Du Rififi. très grave ,au PS a Carcassonne

 

interview a lire entièrement dans la Dépeche du 10 Avril 2014 édition de l'Aude Carcassonne

 

«Iché et Rivel sont les artisans de l’échec»


 

Président de l’agglomération carcassonnaise depuis 2009, Alain Tarlier cédera son fauteuil vendredi, à l’occasion de l’installation du nouveau conseil communautaire. À vingt-quatre heures de cette échéance, l’élu carcassonnais, redevenu simple conseiller municipal depuis le 30 mars, règle quelques comptes et défend le projet de la médiathèque.

 

Dix jours après l’échec de la gauche aux municipales, à qui doit-on ce naufrage ?

Daniel Iché et Tamara Rivel sont les artisans de ce résultat. Certes nous avons été victimes de la vague bleue sur le plan national mais cela n’explique pas tout. Avec le bilan que nous avions, cela n’aurait pas dû se passer ainsi. Nous avons été incapables de valoriser le bilan de l’agglo, alors que c’était un argument de campagne.

Mais personne n’a tiré le signal d’alarme à l’issue du premier tour.

Le directeur de campagne [N.D.L.R. : Daniel Iché] n’a anticipé aucune des situations qui allaient se produire. Au soir du premier tour, tout le monde disait : « Larrat et Chesa ne fusionneront jamais. Ils se sont trop longtemps battus ». C’était incroyable de penser cela. Jean-Claude Pérez s’est reposé sur Daniel Iché et il a laissé faire.

Donc la responsabilité de Jean-Claude Pérez est entière à vos yeux.

Il a une image dilettante et c’est l’image qu’il a renvoyée depuis son élection. On ne l’a pas vu dans les quartiers, dans les hameaux. Aux repas des anciens, il n’était pas là non plus. C’est un député lointain qui n’a pas mouillé la chemise et il le paie aujourd’hui.

Et le casting de la liste a-t-il joué en sa défaveur ?

Il a mis des amis « perso » sur la liste pour faire plaisir. Mais il n’avait pas de personnalités qui auraient pu jouer un rôle majeur pour les Carcassonnais.

De qui voulez-vous parler ?

Les intéressés se reconnaitrons

Aujourd’hui, qui peut être le patron de l’opposition municipale ?

Je vous le dirai quand Pérez y siégera. Moi, lorsque j’ai été battu par Raymond Chesa, je n’ai pas eu peur d’aller au conseil municipal. Je n’ai pas eu peur des railleries. Et les explications fournies par Daniel Iché dimanche, pour expliquer l’absence de Jean-Claude Pérez m’ont amusé. Il y a là un vrai manque de courage politique.

 la médiathèque

.............Il y a une semaine, Jean-Claude Pérez, Maryline Martinez, Laury Saint-Martin, Tamara Rivel et Daniel Iché sont arrivés dans mon bureau pour me dire qu’ils étaient opposés à ce projet. Ils sont venus me dire ça puis ils sont repartis. Ils m’ont également dit : « Tu n’es plus rien ! »............

 

............Je suis l’artisan de l’agrandissement de l’agglo à 73 communes et je savais que je passerai un jour la main. Mais je ne peux pas accepter que ceux-là ne veuillent plus porter le projet. Je me sens blessé, trahi. Lorsque j’ai rencontré Régis Banquet il y a quelques jours, je lui ai dit que je trouvais bien qu’il devienne président. Je lui ai également demandé ce qu’il comptait faire de moi. Il m’a répondu : « Va voir Pérez ! ». Il a ajouté mes amis seront vice-présidents.

De qui parlait-il ?

De Tamara Rivel et de Daniel Iché............

Propos recueillis

par Bruno Huet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.