Ici, le "Patient" s'appelle "Entrant"

Lors de la visite de l'usine VIOME, nous avons rencontré une partie des soignants du dispensaire social et solidaire hébergé dans les locaux de l'usine depuis ce début d'année. C'est autour d'une série de questions réponses qu'ils nous ont expliqué leur approche des soins.


Livraison à Thessalonique du fauteuil dentaire en provenance d'Avignon Livraison à Thessalonique du fauteuil dentaire en provenance d'Avignon
C'est grâce au fauteuil dentaire acheminé par les avignonais jusqu'à Lyon et à son chargement dans le (grand) fourgon des coutançais, que la dentiste du dispensaire de VIOME pourra désormais prodiguer des soins.

Une fois la logistique terminée, tous les chauffeurs de la caravane sont conviés à une réunion avec les soignants de ce dispensaire, dans une toute petite pièce qui doit faire office d'un salle d'attente. L'une des médecins nous explique rapidement la particularité de ce centre de soins.

Locaux de l'usine VIOME partagés avec le Dispensaire Social et Solidaire Locaux de l'usine VIOME partagés avec le Dispensaire Social et Solidaire

"Ici, nous ne disons pas Patient pour nommer un malade, mais nous l'appelons Entrant".

La dentiste du Dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia La dentiste du Dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia
Cette terminologie symbolise toute la différence d'approche de la personne soignée : elle n'est pas considérée comme un produit ou un client avec une pathologie découlant uniquement de signes cliniques et soignée dans ce contexte. Dans ce dispensaire, la consultation n'est pas menée par un seul médecin face à l'Entrant mais par une équipe soignante. Cette méthode permet de répondre à plusieurs problématiques connues dans l'appréhension du soin :

  • Confronter un diagnostique à l'avis de plusieurs soignants,
  • Considérer et associer l'environnement social de l'Entrant aux signes cliniques observés.

L'individu entrant en consultation est considéré dans une globalité, allant au-delà que la prise en charge de sa pathologie.

L'Entrant collabore activement à ses soins , et discute les différents abords thérapeutiques qui lui sont proposés

Un médecin du dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia Un médecin du dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia
Outre une sécurisation apportée à l'Entrant avec la confrontation des diagnostiques médicaux entre professionnels, c'est une nouvelle approche du rôle préventif du soignant qui est élaborée ici. Cette initiative est le fruit d'une collaboration entre soignants bénévoles qui partagent cette approche du soin. D'après eux, plusieurs groupes de médecins et de soignants du pays regardent avec intérêt ce type de prise en charge. Tous considèrent que le dispensaire, apportant cette liberté organisationnelle à l'équipe soignante, est la forme la mieux adaptée pour pallier aux insuffisance du système de santé grec.

Un médecin du dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia Un médecin du dispensaire de VIOME © Jocelyn Garcia
Ce système de santé est hérité de ceux dont la mise en place a démarré dans les années 50, par exemple en France, et ayant évolué jusqu'aux premières coupes budgétaires. A la différence que la Grèce a démarré le déploiement de son système de santé, plus tardivement, dans les années 80. Rapidement imputé par les réductions budgétaires drastiques, il n'a pas pu connaitre l'aboutissement des premières strates de son élaboration. Pour les citoyens, cela se traduit notamment par de nombreux cas de rendez-vous trop tardif et, à l'exception des services des urgences, à une prise en charge trop longue par rapport au développement des maladies.

Cet exposé a suscité l'intérêt des caravaniers, très majoritairement sensibles aux questions liées au système de santé.

Jocelyn

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.