carlita vallhintes
toutes
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 juil. 2021

Merci David, je t'aime

Printemps 2020. J'avais cet air dans la tête tout le temps, mais impossible de me souvenir dans quel album de Bowie je l'avais entendu, ou plutôt attrapé. Parfois des auteurs nous apportent plus de soutien que l'entourage.

carlita vallhintes
toutes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A mon chevet...

Printemps 2020.

J'avais cet air dans la tête tout le temps, mais impossible de me souvenir dans quel album de Bowie je l'avais entendu, ou plutôt attrapé.

Ou bien c'était la mélodie qui m'avait attrapée, je ne sais pas trop. Et dans ces cas là, je n'arrive à me sortir les notes de la tête qu'en écoutant le morceau de l'auteur. C'est comme ça, je n'y peux rien.

Ce devait sûrement être sur un album live, un concert sur Youtube, une clé usb, un téléchargement interdit.

Bref, vue l'oeuvre du maitre, autant chercher une aiguille dans une botte de foin.

Inconsciemment, j'ai cherché l'aiguille, chaque jour, en écoutant exclusivement du Bowie, du matin au soir et au grand dam de ma fille qui n'en pouvait plus, confinées que nous étions, au fin fond d'un bout du monde, avec la mer et un phare comme horizon. 

Alors évidemment, les recherches des dates d'album et le contexte biographique qui va avec, ont commencé sur les sites français, pour rapidement basculer sur les sites anglais, beaucoup plus riches en informations pointues et parfois hilarantes.

J'étais partie sur une fausse piste, car je fredonnais un air qui n'était pas "Alladin sane" et pourtant j'y mettais ces mots prestigieux. S'en suivit une bonne galère à scruter toutes, je dis bien toutes les versions d'Alladin sane, studio, live, BBC, BEEBS, interviews de 1970 à 20005, et puis tant que j'y étais la vie de l'homme, son parcours, sa jeunesse, ses déboires, sa peur de l'avion (comme moi), ses peintures, ses lectures, son feeling, sa classe absolue, sa gentillesse infinie, sa bienveillance avec ses enfants.

Il faut savoir que Bowie disait : "je fais de la musique pour gagner ma croute, mon occupation préférée est la lecture". 

Eté 2020, je trouve enfin le morceau qui me hante !!!! Au petit matin, video Youtube de Glastonbury 2000, premier morceau.

https://www.youtube.com/watch?v=qdrl5krJc5g

Ca a été un moment d'une intensité rare dans ma tête, un séisme d'émotions qu'aucun geste barrière n'aurait pu contenir dans mes neurones musicaux sûrement bourrés d'adrénaline séropositive, vu mon état clinique vérifié par les témoins présents, et qualifié de "proche de l'état de choc de bonheur".

Après le quatre ou cinquième visionnage de la prestation scénique grandiose, un besoin impérieux d'infos sur ce morceau m'obligea à y consacrer du temps, et tant pis pour les obligations ménagères et autres, dont je n'avais que faire !.

Ce qui me fit découvrir ceci :

Titre "wild is the wind"

Enregistrement studio 1976 : https://www.youtube.com/watch?v=YsqlXkkEKxI

Mais j'apprends que Bowie a repris le morceau en hommage à sa pote Nina Simone

1959 : https://www.youtube.com/watch?v=an140Nj_KIo

Qui l'a repris elle aussi de Johnny Mathis

https://www.youtube.com/watch?v=Fede33vouyc&list=PLtkvBD-xJZJaTyIQlOpkCwuKalFlYGVMX

Qui a seulement interprété la chanson, car "wild is the wind" a été écrite par Ned Washington et composée par Dimitri Tiomkin en 1957, pour le film du même nom.

Une fois rassasiée, un autre morceau a éveillé ma curiosité : Quicksand. 

Ecouté des milliers de fois sur l'album HUNKY DORY, j'ai toujours su intuitivement que BOWIE  racontait quelque chose de profond dans les textes, mais je n'avais pas pris la peine de traduire, me contentant du message de la mélodie, qui me parlait, que je comprenais à ma façon, et que j'aime infiniment.

D'abord j'appris qu'il l'avait écrit à 22 ans. Wouaouhh !! je parlais toute seule : "tu te rends compte ? 22 ans !!! je le crois pas !!!!".

Ensuite le texte... Bowie said of the song "The chain reaction of moving around throughout the bliss and then the calamity of America produced this epic of confusion. Anyway with my esoteric problems I could have written it in Plainview or Dulwich" and that it was a mixture of "narrative and surrealism".[5]

En gros, sa traversée de l'Amérique en bus lui a permis de côtoyer successivement bonheur et calamité aux states, et cela a produit "cette épopée de confusion". mais il aurait aussi bien pu l'écrire à Plainview (texas profond) ou Dulwitch (Londres), vu qu'il était plein de problèmes ésotériques à l'époque, d'où le mélange entre récit et surréalisme des textes. Ca colle à la mélodie, ça coule de source, c'est limpide.

Ce mélange de récit et de surréalisme, je l'avais senti dans les notes de musique, et c'est pourquoi je l'aime tant, ce morceau.

Cette immersion durant toute l'année 2020 dans la vie et l'oeuvre de monsieur  David Jones alias Bowie, l'homme, son rapport aux autres, sa générosité, son génie, son humilité, m'ont "portée" toute l'année et encore aujourd'hui, et beaucoup aidée dans une période à fortes zones de turbulences sociales, sanitaires, et surtout familiales pour moi, car mon petit cocon a eu  à  affronter tous les fléaux actuels, ces dernières années :

- abus sexuel sur mineur pour ma fille en 2004, révélé en 2010. (fils d'amis âgé de 17 ans lors des faits, ma fille avait 9 ans)

- disputes et distanciation avec toute ma fratrie, complètement larguée sur la problématique, à l'époque.

-  séisme dans la sphère familiale, avec consommation éhontée de cannabis par mon fils, bringues et première crise bipolaire en 2012.

-  découverte d'une hémopathie maligne dans mon bilan sanguin 2014.

-  dépression autoritaire de mon ex-mari avec moultes violences verbales et psychologiques.

- énorme crise maniaque violente de mon fils en 2017, avec prise en charge psychiatrique calamiteuse, scandaleuse, honteuse.

- agressions père fils récurrentes.

- mise en vente de notre maison 2018.

- séparation et explosion de ma famille 2019

- absence de soins pour mon fils et menaces de mort sur moi.

- exil et confinement 2020.

- opération commando le 6 décembre 2020 pour faire hospitaliser mon fils qui était en "péril imminent"

- plainte pour abus sexuel sur mineur déposée par ma fille janvier ou février 2021.

A l'heure où j'écris, nous allons mieux.

Ce résultat n'a pas été facile à obtenir, je vous assure...

Je touche du bois, je bénis les dieux païens, Toutatis inclus, Thor, Odin, Zeus, etc....

Mais Bowie était là, lui, avec ses mélodies.......

Merci David, je t'aime très fort, vraiment, et pour toujours.

"seigneur, je n'ai jamais rien dominé, je suis moi c'est tout" David Bowie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques