Le système de crédit social chinois : nouveau Black Mirror ? (Partie 1)

Quelques tweets sur le système de crédit social chinois, pourquoi ce n'est pas vraiment Black Mirror et comment vous devriez arrêter d'utiliser des références culturelles pop faciles pour diaboliser des pays que vous n'avez pas pris la peine de comprendre. Par Ian Goodrum

Source : Ian Goodrum sur Tweeter : https://threadreaderapp.com/thread/975536363364696064.html

Tout d'abord, un petit historique des raisons de la mise en place de ce système. En Chine, un système de type FICO comme celui des États-Unis ne serait pas très utile, car très peu de Chinois sont endettés. La plupart des gens ne contractent pas de prêts pour des achats importants ; ils épargnent.

En outre, et c'est probablement le plus important, avant que le système n'existe, il n'y avait pas de règles harmonisées pour sanctionner les entreprises qui ne payaient pas les amendes, ne respectaient pas les accords ou ne se conformaient pas à des normes de conduite acceptables. À moins que l'infraction ne soit criminelle, peu de sanctions existaient.

Ce contexte est utile, mais moins pertinent lorsqu'il s'agit de rendre compte du système dans la presse occidentale. Vous avez vu les gros titres : "Black Mirror en vrai", "Que Dieu nous vienne en aide", etc.

Quelles sont donc les conséquences réelles de la violation des règles de ce système ? Vous pouvez le constater par vous-même : Voici la première liste, relative à l'investissement et au financement. Cet ensemble de sanctions vise clairement les mauvais payeurs à revenus élevés afin de limiter leur activité sur le marché. Wouh ! C'est effrayant !

blackmirror-1

D'autres restrictions concernent la prise de postes de direction dans des entreprises publiques, le fait de devenir fonctionnaire et de rejoindre le CPC. De toute façon, les défauts de paiement ou les fraudes à la clientèle seraient probablement déjà évoqués lors d'une vérification de routine des antécédents pour ces postes, mais peu importe.

Voici le plus important, la sanction qui fait les gros titres : Billets de train et d'avion. Mais que dit cette politique en réalité ?

blackmirror-2

En d'autres termes, si vous êtes sur la liste des "mauvais crédits", vous ne pouvez pas acheter de billets d'avion en première classe ou de billets de train de luxe. Vous ne pouvez pas non plus vous livrer à des voyages de "consommation ostentatoire" ni envoyer vos enfants dans des écoles privées coûteuses. Ouah, c'est comme dans cette émission de Netflix !

Les communiqués les plus récents sur cette politique ont été publiés récemment et offrent un peu plus de détails. Tout d'abord, les trains :

blackmirror-3
blackmirror-4

En résumé, la première série d'infractions concerne des règles spécifiques liées aux voyages en train, comme l'émission de billets frauduleux ou le marché noir. Il s'agit d'une interdiction universelle de l'achat de billets. La deuxième liste est plus large et comporte les sanctions de "grande classe" que nous avons vues précédemment.

La liste plus large comprend les choses auxquelles vous pouvez vous attendre, comme la tromperie financière ou la fraude, mais elle inclut également le fait de ne pas payer la sécurité sociale ou d'employer des entités qui ne le font pas. Quelle horreur qu'ils soient punis par une place dans un train à grande vitesse de classe C ou D au lieu de la classe G !

(Note : les trains à grande vitesse des classes C et D sont un peu moins rapides que ceux de la classe G. Ils coûtent également moins cher, car ils n'ont pas deux niveaux de sièges de luxe. Je n'ai vu personne prendre la peine de souligner cette distinction).

Mais disons que quelqu'un ait enfreint une règle de la première catégorie et veuille se retirer de la liste noire. Comment s'y prendrait-il ? Voici comment.

blackmirror-5

En bref, si vous êtes un fumeur ou un escroc, ou si vous faites l'objet d'une sanction pénale, vous êtes interdit de voyage en train pendant 180 jours. En réalité, il est peu probable qu'une personne surprise à fumer une fois soit inscrite sur la liste. J'imagine que les récidivistes seront les seuls à être punis de cette façon.

Si vous utilisez de faux documents pour acheter un billet, ou si vous voyagez sans payer, vous êtes condamnés à… Payer votre billet. C'est carrément orwellien.

Pour les avions, c'est un peu différent. Les peines sont plus sévères, mais les délits le sont aussi. Jetez un coup d'œil :

blackmirror-6

Dans cette liste, nous avons la violence à l'embarquement, les combats dans un avion, l'allumage d'un feu, le terrorisme réel. Ce sont-là des choses objectivement dangereuses.

La liste des autres infractions de la politique des voyages en avion est la même que pour les voyages en train : fraude financière, fraude à la sécurité sociale, non-paiement d'amendes concernant les titres. En d'autres termes, il s'agit de crimes en col blanc.

Ainsi, les sanctions pour les voyages en avion sont les suivantes : pour les violations de la première liste spécifique, une interdiction d'un an. N'oubliez pas que c'est la liste "vol ou terrorisme". Pour la deuxième liste générale des "cols blancs", la sanction est la même que pour le train, sous réserve de l'accomplissement des obligations statutaires.

blackmirror-7

Pourquoi la liste des "cols blancs" est-elle soumise à des sanctions plus strictes pour les voyages en avion que pour les voyages en train ? La réponse devrait être évidente : il est plus facile de quitter le pays en avion.

L'ampleur des infractions prévues par cette politique indique qu'elle est destinée aux personnes fortunées, afin de les inciter à payer leurs dettes et leurs amendes.

Certains médias ont pris quelques systèmes locaux et ont fait un lien sournois avec la politique nationale. Par exemple, Shanghai a testé sa propre version du système, qui prévoit des infractions répétées pour des choses comme la traversée de passages piétons. La province du Zhejiang a fait de même avec le tri des ordures.

Mais les exemples ci-dessus n'ont pas encore été mis en œuvre au niveau national, et il n'est pas certain qu'ils le seront un jour. D'ailleurs, j'en doute beaucoup, car l'échéance pour la mise en œuvre du système de crédit au niveau national est 2020 et le temps presse.

Si le gouvernement central pensait que ces programmes locaux valaient la peine d'être inclus, nous aurions déjà vu des choses à ce sujet, et ce n'est pas le cas. Le lien entre la mise en place d'un système de crédit national et la mise en place d'un système de crédit local est, pour le dire gentiment, douteux.

Pour l'instant, ces infractions municipales sont sanctionnées par une amende minuscule : 5 yuans, soit environ 75 cents. C'est tout. Mais si vous racontez ça et faites un reportage sur le système de crédit social dans la même histoire, vous sous-entendez une relation qui n'existe pas vraiment. C'est de la pure spéculation, et c'est un reportage irresponsable.

En bref : ce n'est pas Black Mirror, bande de crétins. Changez de série.

Crédit à @ChinaMedia1 pour la traduction de ces documents de la NDRC.

 

Lire aussi : Chine : Comprendre le système de crédit social par Pierre Sel dans la Revue Esprit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.