Un homme ça pleure pas

Un homme ça pleure pas

Et pourtant

Sans bruit il pleure

Des larmes qui coulent

Aussi silencieuses

Que les machines

Tout est silence

dans l'usine

Tout s'est arrêté

Les machines sont à l'arrêt

Le silence est devenu roi

Le chômage est venu le chercher

Les camions sont venu chercher les machines

il regarde ses mains

Elles sont belles ses mains

Elles sont devenues inutiles

Alors les larmes coulent

Sur ses joues de plus très jeune

C'était pas la belle vie

Juste une certitude

La certitude est partie en camion

Lui, s'assoit

Un homme ça pleure pas

Et la tête dans les mains

Ces doigts sont tout mouillés

Carland

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.