Bon anniversaire Cabu !

Bon anniversaire Cabu !

Aujourd'hui, tu aurais eu 77 ans. Tu es resté jeune finalement, tu peux lire Tintin jusqu’à la fin des temps.

Ça te fait une belle guibole, enfin non, ça ne te fait plus rien du tout. Même pas tu rigoles.

Tu es mort. Tu vas donner à bouffer aux vers de terre qui te chieront sur quelques graines de pensées. Tu feras pousser des mauvaises herbes médicinales et autres fleurs du mal. Tu mettras du rouge aux soucis mais ce « tu » auquel je m’adresse n’est plus qu’une vue de l’esprit.

Tu es mort. Les Cloches de Notre-Dame ne te feront pas revenir comme un œuf de Pâques au chocolat brun, blanc, black. Tu ne souffleras plus sur aucune bougie ni sur aucune braise. Et tu ne parodieras plus la Marseillaise.

Tu n’es plus et nous sommes là, Charlie d’occasion, Charlie de circonstance, Charlie de résistance, à imaginer ton prochain dessin.

Nous sommes là, autour de ce gâteau sans souffleur, le souffle coupé malgré des retrouvailles dignes de fiançailles.

Il n’y aura plus de dessins.

Car Dieu est comme toi, mort, mort une énième fois, enterré avec sa poésie et ses textes de Loi. Il ne te fera pas revenir et il ne viendra pas.

Mais qui sait, puisque c’est en l’Homme que je crois, ta fin n’est peut-être qu’un début.

Alors merci, merci pour ça,

Et bon anniversaire Cabu…

 

(écrit mardi 13 janvier 2015)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.