Sauvons les inspecteurs des finances

 

Le PS vient de déposer un recours contre la suppressiondu concours de sortie de l'ENA. "C'est la porte ouverte à tous lesfavoritismes "répète t'on à l'envie. Il faut surtout souligner quecette mesure dévaluerait une de nos prestigieuses institutions :l'inspection des finances.

Chaque année les meilleures bêtes à concours de notresystème scolaire (ou plutôt des lycées élitistes parisiens), ceux qui finissent dans les cinq ou six premiers de l'ENA choisissent ce grand corps. La fonction n’est pas des plus enthousiasmantes, il faut contrôler les comptes publics (un travail austère et technique) et pondre des rapports (un peu plus amusant). Non l’intérêt de l’inspection des finances c’est surtout d’en sortir (on peuttoujours y revenir en cas de coup dur, l’institution est bonne fille). Car l’IF est un sésame pour occuper les grands poste dans le public, le privé, les cabinets ministériels.

Si dans la fonction publique on a du mal à mesurer la performance de nos poulains, leur passage dans le privé ou les entreprises nationalisées a laissé quelques traces. Petite revue d’effectif :

Jacques Friedman (promotionVauban) a coulé la Compagnie Générale Maritime (il fallait le faire), a entaméle désastre Air France brillamment conclu par Bernard Attali (promotionTurgot), puis nommé à la tête de l’UAP privatisée il s’est faitbouffé par AXA en sacrifiant l’état major mais en se réservant un beauparachute.

Philippe Heilbronner lui a coulé leGAN, 20 milliards de francs de trou (Bébéar leur doit beaucoup). Accessoirement, il est le beau père d’Imad Lahoud (le faussaire de Clearstream) avec lequel ils’était associé dans Volter Fund qui a fini en faillite frauduleuse.

Jean-Yves Haberer : Le recordman jamais égalé, 120 milliards de francs de trou au Crédit Lyonnais, ses tutelles Trichet auTrésor et de la Rosière à la banque de France n’ont rien vu venir (c’est un peu normal c’est lui qui les avait fait nommer et il était leurprédécesseur). Il touche un chèque de remerciement de 50 millions de francs etest parachuté au Crédit National (on ne va pas le laisser dans l’embarras).Quelques mois plus tard le scandale monte, on le vire du CN avec un chèque de 7millions ! Pas même une mise en examen …

Michel Bon : Pris dans la bulle internet, il ne voit pas que tous les valorisations se font par échanged’actions, lui il achète cash (notamment Orange, ..), Pouf la bulleéclate ! France Télecom affiche 9 milliards d’euro de perte et un endettement colossal. En 2008 il a écopé d’une amende de 10 000 € par lacour de discipline budgétaire pour sa gestion ! Une hérésie un inspecteurdes finances est par nature irresponsable.

Philippe Jaffré : On le met à latête d’Elf privatisée, une calamitée, il réussit à se faire bouffé par une PME nommée Total Fina. Enfin bon ! Desmaret lui donne un chèque de 200millions de francs pour qu’il arrête d’emmerder le monde.

Daniel Bouton n’a toujours pascompris ce que faisait Kerviel exactement.

J6M : Le plus délicieux. Sans doute lemelon le plus hypertrophié qu’a produit le brillant corps de l’inspection desfinances. Il a même un temps réussi à enfumer des canadiens. A sa décharge,c’est le seul à avoir fait preuve d’un peu d’autocritique sur le mode« j’ai sur estimé la capacité du marché à s’adapter à mes idées géniales »

On passe rapidement sur Alain Gomez (les frégates de Taïwan), Philippe Rouvillois premier IF nommé à latête de la SNCF, 3 trains qui déraillent en 6 mois, recasé au CEA ! (c’estce qui s’appelle être omniscient), Denis Gautier-Sauvignac 20 millions détournés des caisses de l’Union des Industries et Métiers de laMétallurgie (ex cartel des forges) pour arroser (parait il) les syndicats, AlainJuppé (emploi fictif de la ville de Paris), Philippe Marini (Hippodromede Compiègne), François Pérol (le champion du pantouflage), AlainMinc trafiquant d’influences, pseudo intellectuel plagiaire et négrier (au sens littéraire) notoire, il a failli ruiner Carlo de Benedetti avec CERUS, Jacques Attali viré de la BERD pour abus de note defrais et dilettantisme, pseudo intellectuel et plagiaire comme le précédentmais avec un vernis rose.

Nota : pour les frères Attali j’ai un doute s’ils sont IF ou conseil d’état.

 

Bon soyons bon joueur on a encore rien trouvé sur LouisSchweitzer, Baudoin Prot, Henri de Castries, PascalLamy, Jean-Charles Naouri et Michel Rocard.

Enfin les cas de PierreMoussa et Jean-Marc Vienot, sont plus discutables car plus politiques.L’un a tenté de soustraire une partie de PARIBAS aux privatisations de 1981, l’autre a bénéficié d’une loi d’amnistie sur mesure, car il avait usé d’expédients peu légaux pour protéger la Société Général d’un raid.

C’est quand même pas mal tout ça pour uncorps qui promeut 5 à 6 individus par an.

C’est marrant aucune femme (il y en a comme la filled’Heilbronner mais peu connues), celles qui arrivent dans les premières placesde l’ENA comme Martine Aubry ou Françoise Chandernagor choisissent d’autres corps.

Alors l’UMP a-t-il raison de vouloir supprimer leconcours et de « casser » (mais rien de moins sur) la caste ?

La vrai question n’est elle pas qu’il faille réformer l’ENA, par exemple en supprimant le concours extérieur et en introduisant le mérite dans le concours interne. Après tout, il ne serait pas idiot de s’assurerque les futurs hauts fonctionnaires sont d’abord des bons fonctionnaires.

Ou tout simplement supprimer l’ENA et donner à chaque grands corps administratif la charge d’organiser des filières incluant mérite et concours pour sélectionner les meilleurs ?

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.