carinaoc16
états d’âme orageux
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2020

20 sur 20

(brouillon) contrôle continue du bac

carinaoc16
états d’âme orageux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Est ce pour valoriser l'importance du système publique ou pour parer au problème que pose le contrôle continue du bac? Certains élèves malins auraient pu décider de passer leur terminale avec papa maman comme profs et s'assurer un avenir de ministre avec un 20 sur 20 en contrôle continue. En attendant ceux qui paieront auront surement un niveau exceptionnelle en control continue. ..

Comme Macron, je suis défavorable "à l'école à la maison" car je pense que l'instruction et l'ouverture d'esprit se fait aussi pendant « la cour de récré » et offrent la possibilité à l'enfant de s'ouvrir à un autre point de vue que celui de ses parents. La diversité est une notion essentielle nécessaire à une "bonne éducation".

Cependant, CEPENDANT, certains enfants moins rapide, ou plus rêveur, ou chargés de difficultés diverses et variés, ou dont les parents n'ont pas la possibilité de leur apporter l'aide nécessaire   à la réalisation des devoirs, sont rapidement exclus, « stigmatisés, par le système éducatif publique existant. Ils vont devoir passer 15 ans à entendre «  2 sur 20, Zéro sur 20, moins 30 en dictée, ces notes résonnant « coupable » « nul » « idiot » »fainéant ». Hors la plupart de ces enfants sont intelligents, et c’est bien le système éducatif actuel qui est défaillant. (et non ce n’est pas la faute non plus des parents)

L’éducation nationale décide d’être vigilante quant à l’instruction officiée hors « école publique » pendant que mon fils, l’année dernière, en classe de 5e (pourtant inscrit dans un collège publique réputé (parisien), n'a lue aucun livre.

En dirigeant plus d'élèves vers le publique, les classes seront d'autant plus chargées. Ne serait il pas judicieux "d'octroire" le budget nécessaire pour cette nouvelle surveillance du système privé à l'amélioration du système publique dont ils ont la responsabilité et qui  exclut les élèves en difficulté, qui n'ont pour option que le privée. Mon cursus?: fille d'immigrés, exclue du lycée, (Montaigne) pour mes mauvaises notes, envoyée vers une orientation qui ne me plaisait pas...mes parents qui n'avaient pas les moyens ont réussie, quand même, à m'inscrire dans un lycée semi privée, ou excusez moi, mais les conditions d'étude (15 par classe) et des encouragements, de l'humour, ont fait que j'ai eu mon bac, haut la mains.(à une époque il y a 30 ans ou obtenir son bac était une gageure.) Mon fils, aujourd'hui en 4e semble partie pour la même galère, il est "mauvais élève" et stigmatisé par une situation familiale complexe.

Avant de rendre obligatoire "votre école" assurez vous que des alternatives ne soient pas meilleurs ailleurs. Avant de "surveiller" le privée dont les résultats aux examens sont garants de leur efficacité (et pourtant il s'agit pour la plupart d'élèves exclues du publique).

Dans un des plus réputé lycée de Paris je me suis entendue répété au long de ma scolarité, "tu n'es pas faites pour les études". J'avais 2 de moyenne générale.

Mr Dames du Lycée Montaigne, j'ai un bac plus 5. (et oui, là, je souris) et mon amie Elodie S, aussi,

renvoyée de Montaigne avec moi, agrégée en Histoire, mon frère également renvoyé de votre prestigieux lycée, a obtenu son bac.

J'ai inscrit volontairement mon fils dans le publique, par idéologie. Si je ne trouve pas d'autres solutions que le privée, pour qu'il passe son bac, je choisirais cette option (par dépit) .Mais, je devrais conclure que notre système publique n'est pas égalitaire, le problème c'est que tous les parents n'ont pas les moyens financiers de rattraper la défaillance de votre système. Excusez ma franchise, mais vous êtes francs, aussi, lorsque vous notez: zéro, lorsque vous répétez à nos enfants qu'ils sont "nuls" jusqu'à ce que l'on paye et découvre qu'ils sont intelligents. Il faudrait que tous les parents puissent payer, mais ce n'est pas le cas.

 Oui je suis défavorable "à l'école à la maison"mais pour que vous l'imposiez, il faudrait faire mieux. Etre meilleurs aussi dans l'éducation (qui est à votre charge) des enfants placés. Dont j'apprends que beaucoup finissent SDF. (40 pourcent des sdf sont pupilles de l'état).

Je m'emporte, mais en ce moment, je découvre les coulisses des puissants (en dehors du thème de l'éducation nationale), j'en ai la nausée, vraiment vos coulisses, dont je suis témoin, votre "flicage" sont "flippantes". Vraiment.

PS Aujourd'hui, je sors ma guitare faire un tour dans Paris,

mon fils va bien au collège lui, (avec un copain absent de sa classe malade du covid).

Si vous n'aimez pas les sauvages arrêtez de nous énerver.GGGGGRRRRR.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon