Carole Mills
Documentaire
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 févr. 2014

"Bassin miné"(4) Comment Marine de Saint-Cloud est devenue Marine d'Hénin-Beaumont

Juin 2012. Un spectacle ahurissant se déroule sous les yeux des caméras de télé. Sur le marché d'Hénin, telle une rock-star, la présidente du Front national joue la « grande sœur » et s’arrête tous les deux mètres pour signer des autographes et se faire prendre en photo. Plus besoin de parler politique pour séduire et convaincre. 

Carole Mills
Documentaire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Juin 2012. Un spectacle ahurissant se déroule sous les yeux des caméras de télé. Sur le marché d'Hénin, telle une rock-star, la présidente du Front national joue la « grande sœur » et s’arrête tous les deux mètres pour signer des autographes et se faire prendre en photo. Plus besoin de parler politique pour séduire et convaincre. 

Mardi 12 juin 2012, deux jours après le premier tour des législatives. Je suis, en plan-séquence, Marine Le Pen et Steeve Briois, déambulant dans les allées du marché d’Hénin. 

© Bassin miné

Ayant recueilli 42,26% des voix au premier tour sur l’ensemble de la XIe circonscription du Pas-de-Calais (47% à Hénin-Beaumont !), la candidate du FN est en excellente position pour aborder le second tour, face au socialiste Philippe Kemel, le maire de Carvin, qui a devancé Jean-Luc Mélenchon de 600 voix. Je filme, caméra à l’épaule, la présidente du Front national tout au long de cette promenade de santé. En voici quelques moments choisis, des fragments de rushs à l’état brut.

A la frite résistante 

Je voulais montrer ceux que l’on ne voyait jamais dans les reportages des journaux télévisés et d’Envoyé spécial sur Hénin-Beaumont. Je voulais rendre visible cet angle mort médiatique, constitué par tous les Héninois non-électeurs frontistes. Hénin-Beaumont n’est pas « facholand », ce n’est pas le « fief de Marine Le Pen » qui n’a, pour l’heure, jamais emporté le moindre scrutin local.

Si Steeve Briois a en effet conquis près de la moitié de l’électorat héninois, il reste l’autre partie, celle qui continue, malgré tout, de voter à gauche, sans compter la forte minorité silencieuse des abstentionnistes. Cette moitié-là, répudiée médiatiquement mais pourtant majoritaire, n’a étrangement jamais voix au chapitre. Seuls les anciens électeurs communistes et socialistes, ayant basculé vers le FN, suscitent la curiosité des journalistes.

Je me suis mis alors en quête d’un personnage capable d’incarner la résistance au Front national. Ce personnage emblématique, je l’ai trouvé grâce à Pascal Wallart, le chroniqueur de La Voix du Nord. Un midi, il m’emmène manger à « La frite militante », la friterie située juste en face de l’église, et me présente la patronne, Marie-Françoise Gonzales. Ici, tout le monde la connaît. Bien plus qu’un petit commerce, la friterie Gonzalez est une agora où l’on vient discuter le bout de gras politique, en engloutissant un sandwich américain-mayo, une barquette de frites arrosées de vinaigre ou des fricadelles.

Cachée derrière ses grosses lunettes à branches rouges, Marie-Françoise ne manque pas une occasion de tacler le Front national. D’autant que l’emplacement stratégique de sa friterie en fait une observatrice privilégiée de la vie politique locale. Dans son échoppe, elle voit défiler toute la ville, à l’exception de Steeve Briois, qui passe au large de son commerce comme on évite un animal sauvage.

Petite-fille de républicains espagnols, cette cinquantenaire au verbe haut et au tempérament sanguin, s’est mise pour la première fois de sa vie à distribuer des tracts, à coller des affiches et à faire du porte à porte dans les anciennes cités minières, pour le compte du Front de gauche et du candidat Mélenchon.

© Bassin miné

On la retrouve ici entre les deux tours des législatives de juin 2012. Jean-Luc Mélenchon vient d’être éliminé, battu de quelques centaines de voix par Philippe Kemel, le candidat socialiste. Marine Le Pen, quant à elle, est arrivée largement en tête du premier tour.

Ces scènes font partie du tournage du documentaire d'Edouard Mills-Affif, Bassin miné qui ambitionne de faire le récit, sur une décennie, d’une méthodique conquête politique. Un documentaire qui décryptera la stratégie d’implantation du Front national à Hénin-Beaumont.

Bassin miné a quelques difficultés à se financer. Nous avons donc lancé une souscription, comme nous le racontions dans ce premier billet.

A ce jour, nous avons récolté, grâce à vos dons, plus de 11 000 euros,
soit 37% de notre objectif (30 000 euros)

Grâce à l'ensemble des dons, nous avons financé les tournages de février :

  • hébergement, essence, repas, régie.
  • location de matériel de tournage
  • l'indemnité de stage de l'assistante réalisatrice

Nous sommes en capacité de financer les prochains tournages (17 jours en mars).

Néanmoins, il nous manque encore de quoi payer les salaires d'un ingénieur du son (2 semaines) et d'un monteur (8 semaines) ainsi que la post-production (mixage, étalonnage, finitions).

Il nous reste jusqu'au 30 mars, jour du 2e tour des municipales, pour atteindre l'objectif. Vu l'intérêt croissant que suscite le projet et les nombreux soutiens qui nous sont apportés, nous sommes très optimistes, mais encore loin du compte !

Pour souscrire, c'est toujours ici: http://www.bassinmine.com/soutenir/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan