carnets italiens
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2018

De Turin à Macerata: l'antifascisme entre légalité et légitimité

Avec la condamnation de l'auteur de la fusillade raciste de Macerata à 12 ans de prison vient cette question, combattre l'extrême-droite dans la rue ou dans les tribunaux ?

carnets italiens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 3 février 2018, un agent de sécurité de 28 ans nommé Luca Traini a ouvert le feu sur 6 personnes en raison de leur couleur de peau dans les rues de Macerata, ville située sur la côte adriatique de l'Italie centrale. Il disait agir pour se venger d'un fait divers sordide autour de l'assassinat d'une toxicomane italienne de 18 ans par un nigérian. Déambulant dans les rues de Macerata l'arme au poing, il a blessé cinq hommes et une femme: Gideon, Festus, Jennifer, Mahmadou, Wilson et Omar ; originaires respectivement du Ghana, du Mali et du Nigéria.

Après son arrestation, Traini a tenu ces propos aux enquêteurs "J'étais en train de me rendre en voiture à mon club de gym quand j'ai entendu à la radio l'histoire de la jeune fille de 18 ans. D'instinct, j'ai fait demi-tour, je suis rentré chez moi, j'ai ouvert le coffre-fort et j'ai pris le pistolet. J'ai décidé de tous les tuer." (cité dans L'Obs, 4.02.18, en ligne) Ajoutons à cela le look bien particulier de Traini (crâne rasé et tatouage ambigu à l'arrière de la tête) et le fait qu'il a été candidat de la Ligue du Nord aux dernières élections municipales. Voilà qui achève de démontrer que l'on n'a a pas affaire à l'"acte d'un déséquilibré" mais bien à un acte néo-fasciste.

On se rappelle peut-être qu'une histoire quasiment similaire avait eu lieu à Florence le 13 décembre 2011 impliquant cette fois-ci un militant de Casapound (les autoproclamés "fascistes du 3e millénaire"), qui avait tué deux marchands ambulants sénégalais et blessé trois autres avant de retourner l'arme contre lui. La communauté sénégalaise avait alors organisé des manifestations spontanées en mettant en perspective ces meurtres avec le harcèlement des vendeurs de rue par la police.

Le 10 février 2018, une semaine après la fusillade, 30'000 personnes ont manifesté à Macerata contre le fascisme, et ce malgré la volonté du maire issu du Parti Démocrate qui avait demandé l'annulation de la manifestation. Le Parti Démocrate, malgré ses nombreuses défaites électorales ces derniers temps, a encore avec lui tout un tissu d'organisations de la société civile qui soutiennent plus ou moins aveuglément son agenda politique. Parmi elles, l'Association des anciens partisans, l'ANPI, qui cultive la mémoire de la résistance italienne au fascisme et qui avait elle aussi appelé à ne pas manifester à Macerata, ce qui n'a pas manqué de déclencher un tollé du côté des antagonistes.

Le verdict du procès de Traini a donc été rendu en ce début de semaine sous une procédure accélérée. Dans l'article qui suit, la rédaction d'InfoAut met l'accent sur le fait que dans la même séquence temporelle que celle du procès de Traini, des antifascistes ont été condamnés à des peines très lourdes de prison ferme, notamment à Crémone (en Lombardie), à Piacenza (en Emilie-Romagne) et à Turin. Une ville de Turin où d'ailleurs un jeune antifasciste nommé Nicolo a été libéré de son assignation à résidence le 25 septembre dernier. Le débat sur les pratiques de l'antifascisme se déploie donc sur un axe entre légalité et légitimité, comme en témoigne l'article d'Infoaut ci-dessous.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Désolé, je voulais juste tuer quelques noirs". Sur le procès de la fusillade de Macerata

Infoaut.org, 4.10.2018

Le jugement de première instance du procès de Luca Traini est tombé :

il est condamné à 12 ans ferme. Le 2 février 2018, il avait tiré sur un groupe d'étrangers à Macerata, blessant six d'entre eux, puis il avait célébré son geste par un salut le bras tendu. Enveloppé dans le drapeau tricolore. Devant le mémorial des morts au combat.

Dans la salle d'audience, Traini a lu sa déclaration : "aucune haine raciale", a-t-il dit. Il n'est guère facile de répéter des mots qui ne t'appartiennent pas. On a besoin de lire les notes sur une feuille de papier pour se souvenir ce qu'il convient de dire pour prétendre qu'il ne s'est rien passé ce jour-là . Pour que tout redevienne comme avant. Parce que cette déclaration produit un peu cet effet : elle supprime la réalité du racisme dans ce pays, elle sacrifie Traini pour sauver la normalité du racisme comme nouvelle promesse politique d'un échange avantageux entre l'oppression exercée et l'oppression subie. De mars à l'été, il y a eu plus d'une trentaine d'attaques à motivation raciale.
Bagares. Passages à tabac. Tirs. Fusillade. Soumaila Sacko serait encore en vie s'il n'avait pas été ce travailleur noir.

La suite ici: https://www.infoaut.org/other/desole-je-voulais-juste-tuer-quelques-noirs-sur-le-proces-de-la-fusillade-de-macerata

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro