Caro Nashoba
Famille, Amis, Amazonie
Abonné·e de Mediapart

45 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2012

Inauguration mercredi du barrage d’Estreito dans le bassin amazonien..Merci GDF-SUEZ et DILMA ROUSSEFF

Caro Nashoba
Famille, Amis, Amazonie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, et le PDG du groupe français GDF Suez, Gérard Mestrallet, ont inauguré mercredi le barrage d’Estreito dans le bassin amazonien, d’une capacité de 1.087 mégawatt (MW), un des plus grands projets de production d’électricité du pays.

Je sais que le Brésil est un pays privilégié car 86% de son électricité provient de barrages, une énergie propre. Le Brésil veut croître et prouver que sa croissance n’est pas contradictoire avec les meilleures pratiques environnementales, a déclaré Mme Rousseff lors d’une cérémonie retransmise à la télévision depuis l’Estreito, entre les Etats de Maranhao (nord-est) et Tocantins (nord).

Située sur la rivière Tocantins, cette centrale hydroélectrique est détenue par un consortium constitué de Tractebel Energia – filiale de GDF Suez – (40,07%), du groupe minier brésilien Vale (30%), du géant de l’aluminium américain Alcoa (25,49%) et du Brésilien Intercement (4,44 %).

Les projets hydroélectriques font partie de la stratégie de GDF Suez. Nous sommes très heureux de contribuer à satisfaire les besoins croissants en énergie du pays par le développement de projets qui apportent une énergie propre et fiable, a dit quant à lui M. Mestrallet.

Tractebel Energia – premier producteur privé d’électricité du Brésil, avec 7% du total -, est responsable de la gestion opérationnelle de la centrale pour le compte du consortium qui a une concession de 35 ans.

Le barrage d’Estreito qui occupe 400 km2 et touche 10 communes du Tocantins et deux du sud du Maranhao permettra de répondre officiellement aux besoins en énergie de quatre millions de personnes et s’inscrit dans le cadre du Programme d’accélaration de la croissance (PAC) du gouvernement fédéral.

La présidente du Brésil a salué les efforts faits par les entreprises du consortium pour surmonter les difficultés de la construction et notamment le partenariat établi avec les mouvements des personnes touchées par le barrage dont les représentants étaient présents à la cérémonie.

La construction du barrage a été un vecteur d’intégration sociale avec la création de plus de 36.000 emplois, dont 85% de main d’oeuvre locale, a souligné Mauricio Bahr, responsable des opérations chez GDF Suez Brésil, précisant que des 2,5 milliards de dollars investis, 300 millions ont été destinés à des programmes sociaux et environnementaux (éducation, santé et pêche).

La veille, lors d’une conférence de presse à Sao Paulo, il avait écarté l’idée que ce barrage puisse comporter des risques pour les populations locales, comme des défenseurs de l’environnement et des populations indiennes le dénoncent pour d’autres projets en cours dans le pays et notamment celui de Belo Monte au coeur de l’Amazonie qui sera le troisième plus grand barrage du monde (14.000 MW).

Les populations indiennes sont très loin. Il n’y a aucun impact direct, a-t-il assuré.

Le Brésil a connu de grandes pannes de courant en 1984, 1997, 1999 et 2001 et à son arrivée au pouvoir en 2003, l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva a décidé d’investir en énergie pour soutenir la croissance de ce pays émergent.

Au Brésil, 86% de l’électricité produite est d’origine hydroélectrique mais ces ressources se feront plus rares à partir de 2020, selon les spécialistes.

Seul pays sud-américain avec l’Argentine à posséder une filière nucléaire civile avec deux centrales en fonctionnement, le Brésil ne dépend actuellement qu’à hauteur de moins de 5% de l’énergie nucléaire. Le reste provient de centrales au diesel et au charbon, selon les chiffres officiels.

Source: AFP le 17 octobre 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND