Carland
Abonné·e de Mediapart

453 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2013

Communiqué de presse de Michel Madec en grève de la faim depuis 21 jours.

Carland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse

Carhaix, le 26 mars 2013

A l 'aube du 21ème jour de grève de la faim, la direction du CMB/Arkéa n'a pas bougé d'un iota.

Force est de constater que la situation est bloquée.

J’ai, conformément à ce que j’avais annoncé, décidé de poursuivre ma grève de la faim, pour une durée illimitée.

Je le redis, ce n'est pas l'acte d'un désespéré ou d'un demi-fou; je suis "une personne vulnérable" oui, face à une banque, sans doute, (et qui ne l'est pas, vulnérable, face aux puissances de l'argent?). Et aujourd'hui plus que jamais dans cette lutte inégale.

Mais c'est bien un acte politique, un acte de dignité que je réalise là.

C'est ce combat, ou la rue et la misère. La mort physique ou la mort civile, la mort par intoxication bancaire, faute d'un toit, notamment. Toutes les deux à petit feu.

Ma détermination est donc totale.

J’ai demandé à mes avocats de travailler à tous les moyens utiles à la défense de mes intérêts, mais également de veiller à ce que ma santé, mise en danger par l'obstination de certains puissants à ne pas faire un geste, (puissants qui eux, à n'en pas douter, mangent bien, dorment bien, et n'ont pas d'angoisses matérielles quant à leur avenir), ne soit pas mise en danger pour rien.

Au début de ce vingt-et-unième jour de mon action, mon état de fatigue est profond. Ma santé va se détériorer progressivement et de plus en plus rapidement, je le sais.

La banque, par son silence, témoigne de son profond mépris à mon égard, mais aussi à l'égard de ses clients et de ses « sociétaires » à qui elle montre finalement le peu de cas qu'elle fait des valeurs mutualistes...

Chacun devra donc assumer les conséquences de ses actes. De son inaction, de son action.

J’en appelle solennellement à toutes et tous ceux qui veulent me soutenir, et à travers moi, engager également ce combat pacifique, pour eux, pour leurs enfants, leurs petits-enfants, pour les 776 000 ménages habitants de ce pays surendettés. Pour dénoncer l'hypocrisie totale d'un système qui fait tout pour vous pousser à consommer, à vous endetter d'une main, pour vous reprendre de l'autre bien plus que ce qui vous a été prêté.

Vous pouvez m’aider, aider tous les surendettés concrètement, en vous organisant, en vous regroupant en collectifs, en comités, et en décidant des actions de soutien devant les agences du Crédit Mutuel de Bretagne et ailleurs selon les modalités que vous jugerez les plus appropriées.

Ne nous mentons pas: chaque jour compte. Et va compter de plus en plus.

J’en appelle également à toutes les forces politiques progressistes, qui disent vouloir mettre l'humain au cœur de la société, qui disent vouloir battre la finance, remettre les banques au pas... à m’apporter leur soutien dans ce combat inégal.

Vous pouvez enfin signer et faire signer la pétition de soutien ici : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article134031

Michel Madec

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie