carinaoc16
états d’âme orageux
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2020

Cette France malade de sa police.

Alors pourquoi avoir refusé mes trois dépôts de plainte contre la police

carinaoc16
états d’âme orageux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La préfecture de police dit il y a un instant, dans Ouest France:« Toute personne peut signaler les faits dont elle s'estime victime auprès des services de police ou de l'institution judiciaire », Vraiment? alors pourquoi avoir refusé mes trois dépôts de plainte contre la police, au commissariat du 7 e arrondissement de Paris, et  au commissariat du 10 e arrondissement de Paris, ( avec les policiers du commissariat, qui me conseil de ne pas prendre l'aide d'un avocat, et qui rajoutent que "le secret médical ça n'existe pas? Leur refus de me faire voir un médecin pour constater les faits ...Pas  de réponse non plus, à ma plainte envoyé au procureur de Paris, bien réceptionnée pourtant le 12 août  2020 j'ai reçue le récépissé de l'accusé réception.  Il s'agit pourtant de faits graves, harcèlement, empoisonnement, mutilations, vols, violation de domicile, violation d'intimité, diffamations, et d'un dénie de justice qui perdure depuis 17 ans. Sachant que, comme je n'ai jamais été convoqué,  je ne sais pas ce qu'ils me reproche,  il n'y a pas "d'entré en justice" ...l'enquête n'a donc pas de date limite. Cela fait 17 ans que je subis des mauvais traitements quotidien. Avec l'utilisation de méthodes qu'aucun d'entre vous n'est susceptible d'imaginer. (ni George Orwell) Pourquoi ??Il y aurait eu une plainte de déposée il y a 18 ans, par une personne dont la famille et l'entourage sont dans la police, la marine, l'armée, peut être la DGSE. Comment se défendre face à des policiers anonymes, surpuissants?? Impossible. Ils ne respectent RIEN, ni les droits de l'homme et de l'enfant, ni les codes de déontologies, ce sont des criminels dangereux couvert par le secret. J'ai également prévenue l ex défenseur des droits Mr Toubon, qui m'avait conseillé de porter plainte au procureur. J'ai contacté également la LDH, ...J’ai pourtant des témoins. Rien face à la police, ou l'armée, il n’existe aucun moyen de saisir la justice. et tous ces puissants ont l’outrecuidance  du silence absolue. Je ne reçois même pas de réponse. J’ai réussit à obtenir une main courante après ce qu’un jeune policier, s’alarme, de mon état, mais sur la main courante quelques faits sont mentionnés et il n’est pas noté que je dépose plainte contre la police mais seulement contre X. En 17 ans je n’ai jamais été entendue, je n’ai pas non plus trouvé d’avocats car ils détournent mes appels téléphoniques. J’avais 33 ans lorsqu’ils ont pris « possession de ma vie » et celle de mon fils, j’en ai 51. Je ne rentre pas dans le détails des mauvais traitements, j’en ai honte. ..Honte pour eux, pour moi, honte pour cette France malade de sa police.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire