carnets italiens
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2018

Record battu pour la manifestation No-Tav du 8 décembre à Turin

Un véritable raz-de-marée contre la ligne à haute vitesse Lyon-Turin. Les mois prochains vont être décisifs, mais il semble que le mouvement No-Tav est le seul capable d'incarner le visage combatif de l'opposition au gouvernement Lega/5 étoiles.

carnets italiens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Si la manifestation du samedi 8 décembre est un flop, c'en est fini du mouvement No-Tav » m'avait-on glissé il y a quelques semaines. Entre la répression, les signes avant-coureurs d'une confirmation du projet par le gouvernement Lega/5 étoiles et la mobilisation sans précédent des partisans du projet, le contexte général est pour le moins tendu et rendait plus nécessaire que jamais une démonstration de force dans les rues de Turin. Cette crainte est temporairement balayée, c'était sans doute la plus grande manifestation de l'histoire des No-Tav (50'000 personnes selon la presse, 70'000 pour les organisateurs). C'est bien plus que la manifestation du 10 mai 2014 par exemple (25'000 personnes), une phase très difficile où plusieurs personnes allaient au devant d'un maxi-procès anti-terroriste pour l'incendie d'un engin de chantier.

Un cortège d'opposition

Il faut le dire, cette manifestation faisait plaisir à voir . De la joie et de la détermination, des visages souriants, des personnes de tout âge et un imaginaire de lutte extrêmement puissant avec comme toujours, des centaines de drapeaux No-Tav reconnaissables à leur fond blanc avec un train barré d'une croix rouge. La tête du cortège était composée de femmes du Val Susa avec des chapeaux en origami ornés du message [« Meglio montagnina que madamina » [« Mieux vaux être une montagnarde qu'une madame »], référence aux propos méprisants tenues par une des organisatrices du rassemblement Si-Tav du mois dernier, invitant les No-Tav à retourner dans « leur montagne [...] avec une vache » et à « laissez vivre » les citadins qui plébiscitent le projet. Il y avait aussi de nombreux déguisements, deux fanfares, un groupe en robes de bure qui scandaient « tout le monde déteste la police », des biscuits No-Tav offerts, et puis le tronçon étudiant, très fourni et bruyant, qui se tenait les bras pour former une ligne. Le groupe féministe « Non una di meno » était aussi présent en nombre, avec au centre une pancarte indiquant « notre émancipation s'est faite sur les barricades ».

La mobilisation du 8 décembre s'est construite depuis la base, avec l'organisation d'une vingtaine de meetings dans le Val Susa, à Turin et dans les villes moyennes de sa périphérie, avec des militants historiques, mais aussi des climatologues et des universitaires opposés au projet. Dans l'une de ces conférences, Marco Revelli – contributeur régulier du quotidien Il Manifesto et très belle plume – a pointé du doigt le fait qu'une bonne partie des justifications du Tav pouvaient être analysés au prisme de la « post-vérité ». Le registre d'argumentation des promoteurs du projet tourne en effet autour d'une poignée de mots-clés (« projet stratégique », « ouverture », « aller de l'avant ») et ne se confronte jamais aux thèses énoncées par les No-Tav sur la dangerosité d'un tel ouvrage. Les faits deviennent secondaires et nous dit Revelli, c'est justement l'inverse du mouvement No-Tav qui « a toujours analysé, depuis son origine il y a plus de vingt ans, méticuleusement, presque obsessionnellement, les données techniques de l'ouvrage (flux de circulation, impact environnemental, ampleur des coûts et détail des dépenses, alternatives opérationnelles), en faisant de ces informations l'argument principal de son opposition » (Marco Revelli, Le “fate ignoranti” di Torino, 15.11.18, ma traduction).

D'une marche des 40'000 à l'autre (et menace d'ultragauche!)

L'arrivée du cortège sur la Piazza Castello a été assez triomphale, il y avait tellement de monde que même une heure après l'arrivée de la tête, le cortège n'était pas terminé et les orateurs au micro demandaient de plus se serrer pour leur permettre d'entrer sur la place (mot d'ordre : « 4 personne par m2 » - photo ici ). Pour faire un petit topo des discours, l'opposant historique Alberto Perino a fait péter les enceintes avec ses slogans. Une membre d'Asktasuna a ensuite mis en avant le fait qu'alors que Turin est déjà une ville très polluée (il y a parfois un smog), le Tav, n'allait en aucun cas améliorer la qualité de l'air ou améliorer les transports en commun. Une délégation française venue de Villarodin-Bourget (Savoie) a expliqué que le percement de la « descenderie » (premier tunnel d'évacuation avant la construction du tunnel transfrontalier proprement dit) avait déjà causé de graves problèmes pour l'eau et le bâti de la commune. Lele Rizzo a rappelé que la mentalité égoïste du monde patronal turinois remontait au moins à la Fiat, « ils ont toujours été habitués à être abreuvés de fonds publics, à jouer avec de l'argent qui n'est pas à eux ». Puis est venue Nicoletta Dosio, retraitée récemment condamnée à de la prison, qui visiblement très émue devant la Piazza Castello noire de monde, a dit que « ça valait vraiment la peine de voir ça », et que cette place symbolisait l'espoir « contre un système violent et irresponsable ». Elle a parlé de l'accueil des migrants qui tentent de traverser les Alpes, de la nécessaire opposition à la politique de Salvini, de ses souvenirs de lutte sur les sentiers du Val Susa. Mais le passage le plus fort de son intervention a été lorsqu'en réponse à l'évocation par les partisans du Tav de la « marche des 40'000 » cadres de la Fiat de 1980 pour qualifier leur propre mobilisation, elle dit : « Je m'en souviens moi, de cette marche. Et je me souviens aussi du visage des ouvriers de l'usine Fiat lorsqu'ils ont mené cette ultime grève de 35 jours. Au moment de la fin, je me souviens de cette pancarte qui disait « Nous avions la raison et la force de notre côté. Il nous reste la raison. Courage, camarades ! » ». Revelli avait lui aussi évoqué ses souvenirs de la marche des 40'000 lors de la conférence à l'université de Turin : « c'était comme une marche funèbre, on entendait que le bruit de leurs pas, aucun slogan [...] [c'était] l'apothéose du travail sans subjectivité ». Comme on peut le voir, l'opposition au Tav se trouve dans un autre registre historique en tout point contraire à celui de la manifestation inquiétante convoquée par le ministre de l'intérieur Mateo Salvini au même moment à Rome.

Dans les jours précédant la manifestation, les principaux titres de la presse locale (la Stampa et la Reppublica) ont concentrés leur critique sur la mairie 5 étoiles de Turin, coupable d'après eux de n'être pas assez à l'écoute des besoins des entreprises. A l'évidence, le vote de la motion du conseil municipal du 29 octobre dernier ne passe toujours pas ! La maire s'est faite toute petite en expliquant qu'elle ne participerait en aucun cas à la manifestation car elle ne veut pas « diviser » mais « représenter tous les turinois », mais ça n'a pas calmé la presse locale qui a continué d'alimenter cette rumeur dans les jours suivants. Mais alors coup de théâtre le vendredi 7 décembre où la Stampa a sorti un article alarmiste sur les menaces pesant sur la manifestation No-Tav du lendemain : « gilets jaunes », l'« aire anarcho-insurrectionnaliste », l'« aire autonome milanaise » et « un leader espagnol de la Fédération anarchiste informelle ». Malheureusement les nuages de sauterelles n'étaient pas disponibles! « Voilà ce qui arrive quand on se fait dicter son article par les inspecteurs de la Digos » m'a-t-on dit avec un brin d'ironie.

Retours dans la presse française et pronostics

Côté français, une journaliste de l'AFP s'est rendue à la manifestation et a sorti un papier tout à fait recommandable. On ne peut pas vraiment en dire autant de la part du correspondant du Monde en Italie qui a réussi le pari d'écrire un article sur la manifestation avant même que celle-ci n'ait lieu ! L'article était en effet déjà publié sur le site du Monde le samedi matin, et contrairement à ce que laissait sous-entendre le titre (« Les opposants au TGV Lyon-Turin se mobilisent »), on n'apprendra rien à sa lecture sur le mouvement No-Tav à part qu'il est « en train de perdre la bataille de l'opinion », une affirmation péremptoire qui ne correspond guère à la réalité, mais ma foi c'est ce qui peut arriver quand on écrit un article avant l'événement dont est supposé parler. L'activisme dont continue de faire preuve les promoteurs du projet montre au contraire que pour la première fois ils ne sont pas certains de voir leur cause triompher. On risque en effet de ne rien comprendre à la question du Tav si on ne prend pas en compte le champ de force conflictuel où il prend place. En attendant la suite des événements, cette manifestation du 8 décembre va sans doute redonner un élan à la contestation sur le plan local, mais elle marque aussi une étape décisive dans un conflit frontal annoncé avec le gouvernement Ligue du Nord/5 étoiles. Avec d'un côté le mouvement social le plus fort d'Italie et de l'autre la coalition anti-système/souverainiste au pouvoir, voilà un conflit qui risque de faire des étincelles dans les mois à venir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gouvernement
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a provoqué la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire