La Démocratie sur Carcassonne (11000)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Démocratie se joue a Carcassonne , Malheureusement Hospitalisé d'urgence ce matin, et peut être en passe d'être évacué sur Paris au Val de Grâce , j'espère pouvoir assister au deuxieme tour ,Si Dieu le Veut dans ma Ville de Carcassonne.... — à Hopital de Toulouse  Purpan.

Paul Okili Boyer

Sauver Carcassonne  Larrat et Chesa , on y croit

Gérard Larrat et Isabelle Chesa réunis hier comme aux plus beaux jours pour annoncer le mariage de leurs deux listes et la naissance de «Notre parti c'est Carcassonne»./Photo Didier Babou                                                   

                            Gérard Larrat et Isabelle Chesa réunis hier comme aux plus beaux jours pour annoncer le mariage de leurs deux listes et la naissance de «Notre parti c'est Carcassonne»./Photo Didier Babou                                

«Mariage pluvieux, mariage heureux…» sourit Isabelle Chesa en rentrant dans la permanence de Gérard Larrat, hier sur le coup de 16 heures et sous des trombes d'eau. Elle embrasse «sa moitié» Gérard Larrat pour immortaliser la photo et les deux tourtereaux à nouveaux réunis entament une conférence de presse destinée à officialiser l'union de leurs deux listes. Ainsi «Bien vivre à Carcassonne» de Gérard Larrat et «Ambition pour Carcassonne» d'Isabelle Chesa ont vécu. Place à «Notre parti c'est Carcassonne». Appellation officiellement de la nouvelle liste des deux candidats de la droite républicaine, déposée à la préfecture. Liste conduite par Gérard Larrat et appuyée au poste de 1er adjointe par Isabelle Chesa et qui garde l'investiture de l'UMP.

«Dimanche dernier les électeurs de Carcassonne nous ont bienfait comprendre qu'ils voulaient Chesa et Larrat réunis, il faut savoir entendre et écouter, nous avons compris le message» déclare Gérard Larrat avant de laisser le soin à Isabelle Chesa d'annoncer le nom de la nouvelle liste : «Notre parti c'est Carcassonne et cette nouvelle liste a été voulue par les électeurs qui en nous plaçant à égalité ont bien montré leur souhait d'une union des deux listes. Hier matin (lundi), avec Gérard Larrat, nous avons rangé nos mouchoirs et nous nous sommes assis sur nos egos pour donner une chance à notre ville, c'est l'intérêt supérieur de Carcassonne qui a guidé notre choix».

Chacun y est allé de son complet sur «le mauvais bilan et la gestion désastreuse de Jean-Claude Pérez», avant d'avoir une pensée pour leurs colistiers respectifs, restés sur le bord de la touche, et d'expliquer aux journalistes que la négociation «a été très facile et s'est passée avec des sourires». Mouai… Difficile de croire que les Roux, Aribaud, Hardy, Jeannard… et d'autres partagent cette euphorie. Mais en apparence, au moins jusqu'à dimanche soir, la ligne de conduite pour tous, c'est l'union sacrée… Avec un retour sur le terrain, à la pêche aux voix, dès aujourd'hui. Pour expliquer aux Carcassonnaises et aux Carcassonnais, qu'en fait, les programmes Larrat et Chesa «se ressemblent à 90 %».

Gérard Larrat annonce également la tenue d'un meeting demain jeudi à 19 heures dans la structure réceptive de Domec, «et je suis sûr qu'elle sera trop petite…» Attention aux chevilles qui enflent…

Comme prévu, Gérard Larrat et Isabelle Chesa ont officialisé la fusion de deux listes. Ils partent unis sous la bannière «Notre parti c'est Carcassonne» et gardent l'investiture de l'UMP.


Aujourd'hui Le débat en direct

Comme nous l'avions fait en exclusivité avant le premier tour en recevant chaque candidat devant les caméras de La Dépêche Premium, TV Carcassonne et au micro de Chérie FM, nous organisons ce mercredi, en direct à 18 heures, sur Chérie FM (99.6 FM) et sur La Dépêche Premium le débat d'entre deux tours en recevant les trois candidats face à face, Jean-Claude Pérez (PS), Robert Morio (FN) et Gérard Larrat (UMP).  Ils répondront aux questions de Serge Gélis (La Dépêche du Midi) et François Mourad (Chérie FM). Vous retrouverez également le lendemain l'intégralité de ce débat sur la Dépêche Premium, TV Carcassonne.com et deux pages spéciales dans l'édition de la Dépêche du Midi.


Les 12 adjoints et leurs délégations

Dans l'ordre les douze adjoints (en cas de victoire) désignés de la liste «Notre parti c'est Carcassonne» sont :

1 - Isabelle Chesa (Urbanisme et patrimoine)

2 - Yazid Laredj (sécurité)

3 - Monique Denux (éducation)

4 - Jean-Louis Bes (culture)

5 - Danielle Herin (jeunesse et enseignement supérieur)

6 - Lelis Blasquez (finances)

7 - Magali Bardou (associations et hameaux)

8 - Arnaud Albarel (Environnement et développement durable)

9 - Martine Maurette (tourisme, économie)

10 - LucienFlamant (politique de la ville et quartiers)

11 - Yamina Mamou Oulhacene (habitat social)

12 - Paul Escourrou (Sports)

Jeannette Driss (conseiller municipal délégué au personnel)

________________________________________________________________________________

L'Homme qui a trompé Carcassonne Jean Claude Perez

«Chesa et Larrat et quatre sièges au Front national, c'est une chambre brune», affirme Jean-Claude Pérez./Photo DDM, D.B.                                                   

«Chesa et Larrat et quatre sièges au Front national, c'est une chambre brune», affirme Jean-Claude Pérez./Photo DDM, D.B.                           

 

Crédité de 28 % des suffrages à l'issue du premier tour des municipales, Jean-Claude Pérez ne pourra pas compter sur le ralliement entier de la gauche de la gauche. Une singulière épine dans le pied du député-maire.

Jean-Claude Pérez assis à la droite de son directeur de campagne, Daniel Iché, affiche un sourire faussement détendu. Debout, les colistiers de Tous pour Carcassonne, forment autour du patron une garde rapprochée. Une vision qui en dit long sur l'état d'esprit de la majorité municipale, qui tente aujourd'hui de se rassurer comme elle peut. Alors, hier, Jean-Claude Pérez est passé l'offensive en dénonçant «l'union de façade» entre Isabelle Chesa et Gérard Larrat «car, ajoute-t-il, ils n'ont qu'un programme : sortir Pérez !»

Qualifiant l'union des droites du «mariage de la carpe et du lapin», Jean-Claude Pérez s'est également chargé de revisiter les règles de l'addition. «Dix-huit et dix-huit, ça fait trente» affirme le député-maire. Car il ne fait aucun doute pour la liste Tous pour Carcassonne que les électeurs de Chesa et de Larrat ne se retrouveront pas dans cette alliance «des clans, des copains et des coquins». Et Jean-Claude Pérez de s'en donner à cœur joie en rappelant les échanges d'amabilité que les deux «mariés» du jour s'adressaient il y a peu encore. «De Larrat à Chesa : elle s'écarte de l'humanisme républicain. De Chesa à Larrat : il veut la tête de la liste et me propose le poste de N° 2, je considère que c'est un marché de dupes». Tous pour Carcassonne s'apprête d'ailleurs à publier dans les heures qui viennent un florilège des petits mots doux que se sont adressé au cours des derniers mois Isabelle Chesa et Gérard Larrat.

Reste que depuis plusieurs mois, Jean-Claude Pérez a mal à sa gauche. Le refus, lundi soir, de Carcassonne la citoyenne de rejoindre la liste de la majorité municipale bien que le maire sortant ait accepté d'offrir six postes aux colistiers d'Amandine Carrazoni, confirme la réalité d'un vrai schisme. «Nous, nous retrouvons avec la même liste, il n'y a pas eu de magouilles, pas de tripatouillages», explique encore Jean-Claude Pérez, convaincu que la gauche de la gauche se ralliera à la bannière socialiste. «J'ai confiance en leurs valeurs», surenchérit-il.


Meeting demain soir au Théâtre

Ce sera de toute évidence le point d'orgue de cette campagne électorale : Jean-Claude Pérez tiendra son meeting d'entre-deux tours demain au théâtre Jean-Alary, ouverture des portes à 18h30, les premières interventions à partir de 19 heures. Le maire sortant devrait effectuer, à cette occasion, une démonstration de force.

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.