Carland
Abonné·e de Mediapart

438 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 déc. 2011

L' Ethic en toc de Sophie de Menton et l'éthique du Medef

Sophie de Menthon joue les dindes bêtasse. Elle est tout le contraire. Femme intelligente, cynique et calculatrice qui utilise l’émission « Les grandes gueules » pour faire passer le message du MEDEF.

Carland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© MrPopololopop
© MrPopololopop

Sophie de Menthon joue les dindes bêtasse. Elle est tout le contraire. Femme intelligente, cynique et calculatrice qui utilise l’émission « Les grandes gueules » pour faire passer le message du MEDEF.

Sophie de Menthon est une spécialiste de la communication et de l’arnaque intellectuelle. Sous couvert d’un « humour » qui n’appartient qu’a sa caste, celle des prédateurs pour qui la vie des salariés, la vie tout court, des gueux n’a aucune importance.

Pour se donner un coté populaire elle ne répugne pas à participer à l’émission « Les Grandes Gueules » sur RMC. Cette émission présentée par les "dupont et dupont" Alain Marschall et Olivier Truchot, que Wikipédia présente comme « journalistes »… Albert Londres apprécierait de voir le métier de journaliste ravalé au rang de mauvais bateleur de foire chargé de vendre les idées Sarko-Lepeniste et cela va de soi, les idées et la soupe empoisonnée du MEDEF.

Avec l’affectueux soutien de nos deux attardés spécialisés dans le duo « comique » du « plus demeuré que moi tu meurs », elle peut en toute impunité distiller son venin. Sophie de Menthon hait la classe ouvrière, les chômeurs, les précaires et ne parlons pas de ces salauds de retraités qui se prélassent en pillant les dividendes des malheureux actionnaires. Sophie de Menthon veut pouvoir utiliser le cheptel humain à sa convenance.

Elle est maline la Menthon. Pour mieux tirer à vue et sans sommations sur les salariés elle a créé un machin qui porte le nom de ETHIC (Entreprises de taille humaine, indépendantes et de croissance). On reconnait là les méthodes de communicants. On pense de suite à l’éthique. Noble qualité dont Sophie de Menthon est totalement dépourvue.

C’est donc pour son manque total d’éthique ou ETHIC (selon que tu sois plutôt curare que ciguë) qu’elle est membre du comité d’éthique du MEDEF. Si, si, le MEDEF est éthique… défense absolue de rire (même jaune).

C’est donc éthiquement que la voix officielle du MEDEF, donc la voix du patronat est passée de la vulgarité sans faille à l’abjection la plus totale dans l’émission du 13 décembre sur RMC.

Qu’on se le dise, Le MEDEF par la voix de la reine Sophie est pour le travail des enfants, elle est pour l’esclavage des enfants. Les multinationales qu’elle défend ont besoin de chair fraiche, et avec son cœur de mère (sic), Sophilétic est prête à sacrifier sur l’autel des profits les enfants des pays pauvres. Ceux qui trouvent ça tout simplement dégueulasse sont traités par la grande Sophie de salauds. Ah, elle n’a pas froid aux yeux et quant à la dignité, elle en ignore jusqu’au concept.

Son dégueuli radiophonique est à écouter quand même pour bien comprendre que le MEDEF n’est pas un syndicat de patrons mais un cartel de prédateurs prêts à tout pour faire de l’argent. Ils ont leurs dieux, ils s’appellent « profit » et la « machine à produire ».

Ils n’ont aucuns états d’âmes : sacrifier la vie des enfants pour satisfaire le dieu production est naturel pour eux puisque le dieu suprême profit l’exige. Il s’agit bien de sacrifices humains. Ni plus, ni moins.

Carland

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss