À Karditsa : un dispensaire social et solidaire loin des grandes métropoles grecques

Les caravaniers du sud s'étaient fixé l'objectif d'identifier de nouveau besoins pour soutenir les grecs en difficulté d'accès aux soins. Parmi ceux imaginés, nous pensions aux soins à domicile. Mais les soignants et organisateurs des dispensaires de la capitale athénienne n'ont pas exprimé de tels besoins. C'était sans compter sur notre rencontre à Karditsa, au centre du pays.

Avouons qu'en tant que provinciaux, voire ruraux, nous sommes habitués aux différences de traitement et aux différences de besoin, par rapport aux populations de grandes métropoles. Impossible pour nous de ne pas porter un regard aiguisé pour savoir si de telles nuances existent en Grèce.

Ces interrogations sont survenues lorsque, suite à la réduction drastique des retraites, obligeant des familles à retirer leurs aïeux des maisons de retraite. Aussi, la faiblesse budgétaire des hôpitaux laisse supposer de nouvelles difficultés par exemple les structures d'accueil des personnes handicapées.

Par rapport à l'évolution du système de santé publique grec, plus jeune que le nôtre dans sa construction, l'hospitalisation à domicile telle que nous la connaissons en France apparaît pas où peu développée.

Quand en France, on vante les bienfaits de vivre autant que possible les soins de maladies longues, au domicile du patient, la Grèce s'oblige à "permettre de mourir à l'hôpital".

Il semblerait que sur Athènes, le sujet de l'hospitalisation à domicile ne soit pas une grosse problématique. D'où notre motivation pour chercher à rencontrer d'autres dispensaires, en province.

Nous avons été mis en relation avec celui de Karditsa, ville de 30.000 habitants, proche de la région des Météores. Arrivant de Thessalonique, nous avons décidé de prendre la route la plus directe, pas la plus courte. Les quelques heures de route montagneuse, hors de sentiers battus, nous ont permis de réaliser les piètres liaisons routières, la faible densité de population et de service.

À l'arrivée, la ville nous fait penser à Alès de par sa taille et son environnement géographique. Nous avions pu communiquer à l'avance notre heure d'arrivée, nous permettant de rejoindre rapidement 2 bénévoles et l'Adjointe au Maire qui nous ont guidés jusqu'au dispensaire.

Affiche du Dispensaire Social et Solidaire de Karditsa © Jocelyn Garcia Affiche du Dispensaire Social et Solidaire de Karditsa © Jocelyn Garcia
Le centre médical solidaire est hébergé dans un bâtiment récent, appartenant à la mairie. Nous le comparerions à une salle polyvalente ou un foyer. Se soir-là, se côtoyaient des personnes âgées du côté de l'office conjointe à la salle à manger, avec les enfants d'une classe de maternelle qui préparaient vraisemblablement une chorégraphie. Le dispensaire occupe deux espaces de ce centre de vie situé en plein coeur de ville :

- une pièce reconvertie en salle de consultation équipée telle celle d'un cabinet de médecin généraliste,

- une annexe en sous-sol pour le stockage de la pharmacie.

Accès à la salle de consultation du Dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia Accès à la salle de consultation du Dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia

Chaleureuse rencontre entre la Caravane Solidaire sud et les bénévoles du dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia Chaleureuse rencontre entre la Caravane Solidaire sud et les bénévoles du dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia
Notre rendez-vous était particulièrement bien préparé : collation et présence d'une partie de la quinzaine de bénévoles qui composent le dispensaire. Nous avons perçu l'importance du passage de la Caravane Solidaire à Karditsa, par la forte considération très perceptible.

Chacun a décrit ses activités militantes. Le groupe qui nous a accueilli, officie notamment dans d'autres activités bénévoles, comme par exemple, l'épicerie solidaire de la ville. C'est en rentrant un peu plus dans les détails des formes d'aides et du profil des bénéficiaires, que nous apprenons que le dispensaire a des besoin qui vont au delà des médicaments. Le réseau solidaire s'étend au sein des médecins de la commune qui acceptent de prodiguer des soins et des consultations gratuits aux patients pris en charge par la structure. Il s'avère que l'étalement de la population dans cette région impose aux malades de rester chez eux pour ne recourir à l'hospitalisation que lorsque les soins locaux deviennent impossibles.

Le dispensaire a donc besoin de tous les matériels permettant de favoriser les soins au domicile. Nous avons échangé avec les organisateurs du dispensaire pour trouver les solutions qui permettraient de favoriser ces approvisionnements solidaires directement aux malades qui en ont besoin.

Les chauffeurs du sud avec les bénévoles du dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia Les chauffeurs du sud avec les bénévoles du dispensaire de Karditsa © Jocelyn Garcia

Cette rencontre nous permet d'entrevoir des issues positives pour les suites à donner à la #CaravaneSolidaire2016.

S'achève à Karditsa la transmission de nos messages politiques pour exprimer notre refus des réformes intolérables, imposées par l'Europe au peuple grec et pourquoi pas, demain, au peuple français. C'est le moment de rapporter aux bénévoles et sympathisants français, la motivation ravivée par cette dernière rencontre.

Jocelyn

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.