Karine Renaud
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2011

Quand Areva et l'athlétisme courent ensemble

En pleine catastrophe de Fukushima, Areva, le leader Français du nucléaire, greenwashe son image grâce à la Fédération Française d'athlétisme.

Karine Renaud
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En pleine catastrophe de Fukushima, Areva, le leader Français du nucléaire, greenwashe son image grâce à la Fédération Française d'athlétisme.

Faute de pouvoir se déclarer énergie propre ou encore renouvelable, l'industrie nucléaire se proclame abusivement énergie « décarbonnée ». Et pour pouvoir verdir un peu plus son image, Areva s'est associée à la fédération d'athlétisme, noble discipline, dont les dirigeants sont prêts à tout pour exister médiatiquement.

Vendredi 8 juillet, 4 mois après le début de la pire catastrophe nucléaire, le "MEETING AREVA" avait lieu au stade de France.

Et ce qui devait arriver Areva : des sportifs courant en toute indécence aux couleurs du fournisseur du combustible MOX de la centrale japonaise de Fukushima ; des gamins français vêtus des T-shirts Areva paradant autour du stade pendant que les enfants japonais sont empoisonnés par la radioactivité, et aussi des forces de l'ordre, policiers, cars de CRS, agents des renseignements généraux venus en nombre pour protéger le lobby nucléaire, aux frais du contribuable.

Seul bémol à la bonne humeur... des militants associatifs de « Sortir du Nucléaire » avaient fait le voyage pour dénoncer ce scandaleux partenariat. Venus avec tracts et autocollants pour sensibiliser les spectateurs, les militants ont été brutalement encerclés dès leur arrivée. Arrêtés sans motif valable et conduits au poste de police pour « vérification d'identité », certains militants japonais se voyaient même déclarer « pourquoi n'êtes- vous pas restés à Fukushima ?» par un policier.

Aux ordres d'Areva, les forces de l'ordre avaient pour mission d'empêcher les spectateurs d'être informés sur les dangers du nucléaire civil.

Pourquoi autant de zèle policier ? l'Etat Français détenteur de 83% d'Areva panique : les Français se sentent en danger entourés de leurs 58 réacteurs, vieux de 30 ans. Peu à peu les informations filtrent : l'état des centrales est vétuste, les investissements peu nombreux et les incidents se succèdent. Dernier en date : un violent incendie sur le site du Tricastin le 3 juillet. Aujourd'hui Areva s'oppose à la venue d'élus du personnel pour inspecter les installations1.

Au meeting Areva, on a muselé la voix des militants antinucléaires, comme tous les jours on musèle celle des représentants du personnel, des syndicats, des associations et des élus locaux.

Nous sommes tous à moins de 100 km d'un site nucléaire2.

Rejoignons la fédération d'athlétisme car il va falloir courir très vite pour fuir la radioactivité.

1 http://www.ledauphine.com/drome/2011/07/09/tricastin-areva-ne-veut-pas-d-observateurs-lors-des-inspections

2 http://www.sortirdunucleaire.org/carte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart