ; petit voyage en URSS dans les années 80... avec cet article de The Left Chapter.

Source : The Left Chapter : A look at Soviet housing policy & philosophy, 1982

Bien construit et en avance sur le calendrier, affiche sur le logement soviétique, 1955 Bien construit et en avance sur le calendrier, affiche sur le logement soviétique, 1955

Voici un regard sur l'attitude profondément humaniste des Soviétiques à l'égard du logement au début des années 1980.

Le magazine soviétique anglophone Socialism : Theory and Practice (STP) avait une rubrique où il répondait aux questions qui lui avaient été envoyées sur divers problèmes auxquels la société soviétique et le socialisme étaient confrontés. En février 1982, un correspondant du STP a répondu à une question sur la politique soviétique du logement et son opposition au logement commercialisé. En février 1982, un correspondant du STP a répondu à une question sur la politique soviétique du logement et son opposition au logement commercialisé.

La réponse est un aperçu succinct et très instructif de ce sujet qui préoccupait énormément le parti et les dirigeants soviétiques. L'URSS est née de la guerre, de la révolution et de la guerre civile, et a été dévastée pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Pourtant, elle a été le premier pays au monde à garantir à tous les citoyens, dans sa constitution, non seulement un logement mais surtout un logement abordable. La politique soviétique du logement était donc profondément humaniste. Comme le note l'auteur, en URSS à l'époque, "les invalides, les combattants de la Grande Guerre Patriotique (1941-1945), les vétérans du travail, les familles nombreuses, les mères célibataires, etc. bénéficient de privilèges et de préférences leur permettant d'obtenir un appartement, ou une augmentation de leur surface habitable, ils passent en tête de la file d'attente générale pour le logement. Le facteur décisif est donc le principe de justice et non les qualifications matérielles d'une famille. En fournissant un logement, nous nous préoccupons avant tout de l'aspect social de la question - la création de conditions de vie et de loisirs égales pour tous les citoyens soviétiques".

On ne pourrait rien dire de tel concernant le logement capitaliste, ni à l'époque ni aujourd'hui.

Comme l'auteur le fait remarquer, si l'Union soviétique adoptait une approche commerciale, "certaines des familles les plus aisées ou des familles comptant un petit nombre de membres pourraient obtenir un appartement plus rapidement et vivraient dans des appartements luxueux ou des logements individuels". Mais du "point de vue soviétique, c'est inhumain".

Vers la fin de l'Union soviétique, le loyer ne représentait pas plus de 4 % environ du revenu moyen d'une famille et il n'avait pas augmenté depuis 1928, un fait tout simplement étonnant. Le logement était fortement subventionné par l'État, tout comme les services publics.
Dans les années 1980, des millions de nouveaux appartements étaient construits chaque année, bien que les normes des grandes villes et des villes plus anciennes soient en retard par rapport à celles des petits centres et des villes nouvelles, tant en termes de quantité que de qualité, on recourait davantage au parc de logements anciens.

logementurss-2

La réponse porte ici sur les objectifs, les coopératives de logement, les loyers, les protections contre l'expulsion et d'autres aspects de la politique du logement à l'époque.

Question :

Je ne vois pas pourquoi votre État devrait financer l'essentiel de la construction de logements, d'autant plus qu'il ne peut pas encore fournir aux gens les logements qu'ils souhaiteraient avoir. Je pense qu'une approche commerciale aurait changé beaucoup de choses, en facilitant et en accélérant la solution du problème. - Dietrich Krause, Allemagne de l'Ouest - RFA

Réponse :

En vérité, Monsieur Krause, ce n'est pas très original mais je le dis quand même : le logement est une nécessité première pour avoir une vie normale. Et faire dépendre directement et strictement le logement de la capacité financière de chacun serait injuste pour les membres de la société qui, pour une raison ou une autre (famille nombreuse, jeune âge ou pensionné, handicapé, etc.), n'ont peut-être pas les moyens suffisants pour en acheter un.

Tous les citoyens de l'URSS ont droit à un logement. Il ne s'agit pas seulement d'un droit constitutionnel, mais d'un fait réel (l'URSS est d'ailleurs le premier pays au monde à proclamer ce droit). Il est vrai qu'en raison de l'énorme croissance démographique, nous ne pouvons pas, pendant un certain temps, créer et mettre immédiatement à la disposition de tous un logement normal, c'est-à-dire : fournir à chaque famille soviétique des appartements confortables où chaque membre a sa propre chambre. Mais les invalides, les combattants de la Grande Guerre Patriotique (1941-1945), les vétérans du travail, les familles nombreuses, les mères célibataires, etc. bénéficient de privilèges et de préférences leur permettant d'obtenir un appartement, ou une surface habitable accrue, avant la file d'attente générale pour un logement. Le facteur décisif est donc le principe de justice et non les qualifications matérielles d'une famille. En matière de logement, nous nous préoccupons avant tout de l'aspect social de la question, à savoir la création de conditions de vie et de loisirs égales pour tous les citoyens soviétiques.
Vous écrivez que l'approche commerciale du problème du logement modifierait considérablement la situation. Sans aucun doute, certaines des familles les plus aisées ou des familles comptant un petit nombre de membres pourraient obtenir un appartement plus rapidement et vivraient dans des appartements luxueux ou des logements individuels. Dans le même temps, les familles nombreuses ou celles qui disposent de moins d'avantages matériels resteraient dans des conditions plus normales. Du point de vue soviétique, c'est inhumain, et c'est pourquoi nos logements sont répartis en fonction de la composante numérique de la famille - une grande famille a un grand appartement et une petite famille un petit.

Donnez de la joie à vos pendaisons de crémaillère ! Nous allons construire 2,3 milliards de mètres carrés de logements d'ici l'an 2000 - Affiche sur le logement social, URSS 1988 Donnez de la joie à vos pendaisons de crémaillère ! Nous allons construire 2,3 milliards de mètres carrés de logements d'ici l'an 2000 - Affiche sur le logement social, URSS 1988
Vous écrivez, Monsieur Krause, que tous les Soviétiques ne sont pas satisfaits de leur logement aujourd'hui (sans doute, dans une large mesure, en raison d'une augmentation des demandes). Oui, c'est vrai. Seuls 80 % des citadins possèdent un appartement indépendant. En moyenne, chaque citadin dispose d'une surface habitable de 15 mètres carrés. L'État s'est toutefois fixé pour objectif de fournir à chaque famille un appartement indépendant d'ici la fin de la décennie actuelle. Il assume également la principale responsabilité et les dépenses liées à la construction et à l'entretien des maisons dans le pays.

En outre, avec l'augmentation de la cadence des construction de logements, leur qualité augmente également.

Naturellement, le confort supplémentaire coûte plus cher. L'augmentation de la qualité d'une maison la rend plus chère (par exemple, en 1965, un mètre carré de logement coûtait à l'État 120 roubles, aujourd'hui il est de 170 roubles*). Plus cher, mais pas pour la population. La Constitution soviétique, qui proclame le droit du peuple à un logement, garantit des loyers bas et constants pour les appartements. C'est pourquoi l'État prend en charge les principales dépenses. Les investissements de l'État dans le logement ont presque doublé au cours des quinze dernières années. Ainsi, en 1965, 9 600 millions de roubles ont été dépensés pour le logement et en 1980, plus de 18 000 millions de roubles.

LE RÔLE DES COOPÉRATIVES DE LOGEMENT

Les moyens personnels de la population servent de source supplémentaire de financement du programme de logement. Cela s'explique tout d'abord par le fait que l'ampleur de la construction de logements publics ne répond pas à toutes les exigences. C'est pourquoi certains préfèrent investir leurs économies pour célébrer plus rapidement une pendaison de crémaillère. Chaque année, les citoyens investissent environ 500 millions de roubles dans la construction de logements coopératifs et individuels, ce qui équivaut à 15 % des logements construits en Union soviétique. L'État apporte également son aide dans ce domaine. Il attribue gratuitement des terrains aux coopératives de logement, leur accorde des prêts à un taux d'intérêt de 0,5 % par an pour une durée allant de 15 à 20 ans. Soit dit en passant, il s'agit du taux d'intérêt de prêt le plus bas au monde ; aux États-Unis, par exemple, il est presque vingt fois plus élevé. L'État se rend responsable de tous les travaux de construction. Les personnes qui adhèrent à la coopérative de logement déposent 40 % du coût de leur futur appartement dans la banque d'État. Dans certains cas, le premier dépôt est de 30 %, parfois même de 20 %. Ces coopératives dites privilégiées sont principalement destinées aux jeunes familles.

En moyenne, chaque année, 10 000 appartements coopératifs sont construits à Moscou, soit environ un dixième de ceux qui sont construits aux frais de l'État. Lorsqu'elle est finalement occupée, la maison coopérative est reliée aux services de l'État. L'électricité, le gaz, le chauffage, l'eau courante froide et chaude bénéficient précisément des mêmes tarifs que ceux appliqués aux maisons appartenant à l'État. Le même principe est utilisé pour payer les services des plombiers, des électriciens et des autres personnels chargés de maintenir tous les services en bon état de fonctionnement.

À COMBIEN S'ÉLÈVE LE LOYER ?

Malgré le développement de la coopération en matière de logement, la majorité des familles soviétiques vivent dans des appartements d'État. Ils sont loués sans frais préalables pour une durée illimitée. En fait, les appartements passent des parents aux enfants. Le loyer est si bas qu'il n'est une charge pour personne, quel que soit le revenu de la famille. Ainsi, un appartement de trois pièces, d'une surface habitable de 80 mètres carrés, comprenant une salle de bain, des toilettes et une grande cuisine, avec eau chaude et gaz, coûte environ 25 roubles par mois. Cela représente 4 à 5 % du revenu moyen d'une famille. Dans les pays capitalistes, le loyer d'un appartement représente généralement près d'un tiers du revenu d'une famille de travailleurs, et les appartements spécifiquement destinés aux travailleurs faiblement rémunérés (les moins chers et sans beaucoup de commodités) prennent environ 20 % du revenu familial total du travailleur.

Politique de logement capitalist : Le Propriétaire : je préfère faire des profit plutôt que de dépenser de l'argent en réparations. / Dessin du journal "Horizont" - RDA Politique de logement capitalist : Le Propriétaire : je préfère faire des profit plutôt que de dépenser de l'argent en réparations. / Dessin du journal "Horizont" - RDA
En URSS, les loyers sont maintenus au même niveau depuis 1928 et s'élèvent en moyenne à 13 copecks par mètre carré. Les zones du couloir, de la cuisine, de la salle de bain et autres ne sont pas facturées selon le système de paiement des loyers adopté en URSS. Les taxes de service communal ont été établies en 1934. Elles sont également faibles et sont restées les mêmes depuis cette année-là. Malgré le prix plus élevé du carburant qui, ces dernières années, est extrait principalement dans le nord et l'est du pays, dans des zones peu développées et aux conditions naturelles difficiles, les tarifs intérieurs pour tous les types de carburant et d'énergie n'ont pas été augmentés et pour certains transporteurs d'énergie, ils ont même été abaissés. Par exemple, auparavant, pour l'utilisation du gaz, les Soviétiques payaient 32 copecks par mois pour chaque membre de la famille et maintenant 16 copecks. Ainsi, vous pouvez voir, M. Krause, que le droit des citoyens soviétiques au logement est également assuré par la faible valeur de ce dernier, qui est à la portée de tous.

LES RÉCENTES MODIFICATIONS APPORTÉES À LA LÉGISLATION SUR LE LOGEMENT

Je tiens à mentionner que pour résoudre le problème du logement, l'Union Soviétique est constamment à la recherche de nouvelles méthodes efficaces, ce qui implique de prendre des mesures spécifiques. La dernière en date est l'adoption des Fondements de la Législation sur le Logement (juin 1981) lors d'une session du Soviet Suprême de l'URSS. L'objectif principal de cette législation est de définir plus précisément et de consolider le droit des citoyens au logement, fixé dans la Constitution de l'URSS, afin de garantir ce droit à un degré plus élevé. Personne ne peut être expulsé de son domicile autrement que dans l'ordre prescrit par la loi. En cas d'expulsion, le citoyen doit bénéficier d'un autre logement. Vous devez convenir que tout cela contraste de façon frappante avec les situations dramatiques dans lesquelles se trouvent les résidents aux moyens modestes dans les pays capitalistes, littéralement jetés à la rue par les riches propriétaires de maisons.
En Union Soviétique, le droit d'un citoyen à l'utilisation permanente d'un logement (appartement) dans des maisons d'État ou des coopératives est fixé par la loi. Conformément à la nouvelle loi, le niveau de la surface habitable est établi par la législation de chaque république de l'Union et ce niveau ne doit pas être inférieur à 9 mètres carrés par personne. Parmi les citoyens qui ont la priorité pour recevoir un nouvel appartement ou améliorer leurs conditions de logement, on trouve : les invalides de la Grande Guerre Patriotique, les familles des soldats tués ou portés disparus, les mères de familles nombreuses, les mères héroïnes, les mères célibataires et quelques autres citoyens (en particulier, les ouvriers et employés de bureau qui ont travaillé consciencieusement dans l'industrie pendant de nombreuses années). Il me semble que ce qui précède répond à votre question de savoir pourquoi l'URSS est contre la commercialisation du logement. - Victor STAROSTIN, observateur de l'APN

*Un rouble (100 copecks) est approximativement égal à 1,4 dollar US-Ed.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.