Carole Mills
Documentaire
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 févr. 2014

« Bassin miné » (3) La soudaine conscience sociale du FN

Retour en 2003. Les fermetures d’usines s’enchaînent dans l’ex-bassin minier. La plus spectaculaire par sa violence sociale : Metaleurop, où 830 salariés sont congédiés par fax. Du pain bénit pour le Front national. Cette scène est extraite de Bassin Miné, le documentaire qui a (encore) besoin de votre soutien pour voir le jour...

Carole Mills
Documentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Retour en 2003. Les fermetures d’usines s’enchaînent dans l’ex-bassin minier. La plus spectaculaire par sa violence sociale : Metaleurop, où 830 salariés sont congédiés par fax. Du pain bénit pour le Front national. Cette scène est extraite de Bassin Miné, le documentaire qui a (encore) besoin de votre soutien pour voir le jour...

© Bassin miné

La nouvelle est tombée comme un couperet sous forme d’un fax laconique, envoyé de Paris, le 17 janvier 2003. A Noyelles-Godault, Metaleurop Nord, la plus importante fonderie de plomb et de zinc d’Europe, fermait, sans plan social, ni indemnités de licenciement. 830 emplois directs et autant chez les sous-traitants, sacrifiés sur l’autel du rendement financier. Stop-Eject !

Dans les médias, cela devient vite « l’affaire Metaleurop ». Rappelez-vous « les patrons voyous », les « requins de la finance », la « justice des boursicoteurs »…

Après les mines, ce sont les usines qui ferment les unes après les autres. Dans le coin, le chômage est déjà à 25 %. Plus de 40 % des jeunes de moins de 26 ans sont sans emploi, la moitié des revenus de la population provient de la protection sociale, près de deux foyers sur trois ne sont pas imposables.

L’usine, située à 3 kilomètres d’Hénin-Beaumont, est alors le premier employeur du bassin d’emploi local, dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. D’où le violent choc traumatique provoqué par cette annonce.

© Bassin miné

La culture du chômage qui remplace l’univers du travail, la jalousie et la peur qui renaissent sur les cendres de la culture minière. Le chômeur jalouse l’employé, le smicard le RMiste, et ainsi de suite, jusqu’au maillon le plus faible, l’étranger. Hostilités ordinaires, nées d’un quotidien de petites peurs et d’un immense désarroi.

Metaleurop, du pain bénit pour le Front national, qui trouve là une occasion de mettre en œuvre son nouveau credo sur l’insécurité sociale.

© Bassin miné

C’est dans ce contexte que j’ai suivi pas à pas Steeve Briois entouré de ses deux fidèles, Bruno Bilde et Laurent Brice.

© Bassin miné

Le 27 janvier 2003. Tous les commerçants de Noyelles-Godault, en solidarité avec les salariés de Metaleurop Nord ont baissé le rideau. Il y a là toute la population, mais aussi tous les élus locaux, sans exception. Steeve Briois se faufile dans le cortège. Il sait qu’il n’est pas le bienvenu dans ce bastion emblématique de la gauche et zone de non droite.

© Bassin miné

Pendant ce temps, dans l’usine…

© Bassin miné

Ces scènes font partie du tournage du documentaire d'Edouard Mills-Affif, Bassin miné qui ambitionne de faire le récit, sur une décennie, d’une méthodique conquête politique. Un documentaire qui décryptera la stratégie d’implantation du Front national à Hénin-Beaumont.

Mais Bassin miné a quelques difficultés à se financer. Nous avons donc lancé une souscription, comme nous le racontions dans ce premier billet. 80 % du film est déjà « en boîte », les 20% restants dépendent de vous... Plusieurs d'entre vous ont déjà répondu (nous ferons le point précis très prochainement), nous les en remercions chaudement. Mais ce n'est pas encore suffisant... Pour souscrire, c'est toujours ici: http://www.bassinmine.com/soutenir/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa