Cette France malade de sa police.

Alors pourquoi avoir refusé mes trois dépôts de plainte contre la police

La préfecture de police dit il y a un instant, dans Ouest France:« Toute personne peut signaler les faits dont elle s'estime victime auprès des services de police ou de l'institution judiciaire », Vraiment? alors pourquoi avoir refusé mes trois dépôts de plainte contre la police, au commissariat du 7 e arrondissement de Paris, et  au commissariat du 10 e arrondissement de Paris, ( avec les policiers du commissariat, qui me conseil de ne pas prendre l'aide d'un avocat, et qui rajoutent que "le secret médical ça n'existe pas? Leur refus de me faire voir un médecin pour constater les faits ...Pas  de réponse non plus, à ma plainte envoyé au procureur de Paris, bien réceptionnée pourtant le 12 août  2020 j'ai reçue le récépissé de l'accusé réception.  Il s'agit pourtant de faits graves, harcèlement, empoisonnement, mutilations, vols, violation de domicile, violation d'intimité, diffamations, et d'un dénie de justice qui perdure depuis 17 ans. Sachant que, comme je n'ai jamais été convoqué,  je ne sais pas ce qu'ils me reproche,  il n'y a pas "d'entré en justice" ...l'enquête n'a donc pas de date limite. Cela fait 17 ans que je subis des mauvais traitements quotidien. Avec l'utilisation de méthodes qu'aucun d'entre vous n'est susceptible d'imaginer. (ni George Orwell) Pourquoi ??Il y aurait eu une plainte de déposée il y a 18 ans, par une personne dont la famille et l'entourage sont dans la police, la marine, l'armée, peut être la DGSE. Comment se défendre face à des policiers anonymes, surpuissants?? Impossible. Ils ne respectent RIEN, ni les droits de l'homme et de l'enfant, ni les codes de déontologies, ce sont des criminels dangereux couvert par le secret. J'ai également prévenue l ex défenseur des droits Mr Toubon, qui m'avait conseillé de porter plainte au procureur. J'ai contacté également la LDH, ...J’ai pourtant des témoins. Rien face à la police, ou l'armée, il n’existe aucun moyen de saisir la justice. et tous ces puissants ont l’outrecuidance  du silence absolue. Je ne reçois même pas de réponse. J’ai réussit à obtenir une main courante après ce qu’un jeune policier, s’alarme, de mon état, mais sur la main courante quelques faits sont mentionnés et il n’est pas noté que je dépose plainte contre la police mais seulement contre X. En 17 ans je n’ai jamais été entendue, je n’ai pas non plus trouvé d’avocats car ils détournent mes appels téléphoniques. J’avais 33 ans lorsqu’ils ont pris « possession de ma vie » et celle de mon fils, j’en ai 51. Je ne rentre pas dans le détails des mauvais traitements, j’en ai honte. ..Honte pour eux, pour moi, honte pour cette France malade de sa police.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.